C'est ma table

Publié le par Aimela

C'est ma table

Pour les croqueurs de mots

Une forme de résistance


Cette histoire, je la tiens de mon amie Chantal telle qu'elle l'a entendue de son grand père.

Cela se passait pendant la guerre, Marie, la mère de Chantal était obligée de fuir sur les routes avec son petit frère et son père. Point de mère pour la petite car celle ci était décédée deux ans plus tôt.

Un jour, le groupe qui l'accompagnait avait trouvé une cabane abandonnée, ils se sont tous réfugiés dedans. Il n'y avait que très peu de meubles dont une table bancale à la quelle, Marie s'est attachée. Des soldats allemands ont trouvé le groupe, ils ont tout pris dans la baraque et ils s' apprêtaient à enlever la table lorsque la petite s'est posté devant l'un d'eux et lui a dit dans les yeux « C'est ma table, vous pas toucher » Le grand père de Chantal et les autres témoins étaient abasourdis et tremblaient devant les futures conséquences du geste de l'enfant. Le soldat intimidé a remis la table à sa place et sans un mot, il est sorti sous un gros ouf de soulagements des grandes personnes.

Chantal ne m'a pas dit ce qu'était devenue la table mais peut-être qu'elle même l'ignore

Publié dans Mes-textes-proses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Insouciance des enfants
beau texte comme dab
bisous...................
michel
Répondre
A
Merci Michel pour ce gentil commentaire cela me fait chaud au coeur . Bises
J
coucou aimela. J'en profite pour signaler que pour le défi 140, je prends la barre avec une image et le feu vert de dômi contactée vendredi après-midi. rendez-vous sur mon blog Fadosi continue lundi matin (http://fadosicontinue.blogspot.fr/)
bises et belle fin de semaine
Répondre
A
Merci de l'information Jeanne, je passerai voir :) Bonne journée et bises
J
une histoire vraie bien émouvante en effet
Répondre
A
Merci Jeanne et bonne journée :)
D
c'est un très beau texte .. quand la résistance est juste elle est écoutée (le soldat était aussi un juste). Bonne soirée
Répondre
A
Merci Durgalola :) Bonne journée à toi
F
Florence - Testé pour vous
Une belle histoire...parfois, il faut savoir s'imposer, exiger...dans ce cas là, la petite a eu raison et s'en est bien sortie...ouf de soulagement, comme je le comprends.
J'aime beaucoup ces histoires vécues...elles survivent, se racontent et de ce fait, continuent à vivre grâce à des personnes comme toi, qui les raconte...à très bientôt et merci, j'aime
Répondre
A
Merci Florence c'est gentil :) Bonne journée
C
Naïveté et force à la fois, de la part de cette enfant, la pauvre !
Cette histoire est émouvante.
Bon mercredi.
Répondre
A
Elle était tout ça la maman de Chantal malheureusement elle est décédée jeune et elle manque à mon amie. Merci Clara et bonne fin de semaine :)
N
Mazette... Le cran ingénu de la gamine !
Répondre
A
D'après Chantal, sa mère avait un sacré caractère ( rires) malheureusement celle ci est décédée très jeune. Merci Nina et bises
L
Mais peut être que la réflexion de la petite et son courage ont sauvé le groupe ?
Même la barbarie est quelques fois désarmée par la vaillance de l'enfant ?!

Quoique, les infos actuelles me contredisent souvent !

Très soulagée de voir les soldats quitter la pièce sans emmener autre chose que les meubles ! Tu as bien fait de relater ce moment unique, il oxygène !

Bises bien contentes
Répondre
A
Elle aurait eu affaire aux SS cela n'aurait sauvé personne mais c'était des soldats de l'armée régulière et dans cette armée, les soldats n'étaient pas tous des ordures. Certains devaient avoir des enfants et pour eux, ils n'auraient jamais fait de mal aux enfants des autre même " ennemis"
Merci Luciole et amitié :)
J
un soldat qui devait avoir une enfant de cet âge...
Répondre
A
C'est ce que pense Chantal et je partage sa pensée. Merci Josette et amitié :) .
S
Chose certaine elle aurait dû être conservée en souvenir cette table.
Répondre
A
Peut-être que son père ne l'a pas voulu mais ça personne ne le dira, Marie et son père sont décédés :( Merci Solange et amitié :)