La caméra obscura

Publié le par Aimela

 

 

Petite histoire de la chambre noire

On raconte que l'architecte Della Porta ( qui a achevé la coupole de la basilique Saint-Pierre de Rome en 1593) fit l'observation suivante. Il se reposait dans sa chambre à l'heure de la sieste; ayant fermé les volets, la pièce était quasi obscure. Brusquement, en regardant sur le mur opposé à la fenêtre, il crut rêver: il voyait la maison d'en face et les gens marchant dans la rue , bien que toiut était à l'envers ! Analysant cet étrange phénomène, Della Porta comprit que tout cela était du à la lumière passant par un tout petit trou dans les volets.

 

D'autres avaient déjà fait ces observations semblables, notamment Léonard de Vinci, à l'époque, on utilisait ce principe pour exécuter rapidement des dessins très fidèles à la réalité. Mais Della Porta comprit que l'on pouvait réaliser des «  chambres noires » (camera obscura en italien) en réduction en utilisant une boîte opaque munie d'une petite ouverture ( le « sténopé » sténo signifie « serré » en grec) sur une de ses faces et d'une paroi translucide sur la face opposée. Pour obtenir des images plus lumineuses, il remplaça le petit trou par uneouverture plus grande munie d'une lentille.En 1540 , Jérome Cardan pu mettre cette invention au point et la rendre utilisable. Ainsi fut découvert l'ancêtre de la caméra et de l'appareil photographique.

 

Les photographies de Marja PirilÄ, malgré la richesse des effets obtenus, relèvent finalement d'une grande simplicité de moyens : Quels sont t-ils ?

 

  • L'occultation de la pièce par un film plastique opaque, percé par un trou ( caméra obscure)

  • - La prise de vue avec un simple appareil photo, objectif grand angulaire sur pellicule sensible de 400 asa

  • Les sujets: les proches voisins, adolscents et adultes de familles ordinaires, photographiés dans leur environnement quotidien , prenant des poses naturelles.

  • Le procédé: la surimprssion inversée sur ces intérieurs, de paysages, normalement vus par la fenêtre de la chambre, mais située lors de la prise de vue au dos du photographe

 

La magie du procédé, la durée des poses de modèles, parfois alanguis, la science des cadrages et de l'utilisation de la couleur... Tout cela crée un univers onirique très poétique, personnel et sensible

Publié dans divers-et-contre-tout

Commenter cet article

Michel 30/06/2008 22:53

cela prouve que les anciens étaient plus "observateurs" que nous ne le sommes actuellement

Aimela 01/07/2008 09:46


ce n'est pas que les jeunes ne sont pas observateurs mais ils n'ont plus le temps :)))). Merci Michel


Poésia 30/06/2008 18:54

Tout-à-fait, la photographie est tout aussi poétique que la description de l'image par des mots ! Intéressante ton enquêteBravo et mes amitiés

Aimela 30/06/2008 20:58



Ce n'est pas trop une enquète, j'ai vu au mois de janvier , je crois une exposition d'une photographe qui utilise cette technique, je mettrai un petit article sur elle . Merci moun



Clo 30/06/2008 18:18

Eh bien je me sens bien moins bête tout à coup. Merci Aimela !

Aimela 30/06/2008 21:04


Tu n'as jamais été bête, je te rassure( loin de là ) . ce qu'il y a de bien avec internet c'est que l'on peut apprendre beaucoup  quoique avec la caméra obscura, j'ai appris lors d'une visite
au musée des beaux-arts de Caen, j'en parlerai demain avec une artiste qui a exposé  dedans . Merci Clo


le bateleur 30/06/2008 16:27

Le moment est tout à fait adapté pour évoquer les débuts de la photographiec'est précisément un point de retour momentané rafraichissantpour tous ceux qui veulent retrouver un peu d'enthousiasme de la rétine.bien vu ...

Aimela 30/06/2008 21:06


Merci de ton passage et de ton commentaire Bateleur, je passe sur ton blog mais je me sens si ignorante  que je n'ose y laisser un commentaire