Violences conjugales

Publié le par Aimela

 Je soutiens amnesty internationale  dans sa lutte contre les violences faites aux femmes dans leur ménage, j'ai mis le petit logo sur ma page d'accueil et j'en parle dans l'article que je suis allée chercher sur leur site. je connais trop bien ces violences  pour les avoir vécues moi-même mais je ne raconterai ma vie ici. il y a trop de femmes brisées  sinon mortes sous les violences de leur conjoint  quelles soient physiques ou morales. On n'en parle jamais assez  hélas  !

Violences conjugales, l’affaire de tous


Ne restons pas muets face aux violences conjugales
© TBWA\Paris pour Amnesty International
En France, une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son compagnon .

Bien que de plus en plus dénoncée, la violence à l’égard des femmes au sein du couple demeure aujourd’hui encore très mal connue et largement sous-estimée.

Selon une enquête nationale publiée en 2003 , les actes de violence au sein du couple touchent près d’une femme sur dix en France, quels que soient leur âge, leur origine et leur milieu. Elle est liée à une discrimination fondée sur l’appartenance sexuelle.

La violence contre les femmes, quelle que soit sa manifestation, s’accompagne et se nourrit d’une forme d’emprise, système complexe de domination régit par le contrôle et la peur. La plupart des femmes qui subissent des violences se trouvent piégées : elles ne peuvent ou ne savent souvent pas comment en sortir.

Bien qu’il s’agisse de violences commises dans la sphère privée, ce sont des violations des droits humains comme les autres et elles concernent donc l’Etat. Au regard du droit international, celui-ci est comptable de ces violences. Son rôle est de faire tout ce qui est en son pouvoir pour les empêcher, punir les coupables et apporter aux victimes la protection, l’aide et les compensations nécessaires.

En France, l’État a indéniablement fait un certain nombre de pas vers une meilleure prise en compte de ce phénomène si largement répandu. Cependant, ces dispositions souffrent encore d’un manque de coordination, de volonté et de moyens adéquats, qui se traduit par une application très hétérogène sur le territoire français.

A l’image de la société, les professionnels concernés considèrent encore trop souvent qu’il s’agit de simples conflits familiaux. Tant que la violence faite aux femmes sera occultée ou relativisée, tant qu’elle ne sera pas suffisamment prise en compte par l’État et reconnue comme un véritable enjeu par la société toute entière, elle ne cessera pas.

En 2007, le Gouvernement a mis en place un numéro d’appel unique, le 3919, qui répond aux personnes victimes ou témoins de violence et les redirige vers des associations et services spécialisés qui les prendront en charge.

div>

Solidarité Femmes Enfants
envoyé par FNSF




Olivier Dahan a réalisé un film de 2 minutes 30 qui met en scène les violences conjugales et incite les témoins de ces violences à réagir.

Ce film, conçu par TBWA\Paris, soutient la campagne d’Amnesty International sur les violences faites aux femmes. L'objectif de ce film est de provoquer une prise de conscience de la réalité de ce problème en France, du rôle important de chacun d’entre nous et de la responsabilité du gouvernement pour y mettre un terme.

En détournant les codes du muet, ce film amplifie l’horreur du silence qui entoure trop souvent les violences domestiques souligne l’importance d’oser dire "stop" pour briser ce silence insoutenable. Le message final "En France, 1 femme décède tous les 3 jours suite aux violences conjugales" veut mettre un terme à l’idée reçue selon laquelle la violence contre les femmes fait partie d’un passé révolu, pour inciter chacun à réagir.

Sensible à l’importance de la campagne et attiré par la qualité artistique du projet, Olivier Dahan a immédiatement accepté de réaliser ce film mettant avec brio son art au service de ce film publicitaire. Répondant à l’invitation du réalisateur et désirant soutenir ainsi l’action d’Amnesty International, Clotilde Courau, Didier Bourdon et Claude Perron ont mis à leur tour leur talent au service de la force du film, en incarnant des personnages que l’on pourrait croire tout droit surgis du passé mais qui se révèlent être effroyablement contemporains.

Publié dans divers-et-contre-tout

Commenter cet article

LIZOTCHKA 09/02/2009 23:27

Un sujet douloureux. Mais la violence peut aussi être verbale. Même sans coups, on peut faire mal à quelqu'un et lui faire perdre toute confiance en soi. Terrible!

