le prix de la misère

Publié le par Aimela

 

 

Mouloud vivait de misères dans son pays. Il n’avait en sa possession qu’un petit terrain asséché où pas un seul plant de tabac ne poussait, faute d’eau. Il décida de laisser partir, le joyau de sa vie, sa fille Naïma pour un pays où tout est possible. Pour cela il devait obtenir l’autorisation du patriarche. Après moult hésitations celui-ci accepta...


Tous les gens du village donnaient le peu de biens qu’ils avaient afin de les vendre et recevoir ainsi le prix du voyage... La somme fut atteinte et Naïma partit avec des passeurs de frontières.


Cela fait trois mois que Naïma est arrivée en France sans rien que des dettes... Le voyage fut long et difficile, les passeurs lui demandent encore et encore. Elle ne peux pas...

Naïma a perdu sa fierté et fait les trottoirs pour quelques sous qu’elle donne à ses bourreaux... Elle courbe chaque jour l’échine et s’allonge nue dans des hôtels miteux et ainsi répondre aux désirs des hommes. Naïma est seule, personne ne peux l’aider à repartir là-bas. Chaque jour elle perd l’essence de son existence... Elle n’en peut plus de pleurer. Au début du quatrième mois, elle décide de suspendre une corde qu’elle attache avec de gros noeud à une barre de fer qui traverse son logement de misère et se pend ...


