Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Chez les Arcimboldo

Publié le par Aimela

oeuvre de Giuseppe Arcimboldo

Pour miletune

- As-tu fini avec tes bêtises ?

- Regarde comme c'est joli, j'ai trouvé de quoi peindre les hommes sans me tromper.

- Joli ? C'est ton point de vue, le mien n'est pas dans ce sens. J'en ai marre de m'échiner à acheter des fruits et légumes pour que Monsieur s'amuse.

- Je peins Madame et mes œuvres me ramèneront argent et notoriété.

- Je me moque de la notoriété, moi, je veux de l'argent car, au cas où tu ne le saurais pas, tes folies coûtent cher. Plus de 3€ un kilo de cerises et ne parlons pas du reste. Je perds une fortune et tout ça pour faire des bonhommes moches alors que je pourrais savourer ces fruits.

- Bah ! Tu en feras des confitures.

- Confitures ? Encore ? J'ai plus de trois cents pots dans la cave et tu n'en manges pas. Trop sucrées, dis-tu.

- Tu sais Poupoule que trop de sucre donne du diabète.

- Tu n'as qu'à faire du sport, cela te fera du bien au lieu de barbouiller toute la journée.

- Je te l'ai dit...

- Je sais mais cela n'empêche que tu es gros, alors les fruits et légumes, je te les prends et on les mange tout de suite.

- Voyons Bibiche...

- Pas un mot de plus, c'est un ordre.

Giuseppe baisse la tête et laisse son épouse manger le nez de son personnage mais quel dommage, il était si réussi.

Publié dans Mes-textes-proses

Partager cet article

Repost 0

Une petite pensée pour...

Publié le par Aimela

Petit texte réédité

 


Il était une fois, dans un conte moderne, un personnage qui s’appelait la Nunuche. Elle était mignonne et jolie, malheureusement, un peu sotte et naïve...Nunuche vivait avec d’autres personnages aussi infortunés qu’elle, dans un recueil qui n’en avait seulement que le nom... Une vingtaine de pages agrafées par le haut...Pour ne pas les perdre.
 

La pauvre Nunuche, oubliée par son auteur, broyait du noir. Nunuche voulait qu’on la remarque et ce n’est pas pas avec les débris qu’elle pouvait le faire...
 

Un jour pourtant, Nunuche eut une lueur d’espoir. L’auteur avait ressorti le recueil pour chercher une idée, n’en trouvant pas, alla se coucher, laissant le recueil sur le bureau...


C’était le moment de sortir, un oeil à droite, un à gauche, elle s’extirpa , facile, elle était mince. Elle alluma l’ordinateur, se brancha sur internet et frappa sur les touches.

Il fallait que tout le monde sache qu’elle existait, elle... et ses malheurs. A l’aube, fatiguée est satisfaite, elle se blottît dans les pages et patientât jusqu’au soir... Pour lire les retours.


Les retours , rien, rien pour elle. Le seul retour qu’elle ait lu, c’est pour l’auteur. L’auteur, toujours l’auteur mais l’auteur n’a rien fait, l’auteur l’a laissée, elle la Nunuche, au fond d’un tiroir. Que faire ? Nunuche ne pouvait pas révéler au monde que c’était elle qui avait raconté son histoire... Il ne lui restait qu'à rentrer à jamais dans le recueil et à mourir comme ses pages... ratatinée.

2006

Publié dans Mes-textes-proses

Partager cet article

Repost 0

Falaise

Publié le par Aimela

 

Château de Falaise vue de derrière

Falaise est une commune française, située dans le département du Calvados en région Normandie

Le site de Guibray, hors de la ville médiévale, est occupé dès l'époque mérovingienne par un sanctuaire, où prendra place ensuite l'église Notre-Dame de Guibray. Celui de la ville est habité dès le ixe siècle.

C'est le château de Falaise, dont les traces les plus anciennes remontent au xe siècle, qui est à l'origine de la ville dotée du statut de bourg. Dès le début du xie siècle, Falaise devient probablement la capitale politique, administrative et militaire de la vicomté d'Hiémois. Avant le règne de Guillaume le Conquérant qui naît dans cette ville vers 1027-1028, elle est la capitale du duché de Normandie. Guillaume est dit le Bâtard car son père le duc Robert le Magnifique n'a pas épousé sa mère Herleva ou Arlette, une frilla à la "more danico" locale. La légende veut que le duc Robert ait aperçu celle-ci depuis son château soit en train de danser, soit en train de laver des peaux d'animaux dans la rivière (ou les deux) dans ce qui deviendra un monument falaisien, « la Fontaine d'Arlette ». Guillaume le Conquérant n'a jamais habité le château de Falaise 

Le traité de Falaise y est signé en 1174 sous le règne d'Henri II Plantagenêt.

Durant la conquête de la Normandie par Philippe Auguste en 1204, Falaise se rend sans combattre. La forteresse est commandée par le mercenaire Lupicaire qui change de camp et se joint aux troupes du roi de France

Après l'intégration de la Normandie au domaine royal en 1204, et jusqu'au début du xive siècle, Falaise est le siège des sessions judiciaires de l'Échiquier. La ville partage cette fonction avec Caen et Rouen à partir des années 1220.

La ville est prise par Henri IV au début de 1590 à la fin des guerres de religion


Lors de la création des communes sous la Révolution, la paroisse de Guibray se joint à la commune de Falaise. Les habitants de Falaise élisent des maires montagnards, qui refusent de se joindre à l’insurrection fédéraliste.

 

La tour du château

 

La bataille de la poche de Falaise se déroule en août 1944. La ville, déjà fortement touchée le 7 juin par les bombardements stratégiques alliés de l'opération Overlord, subit de nouvelles destructions.


 

Publié dans Normandie

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>