Aimela 10/02/2009 10:39


Pour ce qui est la violence verbale, je connais malheureusement ce n'est pas reconnu par les juges lors d'un divorce et pourtant c'est aussi atroces que les  physiques et ne partent jamais du
cerveau . Merci Lizotchka et amitiés   


Esperiidae 08/10/2008 13:32

Parler, parler, parler. Cela ne semble pas grand chose et c'est pourtant essentiel pour endiguer ce fléaut qu'est la violence conjugale. Connais-tu ce très beau site, qui maintenant est et, semble-t-il, restera en veille, mais dont les textes ne doivent pas être oublié : http://laviedetheophile.typepad.com/mon_weblog/

Aimela 08/10/2008 19:50


Je ne connais  ce site mais je marque , j'y ferai un tour  dans un petit moment de libre . Oui , il faut toujours dénoncer ces  violences  quelles soient physique, morales 
ou bien les 2


jacques87220 05/10/2008 22:52

Je trouve ça honteux et sans pretention de ma part ma femme est traitée a coups de bouquets de fleurs tous les samedis!! suis je normal? Bonne nuitJacques

Aimela 06/10/2008 09:24


Bien sûr que tu es normal  ce sont les mauvais qui ne le sont pas ( sourires) Je souhaite à ton épouse plein de bouquets encore .Merci Jacques et amitiés


babeth 03/10/2008 01:03

j'ai la chance et le bonheur, ho combien apprécié, de n'avoir jamais connu ce drâme, ni dans mon enfance, ni dans ma vie d'épouse... Mais je compatis pour toutes celles qui subissent ou ont subi de telles violences. Et, si je devais rencontrer un jour une femme ou un enfant battus par leur mari ou père, je jure devant vous que je dénoncerai immédiatement les maltraitances à la police.

Aimela 03/10/2008 08:01


Oui, parler, toujours parler pour endiguer ces violences  qui tuent  et détruisent  les femmes et les enfants. Merci Babeth de ton soutien et ton commentaire. Bises


michel 02/10/2008 22:34

ce problème a trop longtemps été oculté on le considérait n'exister que dans les milieux défavorisésor,c'est une erreur tous les milieux sont concernésil y a une éducation à fairebisousMichel

Aimela 03/10/2008 08:05


Ouii Michel, c'est dans tous les milieux sociaux . Maintenant, on en parle plus mais il y a encore des femmes qui se terrent  et n'osent pas porter plainte de peur pour leur vie. Pas assez de
protection  malheureusement. Il faut que cela change et c'est avec des articles  partout que la société arrangeront des structures sures pour ces femmes et les enfants . Merci Michel et
bises


fab 02/10/2008 21:28

elle est dure cette vidéo et pourtant encore si "soft". le meilleure conseil à donner je pense à qq un qui rencontre la violence c'est : pars, pars vite et loin et ne revient surtout pas, il ne changera pas. Et à tous ceux qui ne la vive pas cette violence de ne pas fermer les yeux et tendre la main pour ne pas laisser mourir dans l'indifférence parce que "ça ne nous regarde pas" c'est cela qui donne la force aux boureaux le fait qu'en général ce sont toujours les victimes en plus de leurs souffrances qui se retrouvent condamnées en plusbig bisous

Aimela 03/10/2008 08:07


C'est exactement ça, on se sent coupables d'avoir abandonné la vie conjuguale et doublement punies . On paie toujours . Merci Fab  et bises


hortensia 02/10/2008 15:37

merci  ma douce amie comme doit j ai subit et savoir que d autres personnes subissent encore et encore de la violence nous avonsde quoi nous révolter , nous remettrons nous un jour ?comme toi il faut garder courage et relever sa tete  a bientot

Aimela 02/10/2008 16:15


Pour nous c'est trop tard mais si mon article peut sauver d'autres femmes alors tant mieux. Nous nous connaissons bien, nous avons vécu l'une et l'autre des galères chacune de notre côté mais nous
avons aussi des milliers de joies ensemble  que je n'oublierai pas . Mille bisous Hortensia


liedich 02/10/2008 12:53

Oups désolé mais envie de vomir !ma jeunesse sûrement.merci joli prénom

Aimela 02/10/2008 16:17


Tu n'as pas à être désolé, ce n'est pas toi qui a fait du mal poète. Il y a des hommes bien dont tu fais parti et il y a les autres mais eux ne vomissent pas et ne sont pas désolé alors qu'ils
devraient l'être  . Merci à toi Liedich


jacques 02/10/2008 10:24

tu as raison trop de femmes subissent encore ces violences
c'est a prendre tres au serieux !!!
amitiés

Aimela 02/10/2008 16:18


Merci de ton soutien  Jacques , toi aussi tu fais parti des hommes bien . amitiés