Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

A fleur de mots

Publié le par Aimela




" A fleurs de mots "  est  un livre de nouvelles auquel j'ai modestement participé .  Il vient juste de sortir et je l'ai reçu hier. Vous ne pouvez pas vous imaginer à quel point, je suis fière, moi , la petite écrivaillonne a une histoire écrite en forme de pièce de théâtre  dans un livre  avec des auteurs bien plus agguéries que moi et cela grâce aux "poudreurs d'escampette" link et particulièrement à Joelle, Emma et Dada  qui m'ont beaucoup aidé  avec leurs conseils , leurs regards  aiguisés sur mes fautes en toutes sortes. Je les remercie infiniment car Ils ont bien souffert avec ma "prose" de la rue  


Comme je suis gentille et surtout heureuse, je vous mets  un petit bout de la préface.

Ce recueil tout en fleurs est le fruit d'un travail commun  et original. Celui  d'un groupe de passionnés , issus,  de l'atelier d'écriture virtuel  " poudreurs d'escampette", complices et réunis pour le plaisir des mots .

Le résultat ? Un pot pourri  de personnages et de situations, une cacophonie créative, de l'onirisme, du concret, du contemporain, du passé proche, du futur et de l'antique. Les auteurs ont eu du nez... leurs fleurs se sont  bien  exprimées...

cs-wh-120x60---copyscape-.gif












Publié dans divers-et-contre-tout

Partager cet article

Repost 0

La langue normande

Publié le par Aimela




Si je suis à née à Caen  par accident  (à mon époque les enfants naissaient à la maison )mes parents , grands parents vivaient dans l'Orne et où j'ai vécu plus de trente ans. Dans l'orne  ,  on y  parlait patois , pour ce qui reste de la Normandie, le normand est une langue à part entière . Je vous met un article de wikipédia  mais si vous en désirez plus , je vous conseille   le site de Magène
link ainsi qu'un article de Merlin
link



Les colons anglo-scandinaves, en s'installant sur une grande partie du territoire connu de nos jours sous le nom de Normandie, avaient adopté le parler roman des habitants de l'ancienne Neustrie, tout en donnant à la langue une certaine couleur et quelques mots de norrois (cf. tableau I).

Cette disparition de la langue norroise peut s'expliquer : selon Henriette Walter, "La colonisation scandinave avait été strictement masculine, et la langue de la famille, née des couples mixtes, a très vite été la langue de la mère, c'est-à-dire la langue romane de la région, surtout après la conversion des Normands au Christianisme" [1]

Pour les uns, il semble que le h "aspiré" normand que l'on entend dans le Cotentin et surtout dans la Hague (prononcer: /χɑ:g/) et que l'on entendait jadis ailleurs, encore au début du XXe siècle au sud de l'estuaire de la Seine dans la région de Honfleur, soit dû à l’influence germanique. Pour les autres, l’aspiration du h s'expliquerait par l’influence de l’anglais à l’époque du domaine anglo-normand (ce qui n’est pas, en tout cas, exclu en Normandie insulaire).

La langue normande s’est implantée en Angleterre à la suite de la conquête de ce pays par Guillaume le Conquérant. Une concurrence, d’abord favorable au dialecte français, imposé partout comme langue officielle, s’y est poursuivie entre les deux langues jusqu’au XIVe siècle, époque à laquelle le français y a perdu peu à peu du terrain pour finir par y disparaître. On donne le nom d’anglo-normand au dialecte importé en Angleterre qui, sous l’influence de l’anglo-saxon et du français littéraire, était devenu distinct du normand continental. Le normand et l’anglo-normand possèdent tous deux une littérature.


 

Publié dans Normandie

Partager cet article

Repost 0

Une peur irraisonnée (Maryvonne)

Publié le par Aimela

 

J'adore mon petit atelier d'écriture de mon quartier où tous les participants  sont mes amis nous avons 3 hommes cette année) . Tous les ans nous faisons un petit recueil et une exposition au centre . Le texte de Maryvonne fait parti de l'un d'eux . J'espère qu'il vous plaira. Laissez  s'il vous plaît un petit commentaire  pour l'encourager.


Une Peur irraisonnée  


La ville est sage. Elle dort dans un brouillard épais. Les petits sapins plantés le long de ses trottoirs projettent leurs ombres gigantesques. Est-ce très agréable de se promener dans ce paysage de rêve où l'on voit des fleurs. Je cours: j'ai peur de la nuit. Ma voix intérieure me dicte::


N'ai pas peur. Tout le monde dort. Tu es seule dans cet univers ouaté. Va ton chemin de petit bonhomme. Vas...


Oui mais tout de même.


Je lui réponds et elle me rétorque:


Va, sois rassurée, il ne t'arrivera rien, mais rien...



Ainsi, je vais et en arrivant à mon domicile, je pousse un <<ouf ! >> de satisfaction et je dis à ma voix intérieure:


Tu avais raison, je suis saine et sauve à la maison.


Maryvonne

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 > >>