Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Manipulés, manipulateurs

Publié le par Aimela

La Communauté " Ruche de beaux mots "
lance le Défi n° 5 :

Thème : EXPLOITATION HUMAINE


Ecrire un texte (si possible en vers) pour crier votre "coup de gueule"
contre une (ou plusieurs)  exploitation humaine qui vous révolte.


 Excuse moi abeille Je te l'ai dit , je ne suis pas très douée pour les vers  mais j'ai voulu jouer le jeu, le temps que je m'applique, beaucoup de choses que je voulais parler ont été dites alors ce n'est pas un coup de révolte que je fais mais  une réflexion  qui vaut aussi pour moi ...

Manipulés, manipulateurs

 
Nous sommes tous manipulés

Par les journaux et la télé

Nous sommes attirés comme des aimants 

Devant les calvaires de ces petits enfants

Travaillant pour un bol de riz

Des enfants soldats  qui n'ont pas de prix

Que celui de la haine qu'on leur a injectés

Nous nous révoltons contre les passeurs

Qui pour le pognon de la vaine sueur

Prennent sans vergogne le prix de la liberté

Les bateaux trop pleins ne font que des noyés 

Nous hurlons" à mort " contre les pédophiles 

Abuseurs de petits garçons et petites filles

Pour un peu d'espoir nous écoutons religieusement

Les  promesses de  candidats  nous mentant outrageusement 

Les religions ne sont pas non plus  à l'abri

Ils nous  plongent dans notre futur paradis

Nous nous  révoltons contre ces usines qui ferment 

Laissant de nombreux ouvriers usés  en berne

Nous nous pensons  de bien braves gens 

Essayant d'être plus humains et intelligents

Mais ne sommes nous pas aussi  manipulateurs

Profitant sans vergogne  de nos petits bonheurs

Qu'on a escroqué avec un gentil mot ou un sourire ?

On parles des adultes mais nos enfants 

Manipulent  eux aussi  malgré leur air innocent 

Ils font   risette au prof  pour les félicitations

Mais s'ils sont punis n'oublient pas la correction

  

Publié dans Mes- Poèmes-et-slams

Partager cet article

Repost 0

Camille Claudel

Publié le par Aimela

Une fois n'est pas coutume, je  ne vous parlerai pas de peinture dans cet article mais de scupture et surtout d'une grande artiste qu'était Camille Claudel dont j'ai pu admirer  quelques oeuvres il y a quelques années . J'ai fait des recherches et vous mets ici sa biographie que j'ai trouvé sur Wikipédia , je vous mets aussi un lien  vers son association  où vous pourrez en savoir plus si vous le désirez .

Camille Claudel à 20 ans




 

Camille Claudel est née à Fère-en-Tardenois (Aisne) le 8 décembre 1864, de Louis-Prosper Claudel, fonctionnaire des impôts, et de Louise-Athanaïse Cerveaux, fille du médecin et nièce du prêtre du village.

 

Par la suite, le couple s'installe à Villeneuve-sur-Fère, petit village à quelques kilomètres de Fère-en-Tardenois, Camille y passe son enfance entourée de sa sœur Louise, née en février 1866 et de son jeune frère Paul, né en août 1868. La famille Claudel s'installera ensuite pour trois années à Nogent-sur-Seine, de 1876 à 1879. Camille y fera ses premiers pas d'artiste. Là, elle rencontrera le sculpteur Alfred Boucher qui lui fera prendre conscience de ses dons.

 

 

En effet, depuis l'enfance, Camille est passionnée par la sculpture et s'initie sur de la glaise. Appuyée constamment par son père qui prend conseil auprès d'Alfred Boucher, Camille doit affronter la très forte opposition de sa mère, laquelle aura toujours une violente aversion pour cet art qui passionne son aînée. En 1882, alors que les Claudel séjournent à Wassy, Camille persuade sa famille d'emménager à Paris, à l'exception de son père retenu par ses obligations professionnelles. Cela, afin de perfectionner son art auprès des maîtres. Avec son frère Paul, elle habite au 36, boulevard de Port-Royal. Ensuite Camille vit et travaille dans son atelier du 19 quai de Bourbon, dans l'Ile Saint-Louis

 

Elle suit, tout d'abord, des cours à l'Académie Colarossi. Par la suite, elle loue un atelier avec des étudiantes anglaises dont Jessie Lipscomb avec qui elle se liera d'une profonde amitié.