Publié dans Mes-textes-proses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Coucou Aimela,Dans ton commentaire tu t'étonnais que des gens veuillent immigrer en Russie, ce qui rejoint ton article d'ailleurs. Dans beaucoup de pays de l'ex-URSS, le niveau de vie est encore plus bas qu'en Russie. Ils viennent gagner leur vie en Russie où le salaire moyen est d'environ 300-400 euros et où le salarié n' a aucun droit. Un peu incroyable, c'est vrai.  Triste pour ces pays.Bonne soiréeBisesElise
Répondre
A
<br /> Merci d'être passée  pour répondre à ma question . Le fait que des personnes immigrent ainsi est lamentable pendant que 20 % de la population détient la les richesses du monde .<br /> Ces riches ne peuvent t-ils pas partager en installant des programmes  pour aider les pays  et leur population  à vivre dans la dignité ? Le monde n'est pas près de changer et<br /> va crever avec tous ces égoïstes imbus de pognons.  <br /> <br /> <br />
L
La misère dans certains pays est abominable. Quelle tristesse de voir ces gens obligés de quitter leur pays, leur famille, pour l'inconnu. Les risques, un pays étranger, des gens généralement hostiles ou méfiants, des lois idiotes... Pauvres gens!
Répondre
A
<br /> S'il pouvait y avoir des programmes sensés là-bas pour que ces gens puissent vivre correctement de leur gains  ce serait bien, ils pourraient rester dans leur pays mais ... Il y a tant de<br /> magouilles... Merci Elise <br /> <br /> <br />
M
Une fin bien tragique... et aucun remords chez les passeurs ! Tant de misère peut-il dissuader les autres de tenter leur chance ? je ne crois pas alors combien de jeunes filles vont mourir encore ? Il existe une ou des associations qui viennent en aide à ce genre de victimes. A contrôler toutefois mais il me semble bien.Mes amitiés
Répondre
A
<br /> Les passeurs n'ont pas d'états d'âmes, seul le pognon compte. Oui il y a des associations mais ils ne peuvent pas tout  voir et tout faire. Merci Moun  et amitiés<br /> <br /> <br />
V
hélas une triste réalité que nous cotoyons dans certains quartiers des grandes villes. Toutes ces jeunes femmes venues du sud ou d el'est, à la merci de leurs maquereaux, qui auraient été bien plus heureuses chez elles, sur leur terre natale, si celle-ci avait à leur offrir autre chose que la corruption des gouvernants qui s'en fichent plein les poches pendant que le petit peuple meurt.Le choix entre l'oubli chez elles et la déchéance chez nous... Beau texte Aimela qui dit bien la condition terrible des femmes encore en ce siècle.
Répondre
A
<br /> c'est sûr que si ces jeunes femmes  avaient de quoi vivre dans leurs pays, elles ne seraient pas dans nos pays où l'argent coule pour  quelques uns seulement . Merci Viviane et bises<br /> <br /> <br />
B
et bien aimela, tu n'es pas très gaie ce soir... Bisous.
Répondre
A
<br /> Il y a des jours  où la détresse humaine  me saute plus à la gorge que d'autres  bien que je vois cette misère  continuellement . Merci Babeth et bises<br /> <br /> <br />
L
Aimela, miel de miel ! T'as raison mais tu viens de me foutre par terre....comment peut on exploiter ainsi ?je suis sans voix.Désolé joli prénom. Je vais sur le balcon; 
Répondre
A
<br /> Comment peut-on ? Tu sais il y a tant de saloperies ignobles sur terre  qui n'hésitent pas à  bouziller, à tuer des gens déjà désespérés pour  du pognon. J'aimerai comme<br /> toi  croire en l'amour  universel mais lorsque je vois ces choses . Je n'y crois plus . Le monde ne changera pas  hélas .<br /> <br /> Je suis pessimiste, je sais  mais je ne vois aucune lueur d'espoir , surtout après les élections européennes  <br /> <br /> Merci Liedich et amitiés<br /> <br /> <br />
M
Un texte qui dénonce sans fioritures, à l'image de la réalité de ces jeunes femmes.Une fin abrupte comme la chute de leurs espoirs.
Répondre
A
<br />  Que d'espoirs pour eux à venir dans nos pays "riches"  ce n'est qu'illusion  malheureusement  et la fin est à la hauteur de leur espoir  grande , trop grande... Merci<br /> Marianne et amitiés<br /> <br /> <br />
M
Ton texte est très juste et poignant Aimela. C'est l'une des réalités de l'immigration actuelle, sans doute celle qui est majoritaire.Ce sort de beaucoup de jeunes femmes est le même pour celles qui émigrent en provenance d'anciens pays de l'est, de Roumanie et bien entendu des régions sub-sahariennes.De nombreux hommes subissent aussi cette nouvelle traite de la main d'oeuvre effectuée pour le bénéfice de passeurs sans scrupules. C'est un marché comme celui des stupéfiants.Ça me rappelle un peu la chanson de Pierre PERRET "Lili" mais celle-ci était malgré tout plus optimiste.Non, vraiment, il faut aider le Tiers Monde à s'en sortir chez eux. L'immigration n'est qu'un miroir aux alouettes, un Eldorado illusoire. C'est l'argent et son pseudo pouvoir qui a tout perverti dans les esprits de ces gens...
Répondre
A
<br /> Ce n'est pas à toi que je vais expliquer  mon désarroi devant cette misère  alléchée par nos miroirs aux allouettes , tu ne le sais que trop bien  . La terre peut donner à tous , il faut simplement  qu'on aide et non pas assister  ces gens dans leurs pays et<br /> que d'autres cessent d'exploiter lers hommes et les terrains à leur profits  . Merci Merlin et amitiés<br /> <br /> <br />
M
C'est malheureusement une bien triste réalitéquand cesserons-nous de faire croire que notre pays est un "eldorado"? ,alors qu'il y a tant de chomagebien ton blog ,Martine, très varié et réalistebisous,michel
Répondre
A
<br /> <br />  Oui tant de chomage, tants  de gens  laissés sur le bord de la route et cela pour faire plaisir  aux actionnaires qui s'en mettent plein les poches  seulement de l'autre<br /> côté des frontières , les gens pour sortir de leur misère ne le voient pas <br /> <br /> Merci de ton compliment Michel  et bises<br /> <br /> <br /> <br />
J
c'est a pleurer ton histoire qui est réelle j' en suis certainamitiés martine
Répondre
A
<br /> J'essaierai de mettre des histoires gaies  mais pour l'instant , je suis pessimiste . Merci Jacques et amitiés<br /> <br /> <br />