Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Comment me faire "fonctionner"

Publié le par Aimela

mode emploi

Je sais, je sais vous avez été déçus par mon mode d'emploi" Comment se débarrasser...", surtout les filles. Vous dites rien par gentillesse mais j'ai vu à vos mines déconfites que cela n'a pas fonctionné comme prévu.  En échange je vous en offre un autre. Vous voyez, avec moi c'est satisfait ou remboursé. Celui là devrait plaire à tout le monde . Me connaissant, je ne peux vous donner que les bons conseils.

Prenez des piles de fortes intensités mais pas trop non plus
Insérez les délicatement.... Excusez, je me suis trompée de mode d'emploi. J'ai pris celui de la voiture télécommandée de mon fils.  Croyez vous que c'est facile, vous, de retrouver un mode d'emploi particulier parmi tous ceux qui traînent dans mes tiroirs ? Il y en a en français, en anglais et même en chinois. Je cherche, je cherche. Ah! le voilà.

Prenez une casserole d'une main et... Non, non, ça c'est le mode d'emploi de cuisson de l’œuf. Il est bien écrit et en français en plus. C'est un artiste cet auteur, il fait de belles phrases.

"Polémique , mode d'emploi",
"Me plaire, manuel d'instruction"
"Comment écrire un livre porno sans attirer les foudres..."
"Trucs et astuces"...
Je vous dis que mon armoire est pleine de modes d'emploi, je ne vous mens pas. Où est-ce que j'ai pu le fourrer ce manuel ? Enfin ! je le trouve mais excusez moi, il est écrit en serbo-croâte et ne vous est donc aucune utilité... avant d'avoir appris cette langue et là je ne peux plus vous aider.

Publié dans Mes-textes-proses

Partager cet article

Repost 0

Henri de Toulouse-Lautrec

Publié le par Aimela

  Toulose Lautrec                  Henri de Toulouse Lautrec

 
Souche wikipédia  

 

Henri Marie Raymond de Toulouse-Lautrec-Monfa, né le 24 novembre 1864 à Albi et mort le 9 septembre 1901 au château Malromé, est un peintre et lithographe français de la fin du XIXe siècle.

Fils d'Alphonse, comte Alphonse de Toulouse-Lautrec-Monfa (1838-1913) et d'Adèle Tapié de Celeyran (1841-1930), il grandit entre Albi, le château du Bosc (demeure de ses grands-parents) et le château de Celeyran.

Henri de Toulouse-Lautrec est né dans l'une des plus vieilles familles de France, descendant en effet en droite ligne des comtes de Toulouse, qui furent jusqu'au XIIIe siècle parmi les plus puissants féodaux du royaume. Cependant, cette branche cadette, malgré son nom illustre, ne vit que comme une famille aisée de l'aristocratie de province.

Au XIXe siècle, les mariages dans la noblesse se faisaient couramment entre cousins afin d'éviter la division des patrimoines et l'amoindrissement de la fortune. Ce fut le cas des parents d'Henri, Alphonse de Toulouse-Lautrec-Monfa et Adèle Tapié de Celeyran, qui étaient cousins au premier degré. Ils eurent deux garçons dont Henri était l'aîné ; quatre ans plus tard naquit son frère Richard-Constantin, qui mourut un an après.

L'incompatibilité d'humeur entre les deux époux entraîna leur séparation et Henri resta sous la garde de sa mère.

 
Il eut une enfance heureuse jusqu'au moment où, par suite de la consanguinité de ses parents, débuta en 1874 une maladie qui affectait le développement des os, la pycnodysostose. Ses os étaient fragiles et entre mai 1878 et août 1879, il souffrit d'une fracture au fémur à chaque jambe, qui l'empêcha de grandir au-delà d'une taille de 1,52 m]. On essaya de le guérir au moyen de décharges électriques et en lui plaçant à chaque pied une grande quantité de plomb.

Son tronc était d'une taille normale, mais il avait des lèvres et un nez épais. Il avait un cheveu sur la langue, ce qui le faisait zézayer en parlant. Il en jouait, faisait le provocateur dans les salons.

En juillet 1881 Henri échoue au baccalauréat à Paris, mais est reçu à Toulouse à la session d'octobre. C'est alors qu'il décida de devenir artiste. Soutenu par son oncle Charles et René Princeteau, ami de son père et peintre animalier, il finit par convaincre sa mère. De retour à Paris, il rend visite à René Princeteau, dans son atelier au 233, de la rue du Faubourg-Saint-Honoré.


