Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Des couacs pour la pluie

Publié le par Aimela

Pour Miletune

 

ob 1b09af karaoke-irish-pub-wikimedia-photogra

Lorsque ses copines lui ont proposé de sortir dans un karaoké, Christiane qui ne connaissait pas, s'est connectée sur wikipédia et voir la définition que voilà :

Le terme est une combinaison des raccourcis kara du mot japonais karappo (空っぽ?, qui veut dire « vide »), et oke de ōkesutora (オーケストラ?, « orchestre »), ce qui peut signifier que le chanteur n'a pas besoin qu'un orchestre soit présent pour chanter...

 

 

Je ne voudrais pas dire mais Il y a des moments où ce serait bien d'avoir un orchestre ou à défaut une bande sonore, cela cacherait les bémols et les couacs.

 

Christiane n'est pas trop fan de musique et encore moins de chansons, elle ne chante jamais sous la douche, elle aurait trop peur qu'il pleuve déjà que dans sa région, elle est bien servie, elle n'a pas envie de passer l'année sous l'eau ah non alors ! Pour ne pas faire de peine à ses copines, elle a acceptée et là voilà assise à une table, un verre devant elle. Les copines sont toutes les deux à se battre avec un micro. Quelle horreur ! Que de canards et voix de fausset, Ni une, ni deux Christiane a renversé la table et s'est réfugiée dehors où bien sûr la pluie commença à tomber. Promis elle n'a pas chanté crie-elle dans la nuit nouveaux clients qui se présentèrent à la porte du bar.

 

Elle prit ses jambes à son cou et rentra chez elle. La prochaine fois, elle essaiera d'amener ses copines dans son univers moins hostile qu'est la peinture et le théâtre.

 

 

 

 


 

Publié dans Mes-textes-proses

Partager cet article

Repost 0

Rêve ou réalité ?

Publié le par Aimela

Les montres molles de Dali
Les montres molles de Dali

Abécédaire, pays, villes, etc… pour l’annuaire pour les Nuls!!!

un pays, une ville, un fruit, une marque de voiture, un objet, une célébrité en suivant l'alphabet de semaine en semaine. Donc cette semaine c'est la lettre D

Rêve ou réalité ?

C'était il y a longtemps, j'allais à Dijon retrouver des copines. Dans le train, il faisait une chaleur terrible que j'aurais voulu faire un saut au Danemark, voir même plus loin : la Norvège où là au moins je pouvais respirer un bon air frais. Ne pouvant pas lire je regardais le paysage plat quelques fois, on croisait une route, des renaults, des citroens et une déloréan la voiture de » retour vers le futur » Le train allait de plus en vite et les images sautaient et moi avec, je me suis retrouvée en short et débardeur dans une toile de Dali mon peintre préféré. Je touchais les montres molles sans les remonter. Je discutais avec Gala sur les couleurs ou de son mari si fantasque.

La chaleur avait disparu, j'étais bien, j'étais loin et je n'avais aucune envie de revenir et pourtant le train s'est arrêté à la gare de Dijon où une de mes copines accompagnée de son dindon en laisse m'attendait . Elle sortit de son sac un boîte de dattes un peu périmées,J'aurais bien voulu les jeter dans la première poubelle venue mais il n'y en avait nulle part alors, je les ai mangées avec des haut-de cœur à faire frémir une femme au début de grossesse .

Publié dans Mes-textes-proses

Partager cet article

Repost 0

Fuis Maria, fuis

Publié le par Aimela

texte réédité  pour les croqueurs  de mots 

 

L’HORREUR D’UNE VIE

 

Il a gelé cette nuit, les arbres commencent à se rhabiller de feuilles. Ils ont du mal à protéger les bourgeons qui pointent timidement. L’herbe blanchie ne retient pas la course de Maria. Elle court, court à travers champs. Pas le temps d’ admirer cette nature qui renaît. Elle doit fuir. Elle doit protéger le bourgeon qui pousse en elle.

 

Aujourd’hui, Maria fuit l’homme qui se proclame son maître et qui n’est que son mari. Cet homme qui la frappe lorsqu’elle regarde ailleurs. Cela fait deux ans que son calvaire a commencé. Deux ans à prier que cela se termine. Pas un mot tendre, pas une caresse. Rien ! Que des insultes et des coups... Tout se passe en huis-clos. Leur couple... Couple ? Non, un monstre et sa victime.

 

Pour la cacher, il l’a installée dans la petite maison au fond d’un champ... Loin des tentations ... Loin des regards curieux, loin des voisins... Ses journées, on peut les résumer rapidement. Ménage, cuisine, jardin à cultiver lorsque Monsieur est présent. Présent ? Devant sa télé ! Télécommande à la main, zappe, zappe... Des milliers d’images qui se succèdent sans rimer à rien. Avachi dans son fauteuil, il avale tout, images et alcool. De temps à autres il se leve et frappe Maria. Pourqui ? Pourquoi ? Il ne le sait même pas lui même. Maria fuit... Pas le temps de penser, pas le temps de regarder derrière. Il lui faut trouver la gare. Un train... N’importe lequel, pour n’importe où... Le bébé qu’elle attend est en danger. Un coup mal porté et c’est la fin de ce petit être... Elle refuse... Ce bébé est sa bénédiction, même s’il vient du monstre... Le train est là, tout prêt, Il t’attend, un petit effort, encore un. Le monstre dort ! Cours... La gare, le train, enfin ! Maria est montée... Le train s’ébranle.

 

Fuis Maria, fuis

Publié dans Mes-textes-proses

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 > >>