Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Je pourrais

Publié le par Aimela

 

 sorciere

Si j'étais metteur en scène, je pourrais faire jouer la vie par des comédiens pour qu'elle rit enfin...


Si j'étais sorcière, je pourrais changer la couleur de l'herbe en rouge et les éléphants en rose sans avoir fumer la moquette de ma chambre.


Si j'étais poète, je pourrais mettre des vers dans la salade ou la salade dans mes vers mais pas dans mon verre.


Si j'étais double, je pourrais rester en Normandie et partir en même temps sur les chemins du monde.


Si j'étais un illustre personnage, je pourrais m' incruster dans le dictionnaire dégager ainsi Staline et Sadam.

 

Si j'étais moi, je pourrais me complaire dans mes délires, d'ailleurs c'est ce que je fais, le monde est trop gris 

Publié dans Mes-textes-proses

Partager cet article

Repost 0

Enfin arrivés

Publié le par Aimela

Tout faire

 

 Après  plus de dix jours, des colères, des réclamations  au près de la poste ( sur leur site ainsi qu'au téléphone) ils sont enfin arrivés à destination  mes 2 livres de " la marguerite des possibles" et pourtant ils étaient  acheminés au tarif  prioritaire. La poste n'est plus ce qu'elle était ... Quoique ... Il y a une semaine, j'ai reçu une pochette  avec dedans  une publicité  déchirée  et voilà ce c'était écrit " tout faire  pour que votre courrier vous arrive quoiqu'i arrive " ouais chouette !  seulement à ce moment là, la marguerite  se promenait je ne sais où.  Cela lui a fait une promenade mais je ne sais pas si elle a vu du paysage vu qu'elle était très bien empaquetée  par les  soins de quichottine  qui a été très  professionnelle jusqu'au bout et je l'en remercie infiniment  J'espère que pour elle  tout est  bien maintenant  et qu'elle peut se reposer tranquillement , elle le mérite  largement .

 

La marguerite des possibles 

 

Il est toujours possible de commander  des " marguerites  des possibles "  sur les anthologies éphémères  ou sur  TheBookEditions pour offrir un rêve aux enfants malades...  Merci pour eux ...

 

Publié dans divers-et-contre-tout

Partager cet article

Repost 0

Chez le père Lathuille ( pour miletune)

Publié le par Aimela

Edouard Manet 031 

     " Chez le père Lathuile" Edouard Manet  

 

 

Chez le père Lathuille, petit café parisien, on y rencontre du beau monde. Sur la terrasse , un homme et une femme sont attablés devant un seul verre de vin blanc que tient monsieur.

 

 

 

- Buvez ce petit verre Mademoiselle, il vous donnera un joli rose à vos joues bien pales et vos yeux pétilleront de plaisir.

 

 

 

- Vous êtes bien aimable mais il est hors de question pour moi de goûter, mes parents me l'ont interdit.

 

 

 - Ne me dites pas que vous écouter encore vos parents... à votre âge ?

 

 

- Vous êtes un mufle Monsieur d'insinuer que je suis vieille.

 

 

- Excusez moi, ce n'est pas ce que je voulais dire mais vous voyant attablée seule à la terrasse d'un café, j'en ai déduis que vous n'étiez plus une jeune enfant.

 

 

- Pour vous excuser dites moi pourquoi vous m'avez invité dans ce bar.

 

 

- C'est Léon qui vous a invité, pas moi

 

 

- Ne me dites pas que vous n'êtes pas derrière , je ne vous croirai pas.

 

 

- C'est vrai, j'ai ma table ici et un jour , je vous ai aperçue seulette à une table. Je vous ai trouvé bien jolie mais je n'ai pas osé vous aborder alors j'ai parlé à Léon qui vous connaissait, il m'a promis d'arranger un rendez-vous et vous voilà devant moi .

 

 

- Oui , oui, fait elle gênée mais cela ne me dit pas ce que vous attendez de moi.

 

 

- Rien de mal Mademoiselle, juste imprimer à jamais votre joli minois sur ma toile

 

 

- Votre toile ? Vous seriez donc peintre Monsieur ?

 

 

- Bien sûr que je le suis même si je ne suis pas encore connu pour l'instant. Votre allure, vos yeux vont me faire, vont nous faire connaître de tous .

 

 

 

- Ce compliment me ravit Monsieur, je ne serai jamais à la hauteur de vos espérances.

 

 

- Dites oui, je vous en prie, je vous récompenserai bien...

 

 

- Ce n'est pas ça qui m'inquiète mais le fait d'être reconnue …

 

 

- Allons, allons, point de modestie. Acceptez au moins que je vous croque.

 

 

- Vous m'avez convaincue , croquez , croquez Monsieur mais ici

 

 

- C'est que je n'ai pas mon matériel. Faites un petit effort en venant dans mon atelier qui est juste à côté. Je vous promets que vous ne resterez pas des heures.

 

 

- Juste un quart d'heure, c'est promis ?

 

 

- Promis Mademoiselle.

 

 

L'homme paie son verre et part en tenant élégamment le bras de la jeune femme sous les yeux de Léon , le maître d ' hôtel.

 

- Ah ! ce Monsieur Edouard, toujours aussi coureur, encore une à se faire avoir …

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Mes-textes-proses

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 > >>