Incapable de participer aux activités qu’un corps normal aurait permises, Toulouse-Lautrec vécut pour son art. Il devint un peintre du post-impressionnisme, un illustrateur de l’Art nouveau et un remarquable lithographe ; il a croqué le mode de vie de la Bohème parisienne à la fin du XIXe siècle. Au milieu des années 1890, il a contribué par des illustrations à l'hebdomadaire humoristique Le Rire.

 

au bal du moulin de la galette( Toulouse Lautrec)       Le bal du moulin de la Galette

 


On le considérait comme « l’âme de Montmartre », le quartier parisien où il habitait. Ses peintures dépeignent la vie au Moulin Rouge et dans d’autres cabarets et théâtres montmartrois ou parisiens, il peint Aristide Bruant ainsi que dans les maisons closes qu’il fréquentait (et où peut-être il contracta la syphilis). Trois des femmes bien connues qu’il a représentées étaient Jane Avril, la chanteuse Yvette Guilbert, et Louise Weber, plus connue comme La Goulue, danseuse excentrique qui créa le « cancan ».

 

Aristide Bruant( Toulouse Lautrec)

Aristide Bruant



Toulouse-Lautrec donnait des cours de peinture, et il encouragea les efforts de Suzanne Valadon, un de ses modèles qui fut probablement sa maîtresse.

Valendon par Toulouse Lautrec)Suzanne Valendon

  
Alcoolique pendant la plus grande partie de sa vie d’adulte, il entra dans un sanatorium peu avant sa mort à Malromé, la propriété de sa mère, à la suite de complications dues à l’alcoolisme et à la syphilis, à près de 37 ans. Il est enterré à Verdelais (Gironde) à quelques kilomètres de Malromé.



Après la mort de Toulouse-Lautrec, Maurice Joyant son ami intime, son protecteur, marchand de tableaux voulut mettre en valeur son œuvre avec l'accord de la comtesse de Toulouse-Lautrec, ils donnèrent les fonds nécessaires pour qu’un musée fût construit à Albi, ville où naquit l'artiste. La comtesse Alphonse de Toulouse-Lautrec (1841-1930) et Maurice Joyant (1864-1930) offrirent leur superbe collection de tableaux au musée Toulouse-Lautrec d'Albi.

On dit que Toulouse-Lautrec est un artiste génial dont les remarquables capacités d’observation se sont accompagnées d’une sympathie profonde envers l’humanité. Il n’a jamais laissé voir quelque regret que ce fût en raison de sa difformité. Il vécut sa vie pleinement, se fit de nombreux amis et fut toujours accepté malgré sa taille étriquée.

 
Malgré une vie courte et marquée par la maladie, l’œuvre du peintre fut très vaste : le catalogue raisonné de ses œuvres publié en 1971 énumère 737 peintures, 275 aquarelles, 369 lithographies (y compris les affiches) et environ 5 000 dessins.

 

La goulue ( Toulouse Lautrec)

La goulue

 

oeuvre de Toulouse Lautrec

  Cavalière 

 

la buveuse ( Toulouse Lautrec)

la buveuse

 

Vous trouverez d'autres oeuvres sur Wikipédia

Partager cet article

Repost 0

Dame Tarmine

Publié le par Aimela

PICT0415  

 


Dame Tarmine, sur son arbre perché… euh non !  Dame Tarmine ne vit pas sur un arbre mais au troisième étage d'un immeuble, juste sous les combles. Pour aller chez elle, il faut monter un escalier étroit et rendu glissant par toute la cire répandue. Dame Tarmine travaille et lorsqu'elle a fini, elle remonte chez elle pour ne plus en ressortir, c'est comme ça qu'elle a perdu de vue sa ville.


Un jour pourtant, elle s'est réveillée grâce à la baguette magique d'une drôle de sorcière. Je ne sais pas vraiment si c'est une sorcière mais drôle, elle l'est assurément. Elle a envoyé son chat noir comme la cheminée d'un coup de souris d'ordinateur chez Dame Tarmine son amie afin de savoir si tout allait bien. Le chat prenait son travail au sérieux, il se disposait tous les jours sur les toits, en face de la fenêtre de Dame Tarmine. Il écrivait et signait tous les jours de sa queue des missives qu'il confiait à la chouette afin de prévenir sa maîtresse que Dame Tarmine était bien seule sous les toits. La sorcière comprenant la solitude de son amie a pris son balai, est grimpée dessus et d'un bond, enfin pour être précis de plusieurs heures de train et d'une mésaventure avec une méchante bestiole, elle s’en fut  pour se retrouver chez Dame Tarmine son amie.

Publié dans Mes-textes-proses

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>