Henriette (1)

Publié le par Aimela

Henriette est la suite de" La vie en ville aux temps anciens" comme c'est assez long, je vous  coupe l'histoire en 3 parties , voici la première .

Rue Cordeliers - vue principale

Henriette


Henriette n'a pas le temps de musarder, le panier rempli de victuailles, elle quitte la rue du Vaugueux grouillante de vie pour s'enfoncer dans une ruelle sombre et par ce raccourci discret atteindre la porte de service située derrière la belle maison de ses maîtres. Les serviteurs n' ayant pas le droit d' y pénétrer par la grande porte sculptée donnant sur l'avenue.


Cela fait sept ans qu'elle a été placée comme bonne dans une riche famille bourgeoise , les Querquenpois . Au début, elle faisait les travaux les plus ingrats dans leur grande maison puis formée par sa mère qui était bonne en chef, elle est monté en grade. Elle est maintenant attachée au service d'Anne, leur fille unique, devenue Madame De Mortalon depuis son mariage, il y a un an. Elle l'a suivie ainsi que son époux, quelques rues plus loin …


Anne, sa nouvelle maîtresse qui est de son âge est gentille, toujours un mot d'encouragement pour son personnel et une pièce pour les étrennes. Henriette pourrait s'estimer heureuse s'il n'y avait pas Monsieur, homme méchant et fourbe de vingt ans son aîné qui vient dans sa petite chambre de bonne, abuser d'elle. Madame a ses humeurs dit-il. Henriette refuse de lui céder, essaie de se dégager mais que peut-elle contre la force de cet homme ? Rien. C'est ainsi qu'elle se retrouve grosse. Henriette monte la ruelle des Cordeliers, inquiète pour son avenir et celui de son futur bébé. Quand Madame saura, elle sera jetée à la rue et que deviendra t elle avec un bébé sur les bras ? Il faut pourtant qu'elle avoue sa grossesse, cela commence à se voir, déjà Madame lui a fait une réflexion la veille sur son début d'embonpoint mais n'a pas insisté.


Le lendemain, après une nuit sans dormir, les yeux rouges d'avoir tant pleuré, Henriette se présente devant Anne , la tête baissée , lui raconte tout et attend le châtiment.


- Cela fait longtemps que j'ai compris ma pauvre Henriette. Je te rassure, je ne t'en veux pas, si tu n'étais pas aussi une victime, j'aurais dit que tu me rendais service. Je déteste ce mari que mon père m'a imposé pour arranger ses affaires, partager son lit m'est insupportable et pourtant il me le faut bien hélas! Je vais de ce pas trouver une solution à ton problème, il ne faut pas que tu sois jetée à la rue mais il ne faut pas non plus rester dans la maison, tout au moins pendant quelques mois, mon mari lui te jetterait comme une gourgandine que tu n'es pas. Va à ton ménage, pendant ce temps, je sors rendre visite à une amie, à plusieurs on trouvera une solution.


- Madame est bien bonne.


- Non Henriette, je suis bien lâche au contraire de t'avoir laissée aux mains de ce porc de mari. Allez va...


- Bien Madame.


A suivre


Publié dans Mes-textes-proses

Commenter cet article

michel 18/02/2010 16:24


Madame est bien bonne ,ou l'inverse

Quelle belle ,triste et histoire courante

Comment sera la fin ???

merci Martine


Aimela 19/02/2010 07:34


C'était comme ça à l'époque , le pire c'est que cela a tendance à se répéter  malgré  la modernité. Merci Michel et bises 


liedich 17/02/2010 11:38


ah la vache !!! on se croirait à cettte autre époque. Je cours vers le second. Merci joli prénom.


Aimela 18/02/2010 10:19


oui on est au 19 ème siècle dans mon histoire  C'est ce que l'on m'a demandé à mon petit atelier d'écriture de mon quartier , je suis contente de ne pas mêtre trompée de siècle , étant souvent
distraite, je me serais retrouvée au temps des cavernes . Merci Liedich


Russalka 17/02/2010 09:51


Et dire que cela fut vrai dans des centaines de circonstances... Ce droit de cuissage des hommes pour lesquels la femme de petite condition était une chose est tout simplement odieux!
Merci de cette page qui me rappelle que ma propre grand mère était femme de chambre et heureusement pour elle, entre de meilleures mains que celles de ce goujat...


Aimela 17/02/2010 10:23


 Le droit de cuissage avait lieu  non seulement dans les maisons au près du personnel mais aussi dans les usines  et pas seulement qu'en  France . Heureusement  tous 
les hommes ne le pratiquaient pas Merci Viviane et bises


jacques 26 15/02/2010 10:09


je reste sur ma faim !! (rires) eh oui vivement la suite !!
amitiés martine


Aimela 15/02/2010 10:12


J'espère que le plat sera bon  mais il te faudra attendre  ...un peu . Merci jacques  et amitiés