Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Drame dans l'immeuble

Publié le par Aimela

 

 Je remercie cincèrement  mes fidèles lecteurs de m'avoir suivi dans l'immeuble, votre torture va bientôt prendre fin ...promis

 

Margo Selski                                         

  Margo Selski

Drame dans l'immeuble
 suite de l'immeuble sympathique



Un cri, Monique a peur. Que se passe t-il en bas, se dit-elle ? Que faire ? Monique sort  sur le palier et descend quelques marches. Rien, le silence ... elle n'est pas rassurée. L'atmosphère semble pesante. Elle s'apprête à rentrer lorsqu'un long cri l'en empêche. Elle dévale l'escalier ... personne. Je n'ai tout de même pas rêver, se dit-elle, je l'ai bien entendu ce cri, mais d'où vient-il ? Elle ne sait pas  qu'un  drame couve dans  l'appartement de Madame Carret

Georgette a réussi à tirer Matthieu dans sa cuisine. C'est qu'elle a de la force, cette femme délirante. Elle l'a assis sur une chaise près de sa table où se trouve les couverts. D'une main, elle tient Matthieu, de l'autre, elle ouvre, le tiroir et sort un couteau.

    - Bouge pas, je ne te ferais pas de mal, je veux juste te présenter à papa et puis on se mariera;

   - Ca ne va pas, non ! Je n'ai pas l'intention de me marier avec vous.

   -  Dis moi que tu m'aimes. Dis le moi, je t'en prie.

    - vous êtes malade, c'est un  médecin, qu'il vous faut.

    - Tais toi, tu entends, tais toi où je me sers de mon couteau.

Matthieu gigote sur sa chaise mais le couteau s'approche dangereusement de son cou.

   - Tu verras comme on sera heureux tous les deux, on aura des enfants. Papa ne sera pas content au début mais tu sauras le convaincre n'est-ce pas ?

Elle s'approche de lui et l'embrasse goulûment sur la bouche. Matthieu dégoûté, crache ce baiser et crie, crie encore mais le couteau se pointe de plus en plus sur sa peau. Une goutte de sang coule.

    - Tu es à moi, personne ne te fera du mal, je te protégerai mon amour ...mon merveilleux amour.

Soudain des coups à la porte, police ! ouvrez la porte.

     - Jamais !

      - Madame, ouvrez cette porte s'il-vous-plaît.

      - Jamais, vous avez entendu ? Jamais ! Il est à moi et personne ne me le prendra.

      - Si vous n'ouvrez pas on la défonce.

      - Défoncez ! Défoncez !  vous n'entrerez pas. Je ne veux pas qu'on touche à mon homme.

- On en a pas l'intention, on cherche un voleur et quelqu'un nous a signalé qu'il était entré   chez vous Madame.

          -  Il n'y a pas de voleur...


La fenêtre se brise,  un policier surgit, attrape Georgette, lui arrache le couteau des mains et la maintient au sol.

Tout est rentré dans l'ordre dans l'immeuble. Les pompiers sont venus chercher Georgette et l'ont enfermée dans un hôpital psychiatrique.


Matthieu et Monique sont devenus amis, il a même épousé sa fille Corinne et vivent sereinement dans cet immeuble sympathique où plus rien n'est arrivé depuis l'internement de Georgette. Au fait qu'est- elle devenue ? ...


A suivre

Publié dans Mes-textes-proses

Partager cet article

Repost 0

Maldonne dans l'immeuble

Publié le par Aimela

Voici la suite de Georgette   j'espère que vous n'êtes pas découragé de lire les délires d'une ecrivaillonne 

 

 Maldonne.jpg

 

Maldonne dans l'immeuble
 


Matthieu sort de son appartement et aperçoit Georgette qui rentre chez elle avec un panier dans une main, le pain dans l'autre. Elle pose son panier, prend ses clefs et essaie d'ouvrir sa porte et ne voit pas  le jeune homme.

Matthieu – Bonjour Madame.

Georgette – Bonjour !

Matthieu ( en aparté) Pas très aimable, la dame. ( à  Georgette) Excusez moi de vous importuner. Je suis nouveau ici, je ne connais pas tout. J'aimerai connaître les règles d'entretien dans l'immeuble. Vous pouvez sûrement me renseigner.

Georgette ( fouille de sa clef, sa serrure) – Les règles ? Elles sont écrites sur le panneau ... les règles. Je me demande pourquoi vous me dérangez. Vous n'avez qu'à lire.

Matthieu – Je ne voulais pas vous ennuyer, excusez moi.

Georgette se retourne. C'est son voleur qui est devant elle( enfin ce qu'elle croit).

 Georgette - Monsieur, je vous ai vu  dérober quelque chose dans la poche d'un passant,  tout à l'heure.

Matthieu - ???

 Georgette– Faites pas l'ignorant, je vous ai vu comme en ce moment.

Matthieu – Mais je ne suis pas sorti de chez moi ce matin. Je n'ai rien volé

 Georgette ( un doigt devant sa bouche)– Chut, je sais mais  je ne dirai rien.

Matthieu – Je vous dis Madame, que vous vous trompez . Vous êtes sourde, ma parole.

