Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sur une plage( pour miletune)

Publié le par Aimela

francoisgall trouville b650                                                          " Trouville " de François Gall


Je profitais d'un peu de soleil pour sortir, j'ai pris mon  parasol rouge,  un sac  avec une serviette, un livre et des mots croisés et j'ai pris ma voiture  direction la plage.
S'il n'y a pas la foule, il y a encore trop de monde pour moi, je préfère la plage déserte où seules les vagues et les mouettes  s'agitent, pourtant je m'installe derrière mon  parasol, je m'assoie sur le sable  et sort le dernier «  Quéffelec » tout en lisant, j'écoute les conversations des adultes, les cris des enfants. Une impression de vivre  un peu... pour une fois.


Le ciel est pommelé, la mer est bleue  tout pourrait donner envie d'une baignade mais je n'ai pas envie d'ailleurs j'ai l'air d'un hippopotame  en maillot de bain et de plus, je ne sais pas nager, j'ai peur de l'eau et seuls mes pieds  entrent dans les vagues .
Je laisse  mon livre, je  prends mon petit carnet et un crayon, dessine quelques  têtes sympas , un parasol, les vagues, le ciel. J'écris des mots , des petits mots, expressions de mes sentiments  du moment  et là...  j'étouffe, Je rentre tout, je me relève et pars... vers une crique vierge...  Je suis si bien seule.

Publié dans Mes-textes-proses

Partager cet article

Repost 0

C'était mieux avant

Publié le par Aimela

boussole  

 





C'était mieux avant, mais avant quoi ?

 

Avant que les humains perdent le nord ? Ils ne l'ont jamais trouvé, ils n'ont pas de boussole. Pour ceux qui l'ignorent, la boussole en question existe pourtant, c'est la vie, la nature, l'amour universel mais ils ne savent pas s'en servir. Le monde a toujours été fou de se croire immortel, sa connerie, ça c'est sûr, elle est éternelle. Il y a toujours eu des guerres pour le pouvoir et des constructions en l'honneur des « grands hommes » et cela continue.





C'était mieux avant ?

 

Les femmes se fatiguaient aux travaux de la maison et à élever leurs nombreux enfants. Pas de machines à laver le linge, c'était au lavoir qu'elles s'usaient les mains. Ah ! Oui, c'est vrai, il y avait les conversations avec les copines qui les empêchaient de tomber dans la solitude de notre présent. Les femmes ne parlent plus à leur voisine tant elles courent dans tous les sens pour trouver enfin le temps de tchater sur les sites de rencontres et trouver le prince charmant qui prendra en charge les enfants du divorce.





C'était mieux avant ?

 

Les hommes se tuaient au boulot pour trois francs six sous dans la chaleur des fours, c'était superbe. Ils mourraient avant la retraite lorsque les patrons payaient pour cela. Ces ouvriers n'avaient pas à se poser la question de savoir quoi faire de leur temps libre... Cela gazait bien à l'époque, aucune journée de repos, enfin... ils avaient le droit au dimanche mais pour l'autre, là haut, qui demandait son dû afin de ne pas pourrir... dans un trou anonyme sans les sacrements.







C'était mieux avant ?

 

Pas de voitures, pas de télé ni de web sans parler des jeux vidéos, ceux ci n'existant pas les gamins n'y jouaient pas à longueur de journée pendant leurs vacances. En classe, les mômes étaient sages, ils avaient peur du maître qui en prenait régulièrement quelques-uns, souvent les mêmes (les têtes de turc) à tabasser en guise d'exemple, pour la discipline. Quoi ! C'est important la discipline ! C'était amusant pour le maître, les élèves subissaient non seulement les coups mais aussi les railleries de leurs « camarades » Maintenant ce sont les profs qui ont peur. Ce n'est que justice au fond... Enfin on peut dire ça pour déculpabiliser des manques de l'éducation parentale.





C'était mieux avant ?

 

Ah! Les jolis mois de mai où on allait cueillir le muguet près des usines crachant d'immenses fumées noires... Les produits chimiques se déversaient allégrement dans les rivières. Les bouses de vaches pour engraisser les terrains étaient bénies. On ne parlait pas du réchauffement de la planète alors, pourtant les catastrophes tombaient tout comme aujourd'hui où l'on s'efforce de manger bio, faire caca bio, remanger bio, devinez la suite... Le cycle de la nature est il enfin respecté?







Ouais, c'était mieux avant, je le concède mais franchement si on devait nous ramener en arrière, y découvririons-nous ce que que l'on trouve de mieux au passé ? Oh que non ! On chercherait simplement à se bercer d'illusions sur le présent.

 

vieux lavoirhttp://www.lavoirs.org/images_anciennes.php

Publié dans Mes-textes-proses

Partager cet article

Repost 0

Pull pour un soldat

Publié le par Aimela

  Soldats


<<La mère fait du tricot

Le fils fait la guerre>> Jacques Prévert


 Pull pour un soldat

 

La mère tricote un pull pour son fils parti faire la guerre. Une maille à l'endroit, une maille à l'envers, ses pensées vont vers lui, là-bas... au loin, pourquoi ?

Ne savent-ils pas les dirigeants que c'est terrible l'attente ? Que la mort trouée d'un enfant est tragique pour sa mère ? Ils le savent bien, ces politiciens assis derrière leur sièges de bureau ou paradant à la télé sinon, ils la feraient eux, leur putain de guerre.


Une maille à l'envers, une maille à l'endroit, il sera joli ce pull et surtout chaud dans les montagnes mais le recevra t-il ? Rien n'est moins sûr, déjà en France la poste fonctionne mal, elle ne reçoit que les factures , rien de son fils depuis des mois, mois d'attente à se ronger les ongles seule dans son lit.


Maille à l'endroit, maille à l'endroit, euh ! Non à l'envers, c'est sûr le monde tourne à l'envers et ce sont toujours les mêmes qui ne connaissent pas l'endroit. Toujours les mêmes à partir se faire tuer dans guerres imbéciles qui tuent les mères autant que les fils. Ils sont tous sacrifiés au nom de conneries humaines.

  • Maille à l'envers, maille à l'endroit, je prie pour toi mon fils, seulement Dieu n'existe pas.



Publié dans Mes-textes-proses

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 > >>