Camille PISSARRO

Publié le par Aimela

autoportrait

Jacob Abraham Camille Pissarro, né à Saint-Thomas (Îles Vierges) 10 juillet 1830 et mort à Paris le 13 novembre 1903, est un peintre impressionniste puis néo-impressionniste français, père de Lucien Pissarro.

Connu comme l'un des « pères de l'impressionnisme », il a peint la vie rurale française, en particulier des paysages et des scènes représentant des paysans travaillant dans les champs, mais il est célèbre aussi pour ses scènes de Montmartre. À Paris, il eut entre autres pour élèves Paul Cézanne, Paul Gauguin, Jean Peské, Henri-Martin Lamotte...



Camille Pissarro est né le 10 juillet 1830 dans l'île Saint Thomas aux Antilles, alors possession danoise, où ses parents possédaient une entreprise florissante de quincaillerie dans le port de Charlotte-Amélie, ce qui lui confère la nationalité danoise qu'il gardera toute sa vie. En 1852, il part pour Caracas, au Vénézuela, avec un ami, Fritz Melbye, un artiste danois et qui marquera profondément son destin. . Mi-septembre 1855, année de l'Exposition universelle, il débarque à Paris pour y étudier. Il ne retournera jamais aux Amériques.


À Paris, il est confronté à la complexité du monde artistique avec ses salons, ses expositions, ses académies, ses choix et ses contradictions. Il y rencontre Corot, avec qui il étudie, découvre Delacroix, Courbet, Ingres, Daubigny. Il travaille alors dans l'atelier d'Anton Melbye et peint sur le motif à Montmorency. Entre 1859 et 1861, il fréquente diverses académies et rencontre Ludovic Piette, Claude Monet, puis Paul Cézanne et Armand Guillaumin. En 1863, Cézanne et Zola visitent son atelier à La Varenne et, en 1865, il séjourne à La Roche-Guyon. Pissarro vit à Pontoise de 1866 à 1869 de manière épisodique. Sa situation financière est difficile. Il peint des enseignes pour faire vivre sa famille. En 1869, il vit à Louveciennes et doit fuir et abandonner son atelier devant l'avance des troupes prussiennes. Il se réfugie à Montfoucault chez Piette et part pour Londres où il retrouve Daubigny et Monet et fait la connaissance du marchand Paul Durand-Ruel. De retour à Louveciennes, il découvre que son atelier a été pillé et qu'il ne lui reste plus qu'une quarantaine de toiles sur près de mille cinq cents. Il s'installe à Pontoise en 1872 et y reste jusqu'en 1882. En 1879, Gauguin, qui lui a acheté des toiles, vient travailler avec lui à Pontoise. Il collabore avec Degas dans le domaine de la gravure et pendant l'été 1881, Cézanne, Gauguin, Guillaumin, sont à Pontoise à ses côtés. Il participe à toutes les expositions impressionnistes et devient peu à peu un patriarche du mouvement, mais dans une grande fraîcheur d’esprit et avec un constant renouvellement.


En décembre 1882, il s'installe à Osny dans les faubourgs de Pontoise, ne pouvant plus trouver à louer une maison qui lui convienne pour un prix raisonnable. En 1889, il peut enfin s'acheter une maison à Éragny-sur-Epte, où il passe ses dernières années, jusqu'à son décès à Paris en novembre 1903.


la Marne 



Montmartre la nuit


Commenter cet article

Viviane 14/04/2009 22:30

j'adore la juxtaposition de plusieurs tableaux, cela permet toujours de voir l'évolution d'un peintre et là, des trois, celle que je rpéfère est cette vision de la Marne, si poétique, avec cette subtilité du ciel et des rives. Merci Aimela et bisous.

Aimela 15/04/2009 10:01


je me suis doutée que tu aimerais le premier tableau, c'est pourquoi, je l'ai mis.  S'il est beau, je préfère les autres surtout la Monmartre mais je suis très  couleurs vives . Merci
Viviane et bises


michel 11/04/2009 10:59

c'était l'époque des recherches de style, il avait aussi une grande palette d'amis éruditsmerci Martine de nous rafraichir la mémoirebisous..........michel de caen

Aimela 12/04/2009 11:52


C'est vrai qu'il y a eu énormément d'essais à cette époque, certains étaient concluants comme l'impressionisme, j'ai un doute pour ce qui est du cubisme mais peut-être que je ne l'ai pas compris (
sourire) . Merci Michel, joyeuses paques et bises


Babeth 09/04/2009 22:25

dis-moi, la Marne, c'est aussi un tableau de Pissarro? Parce que là, on dirait une photo... Merci pour ces infos.

Aimela 10/04/2009 10:49


Oui la Marne est un tableau de Pissaro, c'était dans les débuts de sa carrière . je te mets  sa signalitique : 

 Rives de Marne à Chennevières
1864-65
National Gallery of Scotland

Merci Babeth et bises


Clo 09/04/2009 22:20

Merci Aimela ! Je reviens d'une soirée professionnelle un peu coincée... si j'avais lu ton article avant j'aurai pu tenter de briller par des connaissances picturales... Je me serai sentie moins cloche. Mais bon ! Pâques approche, disons que j'étais de circonstance ! LOL.Bisous. Clo

Aimela 10/04/2009 10:58


Tu es loin d'être cloche et tu n'as pas à chercher à briller  les "coincés" tu vaux bien mieux qu'eux. Est-ce qu'ils savent écrire de beaux contes ou de magnifiques poèmes écris avec leur
coeur  ?  Je pense que non.  Je comprends ton manque de confiance, je l'ai aussi  dans un certain milieu. N'abandonne rien de ce que tu as  ni ce que tu es , une
fille intelligente et sensible et une belle plume. Merci Clo et  mille bisous  pour te réconforter   


FABIENNE 09/04/2009 19:04

Coucou Aimela! Merci pour ce billet sur Pissarro, un peintre que j'apprécie beaucoup aussi!Amitiés et bonne soirée, fabienne

Aimela 10/04/2009 11:01



Je n'aime pas tout de pissaro  mais il a peint de bien belles choses lui aussi. Ah , les impressionnistes ! Que de merveilles . Merci Fabienne et bises



liedich 09/04/2009 17:49

Drôle de vie, je ne l'"aurai pas pensé de cette origine et j'avoue aiméer sa peinture. Le montmartre la nuit que tu présentes est pour moi splendide, cette transparence de la rue et des batiments sur la droite : superbe.Merci et bonne soirée joli prénom.

Aimela 10/04/2009 11:14


Moi aussi j'adore  le" Montmartre la nuit "  et bien d'autres mais je n'aime pas  ses   toiles campagnardes  de ses débuts ( rires) . Merci Liedich


jacques 09/04/2009 17:44

merci pour les precisions martine pissarro pour moi reste un mauvais souvenir j'etais dans le pavillon pissarro a l'hopital pour soigner un canceren 1997 !!depuis je suis guerri ouf!!!amitiés

Aimela 10/04/2009 11:16


Désolée pour ce mauvais souvenir , heureusement que tu vas mieux  et promis, je ne te reparlerai plus de Pissaro  .  Merci Jacques et amitiés