Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Devoir à faire ( miletune)

Publié le par Aimela

W il etait une fois (Danielle Allard)

 peinture de Danielle Allard

 


La maîtresse a donné une belle image à tous les élèves en leur demandant d'écrire une histoire avec. Cathy est bien ennuyée, elle qui a de l'imagination d'habitude se trouve devant une page blanche et rien à écrire. Elle a demandé à son père seulement celui ci, lui a répondu qu'il devait réparer la voiture quand à sa mère, pas la peine de la déranger, elle est comme tous les soirs à la cuisine préparer le repas ou donner à boire au bébé. Cathy ne sait que faire quand un coup de sonnette retentit, elle va ouvrir et se trouve devant son grand père. Elle se jette dans ses bras.

 

- Bonsoir papy

 

- Bonjour ma puce tu es seule ?

 

- Non papa répare la voiture,maman est dans la cuisine et moi je fais mes devoirs mais c'est trop du.r

 

- Pauvre enfant, tu es bien malheureuse se moque gentiment le papy explique moi ce qui ne va pas .

 

- Ben voilà papy, j'ai une image et il faut que j'écrive une histoire mais je ne trouve rien répond Cahy dans une moue boudeuse.

 

- J'ai un peu de temps, mamy n'a pas vu passer l'heure , occupée dans son jardin, la soupe n'est pas cuite alors peut-être que je pourrai t'aider.

 

- Oh oui Papy, tu as toujours de belles histoires à raconter.

 

Lorsque au bout d'une heure la mère est entrée dans la pièce, elle trouva son père dans le fauteuil avec le cahier dans les mains et Cathy assise sur le dossier, le regardant faire, la lumière bleutée tout autour, elle prit soin de prendre une photo qu'elle déposa sur un blog demandant aux lecteurs d'écrire une belle histoire, chose que je ne suis pas parvenue à faire ...Hélas.

 

 

Publié dans Mes-textes-proses

Partager cet article

Repost 0

Durandal et Excalibur

Publié le par Aimela

 

Un jour, il y a bien longtemps,  une autre de mes amies qui s'appelle Viviane   m'a lancé un défi sur un atelier d'écriture  d'écrire une histoire d'épées, je vous le mets aujourd'hui.  Je mettrai son texte un de ces jours.  On s'était bien amusées toutes les deux . Si un jour,  on arrive à avoir un peu de temps qui sait si on  recommencera peu être .

 

Ce texte n’est qu’une fiction. Dans la réalité, il est impossible de réunir ces deux épées puisque l’une fut celle d’Arthur et l’autre de Roland. L’un et l’autre ne vivaient ni dans le même pays ni à la même époque . Les faire se rencontrer est un délire que votre humble auteur a pourtant organisé, au château moyenâgeux du Mont Orgueil, sur île Jersey. Eh oui ! Quoi de mieux qu’un château sur la mer entre deux pays ennemis pendant des... siècles.

 

Ces deux épées d’un certain âge pour ne pas dire le contraire, vu qu’elles sont très susceptibles, se sont donné rendez vous. Pour qui ? Pourquoi ? Je n’en sais rien. Je ne suis ici que pour écouter et raconter fidèlement leurs discutions.

 

Moi- Bonjour mes Dames, heureuse de vous rencontrer toutes les deux.

 

Durandal – Je ne suis pas ma dame mais demoiselle.

 

Moi ( entre les dents) cela commence bien, si je commence à les froisser

 

Excalibure – Qu’est-ce que vous marmonnez ? Parlez plus haut, je n’entends plus grand chose.

 

Moi – c’est vrai que cela vous fait de l’âge maintenant...

 

Durandal – C’est normal qu’elle n’entende plus très bien, elle était coincée dans un roc, elle est quelque peu rouillée de la feuille

 

Excalibur – Toi, tu n’as rien à dire . Roland a tellement soufflé dans son cor qu’il ne t’en reste pas beaucoup non plus.

 

Moi – Demoiselles, du calme. J’aimerai savoir ce que je fais ici à parler avec des épées ?

 

Durandal – Nous aimerions l’une et l’autre laisser un peu de notre souvenir sur le monde.

 

Excalibur– C’est vrai, on raconte les exploits de nos maîtres mais si on avait pas été là , ils n’auraient pas fait grand chose.

 

Moi( abasourdie) Mais... Vous êtes copines toutes les deux ?

 

Durandal – Bien sûr, jeune dame. Les guerres sont le fait des hommes non des armes

 

Excalibur - Nous sommes à leur service, on fait ce qu’on peut mais on n’a pas de haine

 

Durandal – Vous ne savez pas à quel point cela nous déchirait de devoir étriper quelqu’un.

 

Excalibur – Il faut le dire jeune dame que nous, on ne voulait pas dépecer les innocents, faire des veuves et des orphelins.

 

Moi – Mais vous êtes des armes. Vous auriez servi à quoi sinon ?

