Ça chauffe dur

Publié le par Aimela

Pour mon petit atelier de quartier

2 piliers de bar discutent : choisir et utiliser les expressions françaises.

S'en passer derrière la cravate, les deux pieds dans le même sabot, tiré à 4 épingles, cousu de fil blanc, se donner des coups de pieds au cul, être plein aux as, travailler pour des prunes, se serrer la ceinture, se payer les yeux de la tête, avoir un mal de chien, passer un mauvais quart d'heure, payer argent comptant.


 

 

Ça chauffe dur


 

Dix heures du matin, Eugène qui cadre dans une grande entreprise est assis à une table, il boit tranquillement son café lorsque Nestor se pointe s'installe au bar et commande un pastis.

Eugène

Et bien, dites donc, vous commencez tôt.

Nestor

Quoi ?

Eugène

Je dis que vous commencez tôt à boire.

Nestor

Ça te regarde ? J'ai bien le droit d'en passer un derrière la cravate, vu les circonstances.

Eugène

Quelles circonstances ?

Nestor

J'en ai marre de travailler pour des prunes et me serrer la ceinture. Toi qui es plein aux as, tu ne peux pas comprendre.

Eugène

Moi, Monsieur, si j'ai de l'argent c'est que je n'ai pas eu les 2 pieds dans le même sabot et lorsque j'avais un coup de mou, je me donnais des coups de pied au cul etis pour ta gouverne, je ne suis pas riche contrairement à ce que vous pensez.

Nestor

Tu ne te paie pas les yeux de ma tête là ? Tu es tiré à 4 épingles dans un costard qui vient d'un autre lieu que de chez Tati. Ton histoire mec, est cousu de fil blanc.

Eugène

Je ne vous permets pas de me tutoyer, nous n'avons pas élevé les cochons ensemble.

Nestor

Monsieur n'est pas content, Monsieur s'offusque de ce que je peux dire mais fais attention mon gars, j'ai des copains qui rappliqueront si j'ai besoin d'eux et crois moi que tu passeras un mauvais quart d'heure.

Eugène

Je n'ai rien dit de mal, seulement de ne pas me tutoyer, vous devez avoir un mal de chien à comprendre mes propos.

Nestor

C'est cela, dis moi que je suis con .

Eugène

Ce n'est pas ce que j'ai dit.

Nestor qui pendant la discussion a avalé deux autres pastis, s'approche d'Eugène en titubant. Voyant cela Eugène se trouve entre 2 eaux : partir ou rester, rester ou partir.

Nestor

Tu n'en mènes pas large, tu es dans tes petits souliers mon pote, tu vas voir ce que je vais te foutre dans le buffet. Ah ! j't'assure,tu vas payer argent comptant la morgue que tu as envers moi.

 

Vous avez perdu la tête bégaie Eugène qui est au bord de la syncope.

Nestor

J'te fais peur maintenant. Que peuvent faire tes 1 m 60 , 50 kgs tout habillé contre mes 2 m, 110 kgs ? Morveux va, file à l'anglaise et que je ne te revoie plus dans la quartier.

C'est ainsi qu'Eugène,tout piteux,quitta le bar où on ne le revit plus tant il avait peur de croiser Nestor.


 


 


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Q
Le pauvre !
En tout cas, le texte est très réussi, et l'on ne pourrait pas se douter que tu réponds à un défi en le lisant. :)
J'ai adoré.
Bon bout d'an, Aimela.
Que les mois à venir t'apportent le meilleur.
Je t'embrasse fort.
Répondre
J
Bravo pour cette utilisation subtile de toutes ces expressions .
Bonnes fêtes de Noël
Bises
Répondre
R
Douces fêtes à toi mon blog est fermé les coms aussi on se retrouve début 2020 alors très bon début d'année. Bisous bisous
Répondre
A
Merci infiniment Renée, repose toi bien au près de ta famille dans ces fêtes un peu bizarre cette année. Bises
R
Bravo utiliser autant d'expression dans un texte qui finalement n'est pas trop long c'est de l'art! Bisous
Répondre
A
Merci Renée et bises
M
C'est un bel exercice et la forme "dialogue" te convient si bien bravo !
Répondre
A
Tu sais à quel point, j'adore le théâtre et les dialogues alors tu peux t'imaginer que lorsque j'entre là dedans, je prends mon pied ( rires) Merci Mony, joyeux Noël et bises
E
tout à fait plausible ta scene ! comme qui ce n'est pas pour rien que ces expressions perdurent, elles traduisent le bon sens et la sagesse populaire
bonne fin de semaine, Aimela
Répondre
A
Si les gouvernements pouvaient écouter cette sagesse populaire, on serait un peu plus heureux mais bon, il y a énormément de travail pour leur faire entrer cela dans le crâne ( rires jaune) Merci Emma, joyeux Noël et bises