Carton dans les gradins

Publié le par Aimela

festival-d-avignon 276

 

Anna avait toujours rêvé d'aller au festival d 'Avignon mais faute d'argent, elle n'a jamais pu si rendre enfin jusqu'à aujourd'hui.


La vie offre bien des surprises, elle qui n'a jamais de chance vient de gagner une belle somme et des places pour le festival, il faut qu'elle invite quelqu'un mais qui ? Elle n'a pas d'époux, ses gamins ont horreur du théâtre. Elle va choisir une amie mais c'est difficile de trouver la perle rare. Son choix s'est fixée sur Ludivine, elle c'est sûr elle acceptera de la suivre sur tout le programme.


Après un long voyage en train, les valises dans un hôtel, les réservations prises ,les voilà toutes les deux sur les gradins à attendre la première pièce lorsqu'un monsieur charmant, grand , brun, les yeux de velours lui adresse la parole .


L'homme:

Je ne sais pas ce que je fais ici,franchement , cela devient un vrai carnaval.


Anna

Un carnaval ? Non c'est un festival et de théâtre en plus .


L'homme

Je sais que c'est du théâtre, je viens depuis les débuts.


Anna

Les débuts ? Mais c'est impossible, vous avez quel âge ? Vous paraissez si jeune.


Ludivine

On est bien placée tu ne trouves pas ?


Anna

C'est un peu juste pour moi, j'espère que les acteurs ont de la voix.


L'homme ( vexé)

Madame , au théâtre, on dit comédien, pas acteur, l'acteur c'est au cinéma.


Anna

Figurez vous que je le savais seulement lorsque je le dis à mes amis, ils me répondent que c'est pareil.


L'homme

Et vous laissez faire ?


Anna

Quoique je dise, on s'en moque .


Ludivine

Vois tu quelque chose ? Moi je suis derrière une rombière à chapeau.et ne vois que peu.


Anna à Ludivine

Dis le lui, elle l'enlèvera et ainsi tu pourras profiter.


Pendant que Ludivine parle à la femme.


L'homme.

C'est fini le bon temps où on pouvait tout voir, enfin, je parle pour les spectateurs car moi...


Anna

Comment ça ? Vous me dites que vous venez depuis les premiers temps et que vous ne voyiez rien . Vous êtes aveugle ?


L'homme

Pas du tout mais j'étais ailleurs .


Ludivine

Elle est vraiment gonflée cette bonne femme, elle refuse d'enlever son galurin car elle risque d'attraper froid ,encore une bourgeoise . Tu n'as pas envie de voir une autre pièce ?


Anna

Ah non alors ! J'ai fait des pieds et des mains pour arriver jusqu'ici , c'était carton plein. Cela tombe bien c'est son titre.


Ludivine

On reviendra demain .


Anna.

Tu fais ce que tu veux mais moi, je reste. Cela fait trop longtemps que j'attendais ça, je ne veux pas en perdre une miette.


Ludivine

Je te comprends mais qu'est-cela donne si on ne voit rien sur la scène.


Anna

La scène est vide, il n'y a plus de décors, cela coute trop cher


Ludivine

C'était bien les décors, j'aimais moi


Anna

Moi aussi mais bon c'est comme ça. Il est quelle heure, cela devrait commencer


L'homme

Ils commencent toujours en retard. Ils se comportent comme des stars .


Ludivine

Il est juste quatorze heures, cela ne devrait pas tarder.


Anna

Il est temps car mon voisin commence à m'ennuyer.


Ludivine

Ton voisin ? Tu n'as pas de voisin, ou alors, il est sorti, car je ne vois personne.


Anna

Il avait peut-être soif . A moins qu'il soit parti pour de bon il me paraissait un tantinet rasoir.


L'homme

Je suis toujours là


Anna se retournant

Je croyais que vous étiez parti.


L'homme

Non, je tenais à regarder ce navet


Anna

Vous êtes bien dur Monsieur, elle me paraît bien cette pièce.


Ludivine ( agacée)

Déjà que je ne vois rien et maintenant, c'est toi qui parle, je suis franchement servie.


Anna ( chuchotant)

Excuse moi mais c'est l'homme qui discute


Ludivine

Je ne l'entends pas par contre toi, tu pourrais monter sur scène tant ta voix est forte.


Anna ( chuchotant toujours)

Je ne dirai plus rien promis.


L'homme

C'est pas bien de faire des promesses qu'on ne tiendra pas.


Anna

Chut ! Vous dérangez.


L'homme

Ce n'est pas moi mais vous.


Anna

Taisez vous à la fin, je ne peux pas suivre.


Ludivine

Qu'est-ce qu'il t'arrive ? Tu parles toute seule maintenant ? Je te savais malade mais pas à ce point.


Anna

Tu fais exprès ou quoi ? Je t'ai dit que c'était l'homme assis à coté de moi.


Ludivine( énervée)

Il n'y a personne à coté de toi, alors ferme là une bonne fois pour toute.


Anna

C'est bon, je me tais .


Anna ne répond plus à l'homme essayant de s'interesser à la pièce. Riant aux bons moments, pleurant à d'autres et pour finir applaudissant avec tous les spectateurs .


L'homme

Elle vous a plu cette pièce ?


Anna

A cause de vous, je n'ai rien compris.


L'homme

Je n'y suis pour rien c'est vous qui passiez votre temps à discuter.