 

Durandal – A découper des pommes ou de la viande

 

Moi( ironique) Des pommes ? Mais vous vous êtes vues toutes les deux avec une longue lame. Couper une pomme ? Laissez moi rire. Hihihi

 

Excalibur – Elle n’a pas tout à fait tort. Je pense que l’on est un peu trop longues et lourdes pour une pomme.

 

Moi( de plus en plus hilare) Lourde hihihi, il faut vous soulever à deux mains et encore pour vous Excalibur,un royaume de seigneurs n’a pas réussi à vous sortir de votre rocher et vous ne voulez découper que des pommes hihihi, hihihi, hi...

 

Durandal – Suffit de vous moquer jeune dame ou sinon je me fâche

 

Moi – Je voudrais bien vous y voir qu’on s’amuse un peu. Il n’y a personne ici pour vous prendre en main et me découper.

 

Excalibur – Ma pauvre Durandale , nous sommes bien vieilles maintenant ; notre lame est émoussée et personne ne veut plus nous toucher, trop fragiles, qu’ils disent. J’aimerai tant me cacher de tous et finir dans un fourreau tout chaud.

 

Durandal – Tu es folle toi. Qui de tous ces gens parleront si bien de Roland et d’Arthur que nous ?

 

Excalibur – Tu as raison. Qu’est- ce qu’il était beau mon

Arthur. Je n’ai jamais eu depuis de maître aussi beau et valeureux que lui.

 

Durandal – Ton maître était peut-être beau mais pas aussi beau que Roland. Toutes les demoiselles tombaient amoureuses de lui dès qu’elles le voyaient mais c’est moi qu’il caressait de ses jolies mains. Dieu que je l’aimais , malheureusement il est mort à Roncevaux. Son oncle n’est pas venu à son secours. Il a pourtant sonné, sonné de son cor, en vain.Depuis j’ai eu aussi d’autres maîtres mais jamais je n’ai redonné mon coeur comme à Roland.

 

Moi( incrédule) - Vous avez appartenu à d’autres chevaliers ? Moi qui croyais que vous n’aviez chacune qu’un seul maître ?

 

Durandal – Fadaises que tout cela, vous lisez trop de romans à l’eau de rose. Comment croyez vous que nous sommes amies,

 

Excalibur – On s’est rencontré sur un champ de bataille. Mon seigneur en mourant m’a laissé tomber et le seigneur de

Durandal m’a relevé et m’a prise sous son aile. On a discuté pendant quelques années et on s’est perdu de vue lorsqu’il est mort lui aussi sur un champ de bataille , laissant Durandal dans d’autre mains... malheureusement.

 

Durandal – Oui, c’est vrai et je suis apparu dans vos rêves douce dame pour que je puisse retrouver Excalibur. Nous vous en remercions toutes les deux n’est ce pas Excalibur.

 

Excalibur - Oui maintenant on peut mourir tranquille . On a tout raconté et on s’est retrouvées. Vous pouvez partir maintenant gente dame. N’oubliez pas d’éteindre les lumières avant de sortir. Nous aimons la nuit.

 


 

 

Publié dans Mes-textes-proses

Partager cet article

Repost 0

Joyeux anniversaire

Publié le par Aimela

Aujourd'hui c'est l'anniversaire  de mon blog, cela fait 4ans  qu'il existe.  Je vous dépose le tout  premier article écrit  à l'époque .

 

 

Moi

Je suis aimela ,  aime la vie,  la tolérance, le théâtre, l'écriture , les amis

 

 je suis née à Caen , en Basse-Normandie par accident, ma famille est de l'Orne. je vous ferai connaître un peu ma région si vous le souhaitez.

 

Je parlerai de peintures, de peintres passés ou présents

 

Je vous parlerai des pièces ou des spectacles  que je vais voir avec mes yeux à moi , c'est à dire avec mon coeur

 

Je déposerai des textes d'auteurs amis

 

Je vous parlerai aussi du spectacle que j'ai  mis en route avec certains membres de l'association EVAEC pour faire court, pour le long et notre vrai nom "Ensemble vers l'art et la culture" Cela fait 3 ans que nous existons et nous essayons d'amener des personnes (seules, ou  familles du quartier)  mais trop peu fortunées aux spectacles pour une somme très modique. Tout le monde a droit à la culture...mon cheval de bataille ... et il y en a d'autres.

 

Il y a tant de choses à dire et vous verrez

 

 

 

Rien n'a changé aujourd'hui. sinon que j'ai vieilli. Ici est un lieu de liberté  où chacun fait ce qu'il a envie mais toujours dans le respect des autres, c'est heureusement  le cas.  Je vous  suis reconnaissante tous et toutes qui me suivez régulièrement ou occasionnellement,  qui me déposez  un commentaire ou non. La porte est toujours ouverte. 

 

 

 

MERCI à tous et toutes


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans divers-et-contre-tout

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 > >>