Cauchemar

Publié le par Aimela

C'est un texte   qui date de 5 ans que je vous dépose aujourd'hui, un de mes premiers que j'ai écrit pour  un site qui s'appelait l'Atelier. Il a fermé  mais  j'ai retrouvé  beaucoup de mes camarades de jeux  sur les "poudreurs" J'espère que j'ai fait des progrès  depuis mes  débuts timides.

 

tunnel

 

Cauchemar

 


Je vois un paysage, le ciel est gris-rosé, au fond une colline verte, une rivière bordée d'une berge, coule tristement le long d'une route qui s'enfonce inexorablement dans un tunnel très noir. Paysage triste dans lequel je me retrouve malencontreusement. Comment me direz vous? Je n'en sais rien.

Ce que je sais, c'est qu'il fait froid, tellement froid; aucun rayon de soleil à l'horizon. Je plane à la recherche d'un objet, d'un animal, d'une personne, rien ,il n' y a rien, que le vide. Je tourne, tourne, retourne, mais je vois que le néant. Je ne perçois même pas un brin de mer. Pourquoi alors, songer au Pacifique dans ce cas ? Je ne sais pas. J'en ai marre, il faut que je sorte. Où est la clef ? Y a t-il quelqu'un ? Ouh!ouh !


Faites moi sortir; je meurs là dedans. Il me faut du rouge, du jaune, n'importe quoi mais pas ces couleurs de froid. Faites moi sortir, je vous en prie. Ma vie n'est pas ici, ma vie se trouve ailleurs, là où il y a de la passion, la lumière, le monde, oui, un monde vivant. Je veux sortir et tout de suite, sinon je ne réponds plus de moi et je risque de m'énerver.

Ouf! J'en suis sortie mais je suis en sueur, mes draps froissés, mes idées larguées. Je ne sais plus où je suis . Ah si ! Je suis dans mon lit, j'ai tout simplement fait un cauchemar et il ne me reste dans la bouche qu'un goût amer: j'ai laissé le Pacifique derrière moi là sur le quai, juste en dessous d'un papier de bonbon .

 

2005

 

Tunnel 2

 


Publié dans Mes-textes-proses

Commenter cet article

fabienne 25/08/2010 13:56



j'ai fait un cauchemard de chez cauchemard cette nuit si horrible que rien que d'y penser brrrrrrrrrrrrrrrrrrr :( difficile parfois de se détacher du passé :)


bisous



Aimela 26/08/2010 10:03



Quoiquer qu'on fasse, notre passé nous poursuit toujours  quand ce n'est pas la journée, c'est la nuit . j'espère
que ce cauchemar n'est pas revenu . Merci Fabienne et bises



Russalka 24/08/2010 09:07



Cela me rappelle une scène et 'lambiance qui régnait dans le film Rêves de Kurozawa, entre rêve et réalité ( cauchemar et réalité) . Ainsi sont certaines nuits, tremblables...



Aimela 25/08/2010 09:31



Je n'ai pas vu ce film( je vais très peu au cinéma) , je n'ai pas pu être inspirée par lui. Il y a des cauchemars qui semblent si vrais que nous en ressortons "vidé". Merci Viviane et bises



fabienne 23/08/2010 23:24



ah! les rêves, qu'ils soient doux ou cauchemardesques, réels ou imaginaires : quelle source d'inspiration :-) en tout cas ton texte n'a pas besoin d'amélioration et 5 ans après on prend toujours
plaisir à te lire :)


bisous



Aimela 25/08/2010 09:32



Merci infiniment  Fabienne pour ton gentil commentaire, bonne journée et bises



Corinne 23/08/2010 10:15



c'est horrible c'est cauchemars générlement ils nous poursuivent pendant la journée et ils restent ancrés dans nos mémoires


Pfffff cette nuit, j' ai rêvé enfin ce n'est pas un rêve, qu'un très bon ami décédé, ça semble tellement réel, qu'en se réveillant on a du mal a retrouvé la réalité


Bisous



Aimela 23/08/2010 11:29



Je fais souvent ce genre de rêves( décèes)  et il est vrai que cela m'angoisse énormément . Merci Corrine et bises



Solange 22/08/2010 20:39



Ton texte décrit très bien la sensation cauchemardesque d'être dans les ténèbres. C'était bien réussi.



Aimela 23/08/2010 11:31



Etant souvent sujette aux  cauchemars, je finis par bien les décrire ...Hélas . Merci  Solange et bonne journée



michel 22/08/2010 18:44



encore une "chance " que tu ne sois pas tombée du lit.


Qui ne rêve de s'évader dans une autre région, un autre pays ou tous les tracas ,les souçis, n"éxisteraient pas


bisous



Aimela 23/08/2010 11:33



J'aurai pu  tomber du lit,  cela m'ait arrivé  mais pas cette nuit  là Il y a des soucis 
partout  dans le monde alors s'évader ne change rien . Merci Michel et bises



liedich 22/08/2010 15:42



Bonjour Joli Prénom ! tu sais si l'on savait d'où viennent nos cauchemards, cela n'en serait point ! mais où va t on chercher cela ? Encore cette nuit j'en ai fait un ! pour quelles raisons à ce
sujet là ? Rien ne me l'explique. Par contre ce qui est horrible et tu le sais, c'est ce quel'on arrive à y mettre  dedans de non vivable, de stressant. Moi, encore moi, il m'arrive souvent
de ne plus pouvoir marcher ou courrir ou meme lever un bras ou une jambe§ Je me réveille avec des peurs  terribles.


Allez Sorcière, un peu de potion bisous, ok ! Et douce nuit à Toi. 



Aimela 23/08/2010 11:38



Je me doute de tes terreurs, il m'en arrive  du même genre . Si notre conscient se repose, le subconscient lui  bosse  24 sur  24  et les cauchemars viennent de là.
J'espère que mon texte ne t'a pas fait cauchemarder . Merci pour tout   Liedich  et bonne journée



mony 22/08/2010 15:08



Oui, je me souviens de ton texte et de cette contraite d'écriture.


Ce cauchemar reflète une peur, une insatisfaction de la vie trop terne aux yeux de la dormeuse. Espérons que depuis elle ait retrouvé un peu de couleurs dans son quotidien  Bises, Mony



Aimela 23/08/2010 11:41



Pas plus de couleurs  voir moins qu'à l'époque mais bon c'est la vie Je savais que cette contrainte ne t'était pas
inconnue, tu étais  déjà là à l'époque  pour m'encourager  et je t'en remercie infiniment  
Merci pour ton amitié  Mony , elle m'aide souvent . Bises



Nina 22/08/2010 15:08



Parfois les rêves cauchemardesques nous engluent et, en sortir, est ardu.



Aimela 23/08/2010 11:42



Je crois qu'il est plus difficile de sortir d'un cauchemar que d'un rêve  et pourtant, je préférerais   les rêves . Merci  Nina



jacques26 22/08/2010 15:02



tes debuts etaient prometeurs et je trouve ton texte tres bien martine


amitiés



Aimela 23/08/2010 11:43



Je te remercie infiniment  de ton gentil commentaire et de ton amitié  Jacques