A la terrasse d'un café

Publié le par Aimela

Maisons à Dijon 



Il y a quelque temps lors de mon premier voyage à Dijon, Je suis allée avec mon hôtesse sur le marché, il faisait beau pas encore trop chaud. Nous nous sommes arrêtées devant les légumes puis la viande, les poissons les odeurs étaient fortes sous le marché couvert et la chaleur commençait à poindre. Les courses terminées, mon amie m'invita à m'installer à une terrasse d'un petit café dans une rue très calme près du marché . Les tables étaient en métal petites et rondes, les chaises dans le même métal gris et tout juste confortables. Autour quelques petits commerces vivotent tant bien que mal par le peu de passants. A une époque, J'aimais bien m'installer à cette terrasse avec un livre me confia mon amie mais c'était avant ma dépression depuis, je ne viens plus.


Un serveur grand, brun est venu nous demander ce que l'on désirait mon amie a  commandé un petit verre de blanc sec, moi, un jus de fruit pétillant. C'était calme, mon amie me parla de sa ville d'adoption et tout le bien qu'elle en pensait. Certes Dijon est une jolie ville mais je ne l'aurai jamais habitée car trop loin de la mer c'est sûr qu'elle m'aurait manquée même si je vis à une quinzaine kilomètres d'elle et que je ne peux pas m'y rendre souvent faute de moyens, le vol des mouettes m'indique qu'elle est bien présente et puis il y a le port où je peux longer les quais à l ' affût de beaux bateaux.


On parlait de tout ça et puis de nos familles respectives lorsque qu'une une femme habillée misérablement , tenant la laisse d'un pauvre chien hirsute d'une main et un caddy de l'autre stoppa net devant notre table et nous demanda une petite pièce. Mon amie lui dit qu'elle n'en avait pas mais qu'il lui restait un croissant et qu'elle lui donnait volontiers, la femme refusa et repartit en nous maudissant …


 - Encore une qui aurait bu avec la pièce, si cela n'avait pas été le cas, elle aurait accepté le croissant. Cette femme est une pleurnicheuse professionnelle et profite de toutes les associations, d'aides de la mairie et va même mendier pour le surplus. J'en ai plus que marre de les voir elle fait du tort aux vrais pauvres qui se cachent par fierté .


 - Il n'y a pas assez de contrôles hélas ! On est envahi par des parasites qui n'hésitent pas à s'en prendre à nous s'ils ne sont pas satisfaits. L'autre jour, mes enfants ont été importunés , ils n'ont pas cédés, la personne leur a fait le geste de l'étranglement , mon dernier a pris son téléphone et a commencé à faire le numéro de la police, la personne est partie en courant ...





Publié dans Mes-textes-proses

Commenter cet article

Michel 30/04/2013 23:00


malheureusement, c'est la décadence de la société


Trop d'aide d'un coté et, pas assez d"aide de l'autre


D'ailleurs le terme est: J'AI DROIT et le DEVOIR qui va avec ???


Il y aurait beaucoup à dire sur ce sujet

Aimela 02/05/2013 18:08



Comme je suis d'accord avec toi  mais bon  à notre niveau , on ne peut pas grand chose  Merci Michel
et bises



Solange 26/04/2013 00:55


Nous avons le même problème ici. On veut bien aider mais pas qu'on se moque de nous.

Aimela 27/04/2013 11:33



Maintenant, je ne donne  qu'aux  personnes qui font quelque chose ( vendre des  journaux, , faire de la musique ou jouer dans la rue) Au moins ceux là   cherchent à sortir de
la misère . Merci Solange et amitié



Mony 25/04/2013 19:48


Jolie photo commentée de Dijon. Là, comme ailleurs, il est bien difficile de faire la part de la vérité. 

Aimela 27/04/2013 11:36



On ne voit plus que ça dans les rues  et je ne  donne plus qu'à ceux qui  jouent de la musique, vendent des journaux  ou autre. Merci Mony et bises 



Marianne 25/04/2013 18:55


Désolée pour ton fils qui a bien donné sa propre réplique. Un geste de menace n'est certes pas pour inciter à partager. C'est un comportement agressif, qui plus est envers un plus jeune. Mendier
est un appel à la charité, mais chacun est libre de son don, qui n'a rien à voir avec une contrainte. C'est un geste personnel et chacun donne selon ses convictions et moyens.


Pour ce qui est de la mer.... comme je te comprends !  Mais comme nous avons un petit port sur notre canal, nous avons des mouettes (même en plein hiver). Je les entends parfois jusque chez
moi ou les vois passer au-dessus de notre toît.


Bises à toi.

Aimela 27/04/2013 11:42



Depuis l(histoire de mon fils , je ne donne plus rien, c'est fini pour les mendiantspar contre lorsque je vois un musicien ou un vendeur de journaux, je fais un geste et ceux là aprécient  
les dons quels qu ils  soient 


Tu as des mouettes ? Wouah!  J'irai bien faire un tour par chez toi  pour les voir,  


 


Merci Marianne et bises 



flipperine 25/04/2013 17:12


la nourriture ne les intéresse pas c'est l'argent qu'ils veulent toutes ces personnes qui mendient en fait sont un peu comme des pollueurs de nos rues et dans tout le tas on ne sait pas ceux qui
sont vraiment dans le besoin car il y en a qui mendient et qu'on voit repartir en belles voitures

Aimela 27/04/2013 11:46



Ceux qui sont vraiement dans le besoin se  terrent chez eux. Quelques uns vendent des journaux ou  jouent de la musique dans les rues, ils n'ont pas de belles voitures et ils acceptent
un morceau de pain . A   ceux  là je donne quand je peux  et ils me remercient  . Merci Flipperiene  et amitié



Nina Padilha 25/04/2013 12:45


La mendicité est devenue un bizness...
C'est triste, tout de même.
Il y aura toujours de gens pour profiter du coeur des autres.
Comment faire la différence entre les vrais et les faux mendiants ?
Bisous révoltés.

Aimela 25/04/2013 13:21



Je ne donne plus d'argent mais quelques fois il m'arrive  de  proposer un croissant ou un morceau de pain mais ils refusent ...   Merci  Nina et bises