 

Camille a d'abord étudié avec Alfred Boucher. Celui-ci était à Paris pour mettre en place La Ruche, un phalanstère, une communauté d'artistes. Mais lorsqu'il gagne le Prix de Rome et s'installe à la Villa Médicis, il demande à Auguste Rodin de le remplacer pour son cours de sculpture qu'il donne au groupe de jeunes filles. Ainsi Camille et Rodin font connaissance. Très vite, la connivence puis la complicité artistique s'installent; devant la fraicheur de Camille, l'originalité de son talent et sa farouche volonté, Rodin ne résiste pas longtemps ; tel qu'il le dit lui même: « Mademoiselle Claudel est devenue mon praticien le plus extraordinaire, je la consulte en toute chose ». Et à ceux qui la critiquent, Rodin répondra : « Je lui ai montré où trouver de l'or, mais l'or qu'elle trouve est bien à elle ». Camille inspire énormément Rodin, qui modèlera « l'Éternelle idole », « le Baiser » (ils y travaillèrent à deux), ainsi que la monumentale « Porte de l'Enfer »... Suivront également des œuvres comme la Danaïde, Fugit Amor… Tous deux vivront bientôt une passion stimulante mais orageuse dans laquelle s'entremêlera l'art des deux artistes, au point que l'art de Camille est considéré comme celui de Rodin. Camille s'acharne à être reconnue pour ce qu'elle est et veut prouver qu'elle n'a pas copié Rodin. Mais, comme le notera Paul Claudel en parlant de sa sœur : « Ce n'est plus du Rodin ».

 

Délaissée par Rodin, vivant misérablement – faute des commandes d'État exigées par son admirateur enthousiaste Octave Mirbeau, qui proclama à trois reprises son « génie » dans la grande presse –, Camille Claudel s'enferme bientôt dans la solitude et sombre peu à peu. Elle est âgée de quarante-huit ans lorsque son père décède et que sa famille, ne supportant plus ses errements, décide de l'interner en mars 1913 à l'asile de Ville-Evrard. Elle passera les trente dernières années de sa vie à l'asile d'aliénés de Montdevergues, à Montfavet près d'Avignon, où elle fut très malheureuse, sans rien obtenir de ce qu'elle demandait, sans recevoir une seule visite de sa mère ni de sa sœur, mais seulement de son frère Paul qui venait la voir une fois par an. Elle meurt le 19 octobre 1943 . Elle est inhumée quelques jours plus tard au cimetière de Montfavet devant le personnel de l'hôpital.

L'Âge Mûr au musée d'Orsay et au Musée Rodin (plâtres et bronzes)

 

 

La valse

Partager cet article

Repost 0

La traversée

Publié le par Aimela

Cela fait des années que je suis dans mon petit atelier de quartier. au début nous n'étions pas nombreuses  eh oui , il n'y avait que des filles et on s'appelait les siphonnées de l'écriture . Depuis  deux ans l'atelier s'étoffe et des hommes sont venus , c'est une véritable ruche maintenant et l'ambiance y  est toujours aussi  supère. Le texte que je vous présente aujourd'hui est de  Marie Chantal, elle est partie de l'atelier  mais m'a laissé son texte au cas où je voudrais comme aujourd'hui le mettre sur mon blog . Elle n'a pas internet et ne pourra pas répondre aux commentaires que vous voudrez bien laisser  mais elle me charge de vous remercier par avance .



La traversée  

 


Mes pieds sont fatigués

Mon voyage est plein d'embûches

Roule ta caisse Berte


Après le voyage au Havre où j'ai pu admirer l'immensité de l'océan mais surtout curieusement une plage de galets, je n'avais jamais vu cela.


Des galets à perte de vue, tous différents des uns des autres; bref, magnifiques. Pas de mots assez beaux pour les décrire.


Ramenés sur cette plage ! Et pourquoi cette plage en particulier? Pour moi il y a un vrai mystère !


Ils sont venu d'où ?


Ils ont tous une couleur et une texture si différente que je ne peux et n'ose les regarder !

Embûches sur embûches sur cette plage. a! pas moyen d'y poser Sa Majesté mes fesses, trop tendres pour cet endroit !


Mais, tout de même, que c'est joli !


Alors petite, roule ta pauvre caisse, Berte, et regarde la beauté de ce site.!

Tu n'es vraiment rien qu'un grain de sable sur cette plage.


Mes yeux sont éblouis,

Mes pieds sont fatigués


Merci pour les merveilles que tu nous donnes! ... ... ....


Marie-Chantal 21- 12- 06 -

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 > >>