Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Ses mains ( Mony)

Publié le par Aimela

Mon blog est partage, partage d'informations, partage d'écrits ou autres  c'est pourquoi, je sollicite  mes ami(e)s  à me prêter  des textes, des peintures. Je les remercie  infiniment pour leurs dons .

 

Voici un texte  de Mony , vous commencez un peu à la connaître, j'ai déjà déposé d'autres textes  écrits par elle. 

 

 

main d'homme

 

Mony devait   commencer son texte par un incipit  qui était : Les mains disent beaucoup de choses sur un homme. Elle a écrit ce très joli texte

 

 


 

Ses mains

 

Les mains disent beaucoup de choses sur un homme et celles que je caresse avec émotion me sont familières comme des amies fidèles. Elles étaient dans la fleur de l’âge, vigoureuses, fortes quand les miennes étaient encore, privilège des bébés, fragilité et douceur. Ces mains aux ongles carrés, aux doigts parfois écorchés par la rudesse du travail qu’elles fournissaient se muaient en plumes légères pour me cajoler ou montraient leur puissance pour me soulever de terre et m’enserrer fermement face aux dangers.


Dans les livres d’images, leur index droit soulignait tel ou tel détail puis il se dressait et la phrase immuable résonnait : « écoute, voilà le marchand de sable »
Et le marchand passait, laborieux ; il garnissait des plages entières de son grain le plus fin. Aussi, nous pouvions, complices, unir nos mains pour de longues promenades au bord des vagues, construire les plus invraisemblables des châteaux ou maintenir solidement la ficelle du cerf-volant.


Ces mains que j’enserre dans les miennes ont toujours su m’indiquer le bon chemin à suivre et quand vint l’âge de l’affrontement elles tinrent solidement les rênes, laissant passer la tempête.
Je les observe avec attention. La gauche à l’annulaire serti d’une alliance d’or, signe d’une longue fidélité et la droite, magicienne quand elle tenait un pinceau fin, sont toutes deux parsemées de taches brunes survenues insidieusement. « Des fleurs de cimetière » m’avait dit cet homme en souriant.


Aujourd’hui, il est étendu, inconscient, mais mes mains lui parlent et lui disent combien je l’aime et combien j’ai encore besoin de lui. Doucement, elles effleurent chaque doigt, caressent la paume, cherchent la ligne de vie, sentent palpiter un cœur fou dans une veine gonflée et, bonheur, ressentent une faible pression.
Les mains fragilisées de cet homme me disent, elles aussi, leur amour. Alors, penchée à son oreille, je murmure tendrement « merci Papa » et je sais au plus profond de moi que j’ai pu, pour une dernière fois, pénétrer dans son monde.


Le 3 novembre 2010 par Mony

Publié dans Auteurs-amis

Partager cet article

Repost 0

Les abbayes de Caen ( suite)

Publié le par Aimela

  église abbatiale de la trinité, Caen

 

Je n'écrirai pas grand chose sur cette abbaye puisque son histoire ressemble un peu à celle de sa soeur, juste quelque mots : elle abrite le conseil régional

 

Pendant la révolution française, les religieuses furent chassées de l'abbaye en 1791, pour y revenir en 1820 - quand l'Abbaye devint « Hôtel-Dieu » - et y restèrent jusqu'en 1980. En 1865 l'église de l'abbaye devint église paroissiale du quartier et fut profondément restaurée. Au XVIIIe siècle, la voûte a été démolie pour être reconstruite. Au XIXe siècle, la façade et les tours ont été reconstruites intégralement. En juin 1944, pendant le débarquement allié et la bataille de Caen, l'église et l'abbaye furent relativement épargnées par les bombardements, alors que la ville fut en grande partie détruite. Une dernière restauration de l'intérieur de l'église intervint entre 1990 et 1993.

 

 

 

 

 

L'abbaye aux dames
L'abbaye aux dames

Architecture

La nef est bordée d'arcades en plein cintre surmontées d'une galerie (triforium) qui sert d'appui à la voûte d'ogive. C'est la première voûte d'ogives construite en Normandie, elle date de 1130. Le transept au centre de l'église accueille l'Autel. Le transept nord est roman, il ouvre sur une absidiole (la chapelle du Saint-Sacrement) qui abrite le tabernacle. Le transept sud présente des colonnes gothiques intégrées dans la décoration romane. Le choeur se termine en abside ornée de quatre colonnes et d'une galerie décorée d'animaux fantastiques. On trouve également une crypte présentant de nombreuses colonnes.

Publié dans Ma-ville

Partager cet article

Repost 0

Beaux dimanches

Publié le par Aimela

Les beaux dimanches
Les beaux dimanches

« J' m' en fou pas mal

Il peut m'arriver n'importe quoi

J' m'en fous pas mal

J'ai mon dimanche à moi *«

C'est p' t être normal

Que je reste couchée tout le matin

Je me régale

De ce tintouin

Il y a la lecture de livres

Il y a la musique ivre

Il y a des rêves oniriques

Quel beau dimanche fantastique

« J' m 'en fous pas mal

Il peut m'arriver n'importe quoi

J' m' en fous pas mal *«

J'ai mon dimanche qui me démange

Au fond de mon lit, je mange

Des croissants tout chauds

Des délicieux marshmallows

J' m'en fous pas mal

Aujourd'hui, je suis à dimanche

Sur la musique, je me déhanche

Un verre de vin à la main

Je vous dis donc à demain.

* paroles de « j' m'en fous pas mal » d ' Édith Piaf

Publié dans Mes- Poèmes-et-slams

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 > >>