Délires de cigales

Publié le par Aimela

  Je vous mets un texte que j'ai écrit il y a quelque temps  alors qu'il faisait froid. Il fait beau et vous avez envie de partir vers les régions du sud ; surtout écoutez les cigales "elles chantent"

 

Délires de cigales

 

 

Dans mes dons de sorcière, j'ai oublié de dire que je connais le langage des cigales. Alors que tout le monde pense que ces petites bêtes nous agacent avec le frottement de leurs ailes moi, je les comprends parfaitement. Vous ne me croyez pas ? Vous avez tort... Je vais vous dire mot pour mot ce qu'elles se racontaient à une réunion, où je fus invitée.

 

Le thé glacé fut servi aux invitées venues de toute la Provence pour cette grande réunion de l’été. Il y avait là Odile, Claire, Simone, Germaine, Colette et les autres. Quinze, elles étaient quinze sur ce petit balcon à papoter. De qui ? De quoi ? Je ne sais pas. Comme toutes les femmes, elles parlaient, parlaient sans arrêt. Quelques fois, des rires fusaient dans l’assemblée. C’était un comble pour des êtres ne se connaissant que de nom ...

 

<< Mesdames, j’aimerai un peu de silence s’il vous plait. >> demanda Colette, la maîtresse de cérémonie, assise au bout de la table. J’aimerai savoir si tout le monde est arrivé.

 

Germaine - Il y a vingt noms sur la liste mais nous ne sommes que seize ici.

 

Colette - C’est bien ce qui me semblait.

 

Simone - Où sont les autres ?

 

Germaine - Sophie va arriver plus tard. Elle vient de Bordeaux. Elle s’est perdue en chemin mais elle vient.

 

Simone - Cela ferait dix sept, il nous en manquerait trois.

 

Germaine - Je sais mais elles ont eu des accidents et elles sont mortes.

 

Simone - Mortes ? Explique nous, comment sont-elles mortes ?

 

Germaine- Eh bien voilà : l’année dernière elles sont entrées par erreur dans une maison climatisée.

 

Colette - Ce n’est tout de même pas cela qui les a tuées ?

 

Germaine - Si tu m’écoutais au lieu de m’interrompre tout le temps, tu saurais.

 

Simone- c’est vrai ça, tu nous ennuies à la fin. Continue Germaine.

 

Germaine - Donc, l’année dernière, elles sont entrées dans une maison...

 

Simone- On le sait, dis nous la suite...

 

Germaine - Comme elles avaient froid, et que la porte était fermée, elles se sont réfugiées dans des valises.

 

Simone - On leur a dit de ne pas aller n’importe où. Dans des valises, elles sont folles ! ! Mais elles auraient pu sortir ! elles sont bien entrées !

 

Germaine - Je vois que tu n’es pas mieux que Georgette à déblatérer sans arrêt.

 

Simone - Excuse moi.

 

Germaine - Hélas non, les propriétaires sont arrivés et ont fermé leurs valises et voilà les filles parties.

 

Colette - Sait-on où elles sont parties ?

 

Germaine - Une en Normandie, une autre dans la région parisienne et la dernière en Suisse.

 

Simone - En Suisse ? Mais ce n’est pas notre quartier.

 

Germaine - Je sais, la Normandie non plus. Elles n’ont pas supporté le froid.

 

Simone - Et la région parisienne, alors ?

 

Germaine - Oh ! Elle a pu se réfugier quelque temps dans un château mais c’est en rentrant qu’elle est morte, trop fatiguée...

 

 

De peur que je vous révéle la suite, elles m'ont jeté du groupe avant la fin de la réunion. J'ai trouvé une astuce pour revenir sans qu'elles s'en aperçoivent. J'ai pris l'apparence de Sophie, vous savez celle qui était partie à Bordeaux et qui s'est un peu perdue en cour de route. J'ai réussi à la retrouver et je l'ai enfermée le temps de la réunion puis j'ai pris sa place au près des autres.

