Fin du voyage ( pour éperluette)

Publié le par Aimela

Emma a concocté un petit  jeu pour cet été. Comme je ne suis pas très douée pour expliquer  suivez le......... lien  

 

Je me suis empressée  d'y participer.   Si  vous aussi  avez envie de jouer  allez voir , il est encore temps et puis si vous n'avez pas  le désir  d'écrire, je vous invite à regarder son joli blog

 

Haie de rosiers rouges 

 

Fin du voyage

 

 

Il était dix heures du matin, elle se versa un ballon de vin rouge et alla s'asseoir à même le sol contre la haie de rosiers rouge, des gouttes de sang perlèrent au dos de son pull de coton blanc et ses larmes coulèrent enfin. Des larmes de rage , de désespoir aussi.

 

Elle songea au passé, à l'usine où elle trimait, ses collègues et elle formaient des ouvrières obstinées, elles carburaient au vin et au café leur donnant des palpitations. Et M ! c'était la seule chose qui lui soit venu à l'esprit devant tant d'énergies gâchées pour rien , elles n'étaient rien et ne gagnaient que de quoi manger L'usine a fermé et elle se retrouva au rebut dit-elle en se mouchant.

 

Elle avait fait le tour des petits boulots, des amours contrariés aussi... les hommes la préféraient finalement en amoureuse, le calme sans tempête à l'horizon les noyaient d'ennui mais elle n'en pouvait plus de tout ce tintamarre stérile, elle prit son sac de voyage et partit à l'aventure.

 

Elle a suivi la route, qu'importe la destination... C'est ainsi qu'un jour, elle fut ramassée par la police et amenée dans un asile et pourtant elle n'était pas folle enfin pas encore. Un autre jour alors qu'elle était accompagnée par un quidam, c'est en taule qu'elle a passé une nuit, elle ne savait plus pourquoi ni dans quel pétrin, elle était tombée . Ce qu'elle savait c'est qu'elle avait soif , terriblement soif , elle voulait du vin et encore du vin, la seule chose qui lui fasse oublier la guerre... Sa guerre quelle grand malheur Joë oui le quidam s'appelait Joé, elle l'avait suivi à la sortie d'un bar. Il n'était pas lui non plus au mieux de sa forme ... Ils restèrent un long moment silencieux comme deux tombes... Entre deux tombes C'est là qu'elle a compris, tout à coup :elle avait fini son voyage, et a posé ses bagages... Emprunté à Barbara ( sa plus belle histoire d’amour)

 

Le blog d'éperluette  ici 

 

Publié dans Mes-textes-proses

Commenter cet article

Russalka 31/07/2012 15:33


Il arrive nécessairement un moment dans la vie où l'on décide de lacher prise. Je suis certaine que c'est un de nos pouvoirs cachés. Finis alors de se raccrocher au vin, à la folie, à l'errance.
Bein senti et dit, Aimela...

Aimela 02/08/2012 09:51



lâcher prise , on a beau essayer, il y a des blessures qui ne cicatrisent jamais malheureusement  Merci Viviane
et bises



jacques 26 30/07/2012 15:32


je retiens une chose de cette histoire "l'alcool" devastateur


amitiés martine

Aimela 02/08/2012 09:54



Certains s'imaginent qu'ils peuvent oublier dans l'alcool, malheureusement les lendemains sont pires  que la veille.
Merci Jacques et amitié