Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Fillette sur la plage

Publié le par Aimela

Fillette sur la plage

La petite fille aux cheveux blonds et longs s'amuse à faire voguer son bateau pas plus grand qu'un pouce dans un ru, reste de la mer partie au loin, sur la plage désertée . La fillette semble calme, absorbée dans le soleil couchant, aucune peur ne la traverse. Elle voyage doucement vers l'océan." Pas trop loin" a dit son pépé .

<< Comment pourrais-je aller plus loin mon bateau est si petit ? C'est mon pépé qui l'a fait. Pour la coque, il a pris un bouchon, la voile est un bout de papier collé à une allumette . Il fait plein de trucs mon pépé, en plus il me raconte de belles histoires assis sur la plage. Quelque fois, il me gronde de sa grosse voix quand je fais une bêtise mais ce n'est pas grave . Ma mémé me fait des gâteaux au chocolat tout en essuyant mes yeux lorsque mon papa et ma maman se crient dessus et que cela me fait pleurer. J'aime pas rester toute seule dans ma chambre à me boucher les oreilles, je prends le téléphone, et j'appelle pépé et mémé qui viennent très vite me chercher . Je les aime bien tous les deux même la mer n'est pas assez grande pour le dire. J'espère qu'ils resteront toujours là ... >>

Le petit bateau file doucement sur l'eau emportant, la petite fille le regarde sans un geste pour l'arrêter, son esprit est ailleurs vers des étendues d'eau à ne plus finir. Comme elle aimerait être grande, partir loin, très loin mais elle ne veut pas abandonner ses grands parents . C'est sur, ils seraient tristes et elle aussi . Petit navire navigue tout seul , elle le rejoindra quand elle saura lire et écrire pour envoyer de jolies cartes postales à ceux qu'elle aime.

Publié dans Mes-textes-proses

Partager cet article

Repost 0

Mes petits bonheurs oubliés

Publié le par Aimela

Mes petits bonheurs oubliés




Il fait doux, la pénombre descend doucement sur cette plage. La mer au fond, roule et déroule dans un mouvement perpétuel ses vagues... Rien n'a d'importance ici... seule une petite musique se promène dans ma tête et chasse des années de merde qui l'ont polluée.

Pas un chat, pas d'humain non plus à se balader, je suis calme, mes pieds foulent et s'enfoncent dans le sable, je n'y fais pas attention, je m'assoies sur un gros galet et je regarde l'horizon, au loin, très loin... Là où ne peuvent plus porter mes yeux... Là où il n'y a ni colère, ni chagrin. Je laisse mes souvenirs remonter et envahir mon âme...

Mon enfance me rattrape et soudain devant moi, mon grand père fume sa pipe assis à la grande table qui nous accueillait tous les jeudis pour notre goûter. Son atelier grand ouvert nous laisse jouer avec les copeaux de bois. Ah ! Ces odeurs de bois, de tabac s'insinuent en moi et me font oublier celles présentes des algues et de l'iode, pourtant pas les mêmes... J'ai tant recherché mais en vain... ces petits bonheurs et c'est là près de la mer que je les retrouve. La mer qui est mon refuge, mon nid, là où tout peut se balayer à coups de rouleaux... Là, je retrouve de la chaleur, des rêves, la sérénité tant attendue et que je pensais à jamais perdus.

Publié dans Mes-textes-proses

Partager cet article

Repost 0

Paul Césanne

Publié le par Aimela



Paul Cézanne naît le 19 janvier 1839 dans la rue de l'Opéra, à Aix-en-Provence.

 

 

Paul Cézanne fréquente le collège Bourbon (devenu lycée Mignet), où il se lie d'amitié avec Émile Zola. Il suit des cours à l'École de Dessin et aménage un atelier au Jas de Bouffan, résidence que son père a achetée. Il part une première fois à Paris en avril 1861, poussé par son ami Zola, mais n'y reste que quelques mois et retourne dans le domaine familial à l'automne. Il inaugure ainsi une série d'allers-retours entre la ville lumière et la Provence.

 

En 1862, il abandonne la carrière juridique et repart à Paris. Il travaille à l'Académie Suisse et y rencontre Camille Pissarro, Pierre-Auguste Renoir, Claude Monet, Alfred Sisley et un autre Aixois, Achille Emperaire, dont il fera plus tard un portrait, resté célèbre. Il est refusé à l'École des Beaux-Arts en raison d'un tempérament jugé par trop excessif.

 

 

En 1872, il s'installe à Auvers-sur-Oise, où il peint avec Pissarro, et travaille dans la maison du docteur Gachet. En 1874, les impressionnistes organisent leur première exposition collective dans l'atelier du photographe Nadar et le public réserve un accueil peu encourageant, voire scandalisé, aux toiles de Cézanne qui en présente trois (Une moderne Olympia, La Maison du pendu et Étude, paysage d'Auvers). Il ne présente aucun tableau au cours de la seconde exposition impressionniste, mais montre 16 œuvres en 1877 à la troisième manifestation. Les critiques sont très mitigées et il se détache du groupe impressionniste et rejoint la Provence à partir de 1882, d'abord à L'Estaque, puis à Gardanne en 1885, petit village près d'Aix. Là, il commence son cycle de peintures sur la Montagne Sainte-Victoire, qu'il représente dans près de 80 œuvres (pour moitié à l'aquarelle). Sa situation financière reste précaire, d'autant que son père diminue son soutien.

 


Sa première exposition personnelle, organisée par le marchand de tableau Ambroise Vollard en 1895 en l'absence du peintre, se heurte encore à l'incompréhension du public, mais lui vaut l'estime des artistes. Sa renommée devient internationale et il remporte à Bruxelles un grand succès lors des expositions des Indépendants. Il se fait construire en 1901-1902 un atelier dans la périphérie d'Aix : l'atelier des Lauves.

 

 

Dès novembre 1895, Cézanne loue un cabanon aux Carrières de Bibémus afin d'y entreposer son matériel de peinture et ses toiles et où il passe une bonne partie de son temps, voire de ses nuits[4],[5], jusqu'en 1904[5].

 

En octobre 1906, alors qu'il peint sur le motif, dans le massif de la Sainte-Victoire, un violent orage s'abat. Cézanne fait un malaise. Il est recueilli par des charretiers et déposé dans sa maison de la rue Boulegon, à Aix, où il mourra, le 22, emporté par une pneumonie.

 

Vous pouvez  aller sur le lien pour regarder  ses toiles et en savoir plus sur lui

 


 


 

 

 

 

 


 

 

 

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>