Douceurs et rages

Publié le par Aimela




Je regarde le foulard sur la table et me demande quelle histoire je vais bien pouvoir raconter...  Les copines ont déjà fini et moi, je n'ai rien, même pas un début de phrase dans la tête, c'est rageant... Ce foulard me nargue avec ses jaunes, ses rouges, ses oranges qui me matent la vue mais pas le toucher, ce n'est qu'un rugueux bout de tissus. J'aurai préféré de la soie ou de la laine.

Oh oui ! Mille pelotes devant moi ... Je plonge dans une douceur infinie, je me vautre délicieusement dans cet univers. Les bruits, les chocs, les insultes, les peurs se diluent par enchantement. Je vis dans un cocon et ne veux pas le quitter.  Malheureusement le vert,  qui s'était caché, fait surface. Agressif et piquant, Il me saute à la gorge m'obligeant  à sortir de ma torpeur.
“ Fous le camp, couleur de malheur, je te hais. Bleu, bleu viens je t'en prie, débarrasse moi de ce filou” Le bleu n'est pas là, il colore le ciel et la mer. Voyant cela, les rouges, les jaunes, les oranges partent eux aussi peindre la nature, me laissant me débattre avec le vert infernal. “Au secours ! Qui peut m'aider à vaincre ce monstre ?” Un coup de pied par ci, un coup de pied par là, c'est la guerre, tous aux abris ... Euh ! Je suis seule là et me bats comme une enragée.  Personne ne veut céder, quelque fois c'est l'adversaire qui a le dessus et puis d'un coup de reins, je prends l'avantage mais pas pour longtemps... Un coup vient me frapper la tête et là... Je me réveille devant les copines ahuries. Elles sont  mortes de rires de me voir ainsi chue sur le sol. Je me relève gênée, reprends le stylo et ... vous narre cette histoire complètement folle sorti d'un cerveau liquéfié par de longues et vaines recherches sur sa phobie du vert.

Je hais le vert c'est vrai mais que cela ne vous chagrine pas et surtout ne vous excusez pas de l'aimer, je comprends que pour vous cette couleur soit synonyme d'espoir, ouais l'espoir et de quoi ? Non ne me parlez pas d'espoir car là je vais me fâcher toute rouge... Ah le rouge ! j'adore cette couleur ...


Publié dans Mes-textes-proses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M

vous narre cette histoire complètement folle sorti d'un cerveau liquéfié par de longues et vaines recherches sur sa phobie du vert.


mais non,ton cerveau n'est pas liquéfié

Répondre
A


Si tu dis que mon cerveau n'est pas liquéfié , je vais te croire  quoique ...  Merci Michel et
bises



F

rassures toi je te dis que ma couleur préférée est le bleu
Répondre
A


Cela va bien alors , j'aime aussi le bleu  Merci  Flipperine et bonne journée 



C

Tu m'as fait bien rire avce cette illustration de ta phobie personnifiée sans oublier ces petites touches d'écritures pour nous préciser d'une façon très explicite que tu es souvent toute seule à
te battre contre les vents contraires alors que les autres sont partis compter fleurette et s'amuer ailleurs loin de toi et de tes demandes d'aides répétés ... SEul le rouge la peinture a encre
des égards pour toi . Une petite fable et ses leçons à conduite de notre amie Aimela. Bisou
Répondre
A


Je te rassure , ce texte a été écrit il y a quelque temps  et surtout, je ne donne jamais de leçons de conduite  vu que je ne sais pas" conduire" La vie est tellement dure, chacun fait
ce qu'il peut pour exister ( moi la première)  alors je ne me vois pas donneuses de leçons . Merci  Calinou et bises 



R

Mais ne t'excuse pas Aimela, le vert est une couleur à la fois merveilleuse car synonyme d ela nature vivante, et terrible car synonyme de mort... J'adore en fait ta manière de te battre avec les
couleurs, ah que dirait un peintre te voyant ainsi divaguer du pinceau ;o))
Répondre
A


Le peintre en rirait  et  peut-être prendrait cause pour moi  Pour le vert cela va mieux mais il
n'est pas remonter à la première place pour autant  Merci Viviane et bises



E

ton histoire est amusante - quand même bizarre ton antipathie pour le vert - je déteste le peindre parce que c'est très difficile, mais sinon, comment peut on détester une couleur qui est celle
justement de la nature ? qu'elle ne nous aille pas au teint, ou qu'on ne l'aime pas en papier peint, on comprend, mais détester ?


 
Répondre
A


Cette phobie ( c'en était bien une)   que j'ai appris à conjurer  depuis est du à un évenement  douloureux  dont je ne parlerai pas  ici. Je ne l'aime toujours pas
 mais  je l'accepte , c'est déjà ça  Merci  Emma et bises



J

C'est en écrivant le premier mot que le rest vient. C'est l'écriture automatique qui m'a apprit ça !...
Répondre
A


Ce n'est pas toujours le cas, il peut y avoir un grand  blanc après le premier mot  Merci Jeammi, bonne
journée 



B

bonjour Aimela. Te voilà bien amère avec ce maudit vert!  Hi hi. Mais dis-moi, tu n'as rien contre le jaune ni le bleu... Alors méfies-toi de leur traitrise, car si tu as le malheur de les
laisser fricoter ensemble, ils ne t'apporteront que du vert, objet de tous tes démons, hi hi... Bisous rouges....
Répondre
A


Je te rassure, je suis moins amère après le vert . pour ce qui est du jaune et du  bleu, je fais en sorte qu'ils vivent loin de l'autre et quand ce n'est pas possible, je m'arrange à ce que
le vert  ne me dérange le moins possible .  l'herbe me dérangd  mais pas les arbres  donc tu
vois que ce ne sont pas tous les verts  qui me hantent  Merci Babeth et bises



S

Et bien tu as réussi à écrire quelque chose d'intéressant, le vert t'as inspiré. Bravo.
Répondre
A


C'est bien la seule chose qu'il a réussit ...ce vert  Merci Solange et amitié



M

Toujours de la vie et du caractère, tout toi !
Répondre
A


C'est vrai que je  ne manque pas de caractère, il y en a qui ont subi   Merci Mony et bises



J

je n'ai pas changé j'aime toujours le rouge


amitiés martine
Répondre
A


Moi aussi, j'adore le rouge  mais j'aime aussi le bleu, le jaune  etc... sauf le vert mais maintenant j'accepte  me promener dans l'herbe  , chose que je ne faisais plus
 depuis longtemps  Merci Jacques et amitié