 Georgette– Tss, tss, ne dites plus rien, je vous protège.

Matthieu – Me protéger de quoi ? Je n'ai rien fait, vous devriez racheter des lunettes. 

 Georgette( tenant la manche du  pull de Matthieu) – Je sais qu'il ne faut rien dire ici. Tout le monde entend tout. On est espionné de partout. Ce matin encore, la voisine du dessus est venue fouiller chez moi mais je ne me suis pas laisser faire. Je l'ai jetée. Ah ! Ah ! Ah! On ne me trompera pas. Papa m'a bien dit de me méfier.

Matthieu (mal à l'aise) – Vous m'énervez, à la fin. Je vous dis...

 Georgette – Je sais, je sais. Je suis votre protectrice. Faites moi confiance .

Matthieu( essayant de se dégager ) -  Madame, je me tue à vous dire que vous faîtes fausse route.

 Georgette( s'accrochant de plus en plus). - Sur la route, vous vous rappelez maintenant. Oui sur la route, je vous ai suivi. Vous êtes tellement beau, vous avez les yeux de mon papa. Entrez, entrez, vous ferez sa connaissance.

Matthieu( se débattant pour faire lâcher prise Georgette) Laissez moi, je vous ai dit que...

 Georgette( essayant de le faire entrer chez elle)  - Papa ne sera pas d'accord mais il faut que je fasse ma vie maintenant. Que je me marie et que j'ai des enfants.

Matthieu( criant et articulant pour se faire entendre)  - MADAME. Je vous dis que vous vous trompez.

 Georgette – Chut, on pourrait nous entendre.

Matthieu( aux abois) C'est ce que je veux, qu'on nous entende et que je m'en aille vite fait .

Monique , la voisine du dessus a saisi quelque chose de chez elle mais ne bouge pas . Elle descendrait bien mais  encore choquée de sa visite à Madame Carret , elle n'ose pas, enfin... pas encore. Cela va se calmer se dit-elle. Elle a toute confiance. Madame  Carret ne se fera pas attaquée, elle agresserait plutôt se dit-elle en riant. Toute absorbée dans ses pensées, Monique entend un cri dans l'étage. Elle descend voir...


A  suivre

Publié dans Mes-textes-proses

Partager cet article

Repost 0

Le voisin d'en face

Publié le par Aimela

Pas trop  lassés de  l'immeuble  ? Alors voici la suite   en espérant  que vous tiendrez jusqu'au bout  qui n'est pas  pour aujourd'hui.

 

bibliothèque

 

  Le voisin d'en face ou la suite  d'un  immeuble tranquille

 

 

On fait la connaissance du nouveau venu dans l'immeuble de Georgette.

 

 

Un jeune homme s'est installé dans l'immeuble de Georgette, juste en face de chez elle. Cela fait une dizaine de jours qu'il vaque entre son travail et son chez lui. Des cartons dans le salon sont encore pleins. Il n'a pas tout rangé ... pas le temps. Seuls, une table basse, un canapé qui lui sert de lit ... en attendant le vrai et dans un coin,près d'une fenêtre, son bureau couvert de papiers divers, attestent de sa présence dans l'appartement.

 

Célibataire d'une trentaine d'années, grand, mince, Matthieu est un homme séduisant. Aucune femme dans sa vie, il est trop occupé, pas l'envie non plus ... pour l'instant. Il veut réparer son coeur blessé par un amour gâché. Il a vécu quelques temps avec une jeune femme, cadre, dans une bonne entreprise mais c'est terminé aujourd'hui. Elle est partie de son côté et lui de l'autre. Pourtant, ils s'aimaient, que s'est il passé pour en arriver là ? Il ne sait pas, enfin si, mais ne peut l'accepter.

 

Aujourd'hui, Matthieu est en congé, il en profite pour se lever un peu plus tard, il écoute, bien installé dans son lit, sa radio favorite. Pourquoi se presser se dit-il ? Il a des cartons à ouvrir, il va le faire mais pour l'instant, il goûte cette journée de repos sans remords. Il est dix heures lorsqu'il décide enfin à se lever. Un petit coup sous la douche, un café bien serré et Matthieu commence à vider ses cartons. Dans le premier ce sont des livres qu'il sort, ses préférés, Stephen King, Boris Vian, Yann Quéffélec sans oublier Emile Zola,Victor Hugo et un livre de philosophie dont l'auteur est Michel Onfray. Il n'a pas l'habitude de ce genre de livres mais on lui a conseillé, alors il en a acheté un, qu'il a mis deux mois à lire, un dictionnaire sous le bras pour essayer de comprendre tout le charabia. Il n'a peut-être pas tout saisi mais il a tout lu et n'est pas peu fier de sa « réussite ». Matthieu dépose délicatement ses livres sur la seule étagère du salon en prenant soin de les placer par ordre alphabétique. Il s'apprête à en ouvrir un autre mais la faim le rappelle à l'ordre. Il se décide à sortir manger un casse croûte ... n'ayant pas encore tout ce qu'il faut pour cuisiner chez lui. En sortant, il aperçoit le dos de sa voisine, un pain sous le bras, Georgette.

 

A suivre

Publié dans Mes-textes-proses

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 > >>