Blues de la pièce vide

Publié le par Aimela

 

Blues de la pièce vide

 

Une pièce vide s'ennuie énormément, ses occupants sont partis en emportant tout de leur vie. Plus de rires, plus de pleurs, plus de souvenirs, plus rien de ce qui faisait sa vie auprès du chêne, dehors, par delà la fenêtre. La pièce aimait les enfants qui écrivaient des graffitis sur les murs que les parents cachaient sous des tonnes de papiers peints généralement affreux. Aujourd'hui, il n'y a même plus rien sur les murs et la pièce se sent nue, elle a froid. Elle a bien eu des visites mais c'était au début, maintenant plus un quidam n'entre. Qu'a t-elle fait pour qu'on l'abandonne ainsi ? Soudain un bruit, la pièce se tait et laisse entrer Edward. Il prend une toile bien blanche et peint cette pièce délaissée puis repart. "Edward reviens" crie la pièce mais lui ne l'entend pas et la pièce pleure à chaudes larmes le temps des joies universelles qui ne sont plus les siennes.

Publié dans prose mes textes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Une tres belle interprétation de ce tableau d'Edward Hopper . Le peintre lui a quand même laissé le soleil pour se réchauffer .<br /> Bonne soirée <br /> Bises
Répondre
A
Il y a besoin de soleil en ce moment aussi bien pour nous que pour la pièce . Merci Jazzy et bises
R
Si les murs pouvaient parler..... Bisous bisous
Répondre
A
C'est sûr que si les murs pouvaient parler, ils en raconteraient de belles ( rires) Merci Renée et bises
M
Avec la crise du logement, il est fort à parier qu'elle retrouvera un bon locataire. Je lui souhaite de tout coeur !
Répondre
A
On peut en parler de la crise du logement, un de mes fils voudrait se rapprocher de son travail mais pour l'instant, il ne trouve pas . Merci Mony et bises