Le fils du vent ( Mony)

Publié le par Aimela

 

je redépose délicatement un très beau texte de mon amie Mony Je l'ai "rencontrée" lors d'un atelier d'écriture en ligne   "l'atelier", ce site est fermé. Elle a toujours été là pour m'encourager et me donner des conseils. J'ai écrit une pièce de théâtre un jour, elle m'a corrigé mes fautes de syntaxe , de grammaire et d'orthographe... Elle fait partie de mon petit groupe d'amis que j'aime. Je vous invite à aller sur son petit blog...  ici 

 

Le fils du vent

 

 

Secrètement elle le surnomme « le fils du vent » et elle lui sourit, heureuse, quand il apparaît après plusieurs mois d’absence. Elle aime ce fils, son unique enfant, toujours pressé, toujours partagé entre mille activités. « Je passe en coup de vent, je n’ai pas beaucoup de temps » est sa phrase habituelle, son unique « bonjour » et aussitôt il lui décrit en quelques mots ses récents voyages : Hongkong, l’Afrique équatoriale, Brasilia, la Cordillère des Andes, Tokyo, l’Amérique du Nord, le Moyen-Orient, la Scandinavie ou depuis peu l’Europe de l’Est.

 

 

Et au fil de son récit succinct, elle s’évade et elle rêve. Sans peine, elle l’imagine sous toutes les latitudes, tour à tour mordu par le nordet, bercé par les alizés, plié sous la force du blizzard ou du simoun, rafraîchit d’une brise de mer. Mais déjà, trop vite, beaucoup trop vite, il prend congé d’elle ; une valise à boucler, un vol à ne pas rater et un « oui, promis Maman, je t’enverrai une carte postale »

 

 

Bien sûr, elle aimerait à son tour lui raconter son quotidien, toutes ses menues choses importantes à ses yeux mais qu’elle pressent si dérisoires pour lui. Les tuiles arrachées du toit de l’appentis par la tempête d’automne, le vide causé par la mort de son vieux chat, ce robinet qui fuit dans la salle de bain et la difficulté de trouver un plombier disponible, ses rituelles parties de cartes avec d’autres veuves, la récolte des pommes de plus en plus ardue vu le poids de l’échelle ou cette douleur intermittente dans la poitrine restent dans l’ombre, son ombre de femme discrète et effacée. La porte se referme, « le fils du vent » est reparti et les semaines monotones s’enchaînent les unes à la suite des autres.

 

 

Une nuit, un vent violent la réveille en sursaut, tout vibre, siffle, se déchaîne en une ronde folle. C’est lui, Éole, le père, qui frappe à sa porte et en un éclair, elle devine son fils en danger. Elle doit agir, vite ! Alors, elle rassemble ses forces et malgré la difficulté elle ouvre la fenêtre et pousse le volet en hurlant : « prends ma vie si tu veux, mais pas la sienne, pas la …» Une souffrance fulgurante dans son flanc gauche retient le dernier mot dans sa gorge et le cœur déchiré elle s’écroule sur le sol.

 

 

Au même instant, à des milliers de kilomètres de là, un avion tel un pantin sort comme par miracle de la folie meurtrière d’un ouragan. A son bord, un homme le cœur empli d’effroi pense à sa vieille maman.

 

Mony

 

Publié dans Auteurs-amis

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Je l'ai relu avec avec plaisir.
Répondre
E
un lien d'amitié entre deux belles personnes, en plus d'une histoire magique, bises à toutes les deux
Répondre
A
Merci infiniment Emma et bises :)
F
quel joli texte bien émouvant
Répondre
A
Mony se joint à moi pour te remercier Flipperine, amitié :)
M

C'est joli, l'ger ,agréable à lire


Bravo Mony et Martine


bises, je vais voir son blog


michel
Répondre
A


Merci Michel  pour Mony ainsi que pour moi Bises



S

Très beau texte, il arrive des fois que l'on ressente des choses comme ça innexplicable.
Répondre
A


 On appelle ça le  6 ème sens et oui cela arrive parfois . Merci Solange et amitié



C

Quel beau texte, poignant, émouvant ! Je vais aller de ce pas visiter son blog.
Répondre
A


 Merci Cécile, cela fera plaisir à Mony  Bonne fin de journée



P

Quelle belle écriture ... un texte douloureux, un cri d'amour dans lesquels nous sommes nombreux à nous reconnaître ...


Merci Mony, et merci Aimela et Nina de m'avoir conduite à vous !


Plume ..
Répondre
A


Meri Plume d'être passée sur mon petit blog 



M

Merci à toi Aimela pour ta fidélité en amitié et ton coeur toujours ouvert aux autres.


Merci à vous tous qui avez commenté ou simplement lu mon texte.


Mony
Répondre
A


 Que de compliments mais il est facile d'être fidèle avec une amie telle que toi. Il est dommage que nous nous
sommes jamais rencontrées dans le réel mais c'est la vie . Bises



N

C'est terriblement poignant.
Je n'ai pas de mots.
Que des larmes.
Bisous !
Répondre
A


Merci pour ton passage, ton  compliment ainsi que la pub que tu as fait pour Mony , elle le mérite, c'est une femme géniale, une véritable amie pour moi même si on ne s'est jamais rencontré
dans le réel. Mille bisous  ma belle 



E

Mony s'occupe très bien de son joli blog, dont tu as donné le lien - j'aime ce lien d'amitié à travers le net, et j'aime vous lire toutes les deux, depuis si longtemps que nos chemins se croisent
sur les sites décriture
Répondre
A


Moi aussi, j'aime ces liens d'amitié et je suis heureuse de te " connaître" à travers  le net . Merci Emma et bises