Désastre

Publié le par Aimela

Texte réédité


 

Ils se sont rencontrés à Paris, au bord de la Seine... Lui photographe chassait des statues pour un magazine d'art... Elle, fuyait un passé oppressant. Rien de sa vie n'avait survécu, la tempête avait tout ravagé. Elle errait misérablement à la recherche d'un moindre espoir de salut... Ils n'auraient jamais du se rencontrer et pourtant...

 

C'est si loin maintenant, les printemps, les étés, les hivers ont défilé. De cette rencontre, elle n'a gardé l'image que des pendules de la gare St-Lazare et ses yeux d'un bleu profond... Il est parti malgré son amour. Elle ne peut pas lui en vouloir, c'est de sa faute, elle en a conscience, elle a toujours tout raté, son enfance maladive, son adolescence anarchique, ses amours. Ses amours, en a t-elle eu au moins ? elle ne sait plus...

 

La douceur du temps en ce mois de novembre l'avait amené sur les bord du fleuve qu'elle ne connaissait pas. Elle était monté de la province après la perte de ses parents, tués dans un accident de la route alors qu'ils venaient lui rendre visite à l'hopital psychiatrique, pour une énième dépression. Pourquoi n'avait-elle pas la force de combatre ses démons d'alcool et de drogues en tout genre ? Au départ c'était un verre et un pétard, pas grand chose, juste pour s'amuser entre copains mais cela a pris de l'ampleur... Il lui en fallait plus, toujours plus, volant sans vergogne ses parents qui l'aimaient et lui pardonnaient. A cause d'elle, ils sont morts...

 

Les pendules de la gare ont continué à égréner les heures, les minutes, les secondes aussi. Aucune ne donne l'heure exacte. Elle a besoin de la connaître cette heure pour se rendre compte qu'elle a vieilli seule dans une petite ferme perdue, je ne sais où... oubliée de tous...

 

Après l'enterrement, une vieille tante l'a hébergée une quinzaine de jour à paris, c'est ainsi qu'elle s'est retrouvée à la gare, devant les pendules, au bord de la Seine ensuite , c'est là qu'elle l'a rencontré alors qu'il l'a bousculé malencontreusement, en prenant des photos d'une statue dans le jardin des plantes. Elle a grondé, il s'est excusé et la invitée à boire un café. Ils ont discuté pendant des heures. Ils ne sont plus quittés. Ils étaient bien ... Mais une fois de plus, elle a tout gaché. Elle attendait un bébé , elle était heureuse. Tout se passait bien jusqu'au jour où, une angoisse a surgi et tout s'est cassé. Incapable de la surmonter, elle a repris la boisson et ses drogues, tuant ainsi ses rêves de maman... Malgré son amour pour elle Il n'a pas pardonné, il est parti...

 

Aujourd'hui, elle ne boit plus, elle ne se drogue plus... Il en a fallu des années, du courage, de la patience pour se soigner car guerrir, c'est impossible. Aujourd'hui, le facteur lui a apporté une lettre qu'elle attendait depuis longtemps, une lettre de lui... c'est fini écrit-il et cela depuis longtemps. “Tu as refusé mon aide, tu as refusé l'enfant.Tu as refusé mon amour et nos rêves. J'ai essayé et Dieu m'en est témoin de te sauver mais c'était peine perdue, tu t'étais trop enlisée. Je ne t'en veux pas mais je refuse de revivre ce calvaire, comprends moi. Aujourd'hui, j'ai refait ma vie, j'ai des enfants, ne m'envoies plus de lettres“ Aujourd'hui, elle a balancé la lettre dans la cheminée, a sorti un verre . Elle a pris ses comprimés et les a avalés, avec de l'eau.

 


 

 

 

Publié dans Mes-textes-proses

Commenter cet article

mixhel 21/09/2013 11:03


J'avais mis une com en 2008 et le texte resurgit


Martine, tu vieillis comme nous tous mais avec une "pointe de fainéantise"


Allez, à ton prochain texte...bisous...michel

Aimela 21/09/2013 11:17



Non ce n'est pas  une pointe de fénéantise ,( j'essaie d'écrire par ailleurs) c'est juste que je remets mes vieux textes pour les nouveaux arrivants  qui ne connaissent pas . Toi tu es
un fidèle  depuis le début du blog  donc forcément , tu connais . Ne viens pas demain , c'est encore un
vieux texte  . Je verrai la semaine prochaine pour 1 ou é nouveaux. Merci Michel et bises 



Mony 11/09/2013 19:24


Noir, très noir ! brr....

Aimela 13/09/2013 11:12



Eh oui, je ne suis pas  dans une humeur gaie en ce moment  Merci Mony et bises 



emma 11/09/2013 13:26


noir c'est noir, mais si il y a de l'espoir, Aimela, seulement il ne prend pas souvent des formes grandioses, des petits coins de ciel bleu, une brise légère, un sourire...

Aimela 13/09/2013 11:14



des rencontres  sympas  Je te rassure ce n'est pas mon histoire . Merci  Emma et bises 



Carlos 10/09/2013 19:31


Que ce texte est touchant ! Elle s’en sort finalement, mais trop tard… Il y a une histoire d’attente dans tout ça. C’est ce décalage dans le temps qui est injuste et qui me touche. L’un
attend et s’épuise à attendre, et quand l’autre est là c’est trop tard. Les pendules symbolisent bien ce « décalage du temps » entre les personnages. Bel écrit, émouvant et très
réaliste.


Je te souhaite une belle semaine, amicalement, Carlos.

Aimela 13/09/2013 11:18



C'est exactement le propos du texte écrit il y a quelques années  et que je viens de ressortit des oubliettes  Merci Carlos et bon weekend à toi 



flipperine 10/09/2013 17:33


une fille vraiment dépressive et seule elle ne pouvait rien pour elle

Aimela 13/09/2013 11:20



Seul , on ne peut rien; il faut des aides qui s'y connaissent et vouloir s'en sortir. Cela fait beaucoup mais il n'y a pas d'autres solutions . Merci Flipperine et amitié



Solange 10/09/2013 14:22


Une histoire très crédible. Que de vie gâchées à cause de cela.

Aimela 13/09/2013 11:22



il est vrai que j'ai inventée l'histoire  mais  il existe sûrement de par le monde des faits similaires . Merci Solange et amitié



jacques 10/09/2013 13:28


encore un drame de l'alcool , c'est triste de boire et de se droguer en plus !!


amitiés martine

Aimela 13/09/2013 11:25



Eh oui, c'est bien triste mais je pense que  l'héroïne  va s'en sortir dans  cette histoire, elle finit par prendre  son médicament avec de l'eau   . Merci Jacques et amitié 



Nina Padilha 10/09/2013 13:27


Une lente descente aux enfers.
Que c'est triste, tout ça.

Aimela 13/09/2013 11:26



c'est triste mais l'héroïne  va s'en sortir ( elle prend son médicament avec de l'eau ) . Merci Nina et bises 



Michel 18/09/2008 08:25

les pendules égrennent les minutes,les secondes de la viequ'elle soit douce ou rude

Aimela 18/09/2008 09:33


La vie est souvent plus dure que douce malheureusement mais il faut faut faire avec. Merci Michel et bises


babeth 18/09/2008 00:00

tu es pleine de ressources... Bravo pour ton histoire, même si elle est très triste...

Aimela 18/09/2008 09:35


Pleine de ressources ? Cela se pourrait. Merci de ton compliment Babeth et bises