 

 

Colette - Oh ! C'est notre Sophie, bonjour ma belle, j'espère que tu n'es pas trop fatiguée car nous avons un gros dossier à débattre aujourd'hui.

 

 

Sophie – Bonjour mesdames, excusez moi de mon retard mais maintenant, je suis rentrée et heureuse de vous retrouver.

 

 

Germaine – Bonjour Sophie mais passons aux choses sérieuses. C'est quoi ce dossier Colette ?

 

 

Colette – Cela concerne les humains, ils nous agacent fortement ... ceux là. Ce serait bien de trouver une solution pour nous en débarrasser pendant l'été.

 

 

Simone – Je les trouve gentils, que leur reproches tu ?

 

 

Colette – Gentils ? Eux ? Tu ne te moquerais pas de moi par hasard ? Ils sont fourbes, ils détruisent tout et en plus ils sont bruyants. Ne les as-tu pas entendus l'année dernière ?

 

 

Simone – Oh ! Si un peu mais ils avaient une excuse, ils se rencontraient pour la première fois. Ils avaient beaucoup de choses à se raconter. C'est bien ce que l'on fait toutes ici, non ?

 

 

Germaine – Tu es vraiment naïve et trop gentille ma pauvre Simone, cela te perdra ma pauvre fille et le pire c'est que tu trouveras encore le moyen de leur pardonner.

 

 

Simone – Et toi, trop méchante, toujours à cancaner et gne et gne; Ah ! Cela fonctionne bien chez toi...

 

 

Colette – Suffit toutes les deux, on passe au travail. Il s'agit de trouver une solution afin que ces humains ne viennent pas nous déranger cet été. Qui a une idée ? Sophie peut-être ? Toi qui a subi leurs bêtises, tu as bien un moyen de te venger.

 

 

Sophie (c’est à dire moi, un peu gênée) - Euh ! Excusez moi, j'essaie de trouver mais pour l'instant, je me remets de ce long voyage et puis... et puis Germaine a toujours de bonnes idées. Laissons la parler...

 

 

Germaine – Tu as raison Sophie, j'en ai une et une belle idée, tu peux me croire.

 

 

Odile – Raconte, raconte Germaine

 

 

Claire – Oh oui ! J'en ai marre d'entendre leurs discussions et leurs rires, rien que d'y penser, j'en ai mal à la tête.

 

 

Germaine – Et le pire c'est qu'ils se plaignent de nous. Ah ! Ils vont voir ce que je leur réserve. Personne d'entre nous ne peut les piquer mais si on se trouvait des alliés pour nous aider, je pense que cela marchera.

 

 

Colette – Oui, cela pourrait être une bonne idée mais quels alliés ?

 

 

Germaine – Les moustiques, il parait qu'ils piquent très fort et que cela donne des maladies, il y en a une à la mode en ce moment, Je ne peux pas vous la nommer car c'est trop difficile à retenir mais cela fait des dégâts. Il y a plein d'humains malades.

 

 

Colette – Oui, je sais mais c'est très loin de chez nous. Comment vas tu faire ?

 

 

Germaine – Les moustiques, contrairement à nous voyagent très bien, d 'ailleurs, j'en ai fait venir un, il attend que je l'appelle.

 

 

Claire – Où ? Où est-il ?

 

 

Germaine – Bon toi l'aguicheuse ! C'est pas le moment de draguer, il a du travail à fournir si tout le monde est d'accord, alors?

 

 

Colette – Moi je suis pour et vous les filles ? Levez une aile si vous êtes d'accord

 

Tout le monde sauf Simone a levé la main. Eh oui ! Prise au piège dans la vie de Sophie, j'ai voté pour. Vous comprenez pourquoi maintenant, je ne tenais pas à tout vous raconter. J' avoue que j'ai un peu honte. Je vous préviens quand même, il y a parait-il en Provence un moustique qui donne la chicungunya qui sévit dans les îles ... J'espère pour tout le monde que c'est faux.