Anna

C'est vous qui avez commencé à ce que je sache.


Ludivine

Tu fais quoi maintenant ?


Anna

J'attends la seconde pièce.


Ludivine

Tu as l'intention de faire une cure ?


Anna

Bien sûr, tu sais à quel point , j'adore le théâtre et ce voyage , je l'attendais depuis des siècles.


Ludivine

Et c'est pourquoi tu parles à des fantômes ?


Anna

Quels fantôme, l'homme est toujours là, il te regarde et à l'air de te trouver à son goût?


Ludivine

A part Gérard Philippe, je ne suis pas intéressée, malheureusement, il est décédé avant ma naissance.


Anna ( surprise)

Le visage de l'homme me disait quelque chose maintenant grace à toi, j'ai trouvé, c'est Gérard.


Ludivine ( riant)

Ma pauvre fille, tu es plus malade que je ne le pensais, je crois que je vais t'amener à l'hopital psychiatrique , ils vont sûrement te soigner.


L'homme

Vous en avez mis du temps pour me reconnaître et pourtant, j'étais votre « fiancé » dans votre jeunesse.


Anna ( en colère)

Oh vous !

Puis se tounant vers Ludivine

Je fais mes valises et je déguerpis d'ici ,raz le bol d'Avignon.


Ludivine

Mais non reste , on va trouver des pièces où il ne te dérangera pas. Tiens, si on allait voir une pièce de Molière. Peut-être que tu discuteras avec lui pour changer.





 

 

Publié dans Mes-textes-proses

Commenter cet article

Fleurélise 28/10/2010 17:20



pour quelle raison n'avez vous jamais été en Avignon ?


la distance géographique ?



Aimela 29/10/2010 10:45



La distance , oui mais  surtout  les moyens financiers m'en empêchent malheureusement Merci  Fleurélise



Aralf 21/10/2010 10:00



Très belle histoire ! Je suis avignonnais et j'ai consacré un petit poème à l'ambiance d'Avignon pendant le Festival 


http://les-jardins-d-aralf.over-blog.fr/article-avignon-56908606.html


J'aime cette période, même si pour moi le Festival et l'esprit Jean Villard et Gérard Philippe s'expriment plus dans le off que dans le in qui parfois oublie un peu sa vocation populaire...


amicalement


Aralf



Aimela 22/10/2010 09:40



Je ne suis jamais allée  en  Avignon mais ce que j'entends par les personnes qui  voient le festival et totalement  en accord avec ce que  tu dis . J'irai lire ton petit
poème . Merci Aralf



Babeth 20/10/2010 13:46



j'aime les histoires que tu nous racontes Aimela! Elles sont toujours très animées!



Aimela 22/10/2010 09:53



Certaines histoires  plus animées que d'autres, cela me fait penser que j'en ai une  très  très animée, il faudrait que je la retrouve  . Merci Babeth  et bises



fabienne 20/10/2010 02:33



géraaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaard philiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiippe!!! moi je pars plus de là!!! :))


bisous



Aimela 20/10/2010 10:09



C'est vrai que pour Gérard Philippe moi aussi je resterai . Merci Fabienne et bises



Russalka 16/10/2010 16:07



J'aurais bien aimé rencontrer le fantôme de Gérard Philippe... Peut-être hante-t-il encore ces lieux dont j'ai pu constater lors de norte séjour en Avignon que ces gradins tenaient contre une
muraille impressionnante de hauteur.



Aimela 16/10/2010 23:08



J'aurai bien aimé aller en Avignon  mais bon, ce n'et pas encore  pour demain . en attendant on rève ...  Merci  Viviane  et bises



Fabienne 14/10/2010 14:32



Que d'inspiration ma chère Aimela ! Merci pour ce beau texte que j'ai pris plaisir à lire. Et au plaisir d'en découvrir d'autres ...






Aimela 15/10/2010 08:34



J'adore ton image, c'est tout moi . J'ai eu juste une petite étincelle pour ce texte, depuis c'est waterloo morne
plaine . Merci Fabienne  et bon week-end



michel de caen 14/10/2010 10:44



J'ai bien aimé "les yeux de velours", faudra que tu m'explique


je me permais, un peu cnfus.............


mais, tu connais mon niveau intellectuel.........**


bisous Martine



Aimela 15/10/2010 08:39



 arrête avec ton niveau intellectuel, tu es loin d'être idiot  Pour résumer l'histoire, une nana est dans
les gradins pour regarder une pièce avec sa copine  seulement le fantôme de Gérard Philippe l'empêche  de profiter du spectacle, voila la trame. Si tu as d'autres questions, je te
répondrais autour d'un café , un de ces jours. Merci Michel et bises



Solange 14/10/2010 01:38



L'idée t'est revenue, c'est un beau sujet, intéressant, j'aime.



Aimela 14/10/2010 09:34



Une lueur d'imagination  vite éteinte  mais je reprends mon petit atelier d'écriture de quartier, j'espère qu'elle sera plus longue . Merci Solange et bonne journée



jacques26 13/10/2010 21:22



soit tu as retrouvé l'inspiration ou bien je me trompe c'est parfait


merci et amitiés



Aimela 14/10/2010 09:36



Une petite lueur est apparue mais vite repartie, j'espère qu'elle va revenir plus longtemps maintenant que je reprends mon petit atelier  d'écriture de mon quartier. Merci Jacques et
amitié