 


 

Publié dans Mes-textes-proses

Commenter cet article

corinne 21/08/2011 09:30



A choisir !!!! je préfère écouter le chant des cigales plutôt que le bizzzzzzz des moustiques, en plus eux ils ....... piquent


Bisous



Aimela 21/08/2011 10:59



Moi aussi, je préfère entendre les cigales  malheureusement, il n'y en a pas en Normandie par contre les moustiques , si Merci  Corinne et bises



fab 11/08/2011 09:50



une cigalle qui aguiche un moustique, j'voudrais bien voir ça moi :))))


bisous



Aimela 12/08/2011 10:12



Tu sais  dans ma tête "folle" on voit beaucoup de choses Merci Fab et bises



sophie 09/08/2011 09:05



Trop drôle ce langage qui ressemble terriblement à une discussion entre humains.


Belle journée Aimela.



Aimela 12/08/2011 10:15



C'est un texte  assez âgé mais je me souviens de m'être énormément amusée à l'écrire surtout que c'est un  dialogue  et ça je "kiffe" diraient les jeunes Merci Sophie  et bonne journée



Solange 07/08/2011 21:25



Si les cigales se mettent à comploter contre nous maintenant! il est amusant ton texte, bravo.



Aimela 08/08/2011 10:05



On fait bien du mal aux animaux, ils ont droit de se venger Merci Solange et amitié



Mony 07/08/2011 18:21



Tu es maîtresse dans les dialogues, on ressent la comédienne dans cette petite scènette. Aie, aie, aie, j'ai été piquée aujourd'hui pourvu que...



Aimela 08/08/2011 10:07



Je ne pense pas que cela soit un moustique qui t'ait piqué, il fait trop froid  en ce moment Merci  Mony 
du compliment, bises



Nina Padilha 07/08/2011 14:17



Une belle idée que tu as développé là !
Tu devrais en faire un dessin animé !



Aimela 08/08/2011 10:09



J'attends un éditeur  ou un metteur en scène, je ne suis pas  douée dans ce qui est film et surtout d'animation Merci Nina et bises



jacques 26 07/08/2011 12:57



j'aime bien les cigales moi , j'en ai plein dans mon jardin et je trouve leur bruit joli


amitiés martine



Aimela 08/08/2011 10:10



Moi aussi j'aime les cigales malheureusement on en trouve pas en Normandie Merci Jacques et amitié



Michel 24/06/2008 23:26

vraiment, j'ai bien ri ,et je vois que les "nanas" avouent qu'elles sont bavardes et ...........que de bruit font leurs ailes.si le ressac de la mer, qui gêne et "fatigue" les vacanciers pouvait parler,il voterai aussi positivement.Merci,Martine, de l'originalité de tes textesMichel

Aimela 25/06/2008 09:27


Je ne sais pas si les autres "nanas" avouent d'être bavardes mais personnellement, je le suis ( sourire) Merci d'avoir aprécié mon petit texte michel , amitiés


Viviane 24/06/2008 22:05

Lol, j'ai trop ri en te lisant, je transposais cette histoire à mes grillons et comprends tout!Ils complotent! Ah les sales bestioles (rires)je m'en vais chercher mon appareil à ultrasons contre les taupeset ils vont bien voir... ;o)

Aimela 25/06/2008 09:29


Comment veux tu qu'ils ne complotent pas ces grillons, on les gène les " pauvres" avec nos bavardages et s'il n'y avait que ça , les voitures, nos engins de plus en plus modernes ( rires )
Merci viviane


Philippe D 24/06/2008 20:28

Bonjour ma petite sorcière !heureux de te retrouver !Je me suis piqué de curiosité à la suivre les adiscussions entre cigales !bravo à toi, pour ta bone mémoire et pout ton imagination !A bientot ! bisous

Aimela 25/06/2008 09:32


Je n'ai pas de bonne mémoire, j'avais écrit l'histoire il y a quelques temps et comme je l'avais gardé, je l'ai mis sur mon blog. Très heureuse Philippe que tu sois passé sur mon petit blog,
bises