Jeanne ( fin)

Publié le par Aimela

yeux

 

Conter la vie de Jeanne dans les fermes m’est impossible car elle n’en parlait jamais. Elle n’a jamais parlé non plus de sa rencontre avec son mari. Un brave et gentil garçon qui travaillait en famille.

Jeanne ne montrait jamais ses sentiments, ni ses chagrins et pourtant elle devait en avoir. Elle se maria à dix neuf ans , eut Quatre enfants , Trois filles et un garçon. C'est là que je peux reprendre l’histoire ,les choses deviennent plus claires. L’ainée eut des problèmes dès la naissance, elle refusait de manger puis cela a continué par une maladie bizarre à l’époque. Jeanne a consulté tous les toucheurs de la région, fait des prières aux saints miraculeux pour finir chez un grand médecin qui lui a dit qu’il pouvait soigner et non guérir son enfant si elle faisait tout ce qu’il lui prescrirait. Elle lui faisait totalement confiance . La première chose était de faire maigrir l’enfant sinon elle ne marcherait jamais. Contre toute la famille qui disait partout qu’elle faisait mourir sa fille a petit feu , Jeanne a tenu le coup. L’enfant apprit à marcher puis à parler, pas très bien mais elle parlait. A cette époque il n’y avait pas d’orthophoniste, Jeanne mettait un crayon dans la bouche de sa fille pour qu’elle articule correctement,. Ce n’était pas très catholique mais cela fonctionnait. Lorsque sa fille aînée eut huit ans et qu’elle travaillait bien à l’école, un autre problème de taille s’est présenté à Jeanne. Une institutrice qui avait pris la petite en grippe et lui infligeait des châtiments corporels a incité Jeanne à mettre l’enfant dans une école pour attardés. Non seulement Jeanne a refusé mais elle a enlevé tous ses enfants de l’école pour les mettre ailleurs, non mais ! Ses enfants étaient capables de suivre une scolarité normale. Personne ne pouvait influencer Jeanne, son mari était en admiration devant elle et lui laissait les rennes du ménage. Jeanne savait toujours quoi faire dans les situations difficiles et il y en a eu .

Au décès du beau père, le fils a repris l’affaire mais trop anxieux abandonna et partit travailler dans une autre région. Il s’en allait le lundi matin pour ne revenir que le vendredi soir. Ayant fait construire Jeanne était seule face aux difficultés d’argent , s’occupant de quatre enfants, . Elle n’était pas tendre mais là c’était pire surtout qu’elle avait pris elle aussi un travail pour finir les fins de mois. Les enfants de Jeanne avaient peur d’elle, surtout l’aînée qui se demandait comment sa mère qui était au travail connaissait ses bêtises, comment elle arrivait entendre les messes basses et surtout comment elle faisait pour entreprendre deux ou trois choses à la fois. Jeanne était capable de tricoter des pulls à points difficiles en regardant la télé et de suivre en plus une conversation. Le plus fort pour la fille c’était de voir les amis de Jeanne, l’appeler Jeannette avec beaucoup d’affection. Sa mère était un croque-mitaine ou une sorcière pas cette gentille Jeannette...

Ne supportant plus l’autorité féroce de sa mère, la fille aînée décida de partir . Elle trouva son futur mari ... il ne plaisait pas à sa mère mais cependant elle accepta le mariage Dans le panier de mariage Jeanne avait déposé le trousseau ainsi que le mobilier de la chambre et pour cela elle s’était privé du peu de choses qu’elle aurait aimé posséder . A quarante ans Jeanne eut son premier petit enfant. Elle n’a jamais été aussi gaga de sa vie. Les bêtises de ses enfants étaient bannies celles de sa petite fille applaudies.

Jeanne n’a pas pu profiter de son rôle de mamie elle est décédée un mois avant ses quarante trois ans d’une tumeur foudroyante au cerveau. Sa petite fille avait deux ans et demi, un petit frère ou une petite sœur était attendu

A cette histoire, Il manque un détail, je n’ai jamais dit ... Jeanne était petite, un peu forte, brune et les yeux... Quel couleur les yeux ? . Ayant toujours les yeux baissés la fille aînée n’a jamais su la couleur des yeux de sa mère. Elle pense qu’ils étaient bleus mais les trois autres enfants disent qu’ils étaient marrons. Va pour marron alors. La vie est injuste, Jeanne est morte alors que l’ainée commençait à la découvrir. Aujourd’hui,  ce n'est pas la fête des mèresmais je veux te rendre hommage Jeanne. Grâce à toi et à tes méthodes non catholiques, toi qui l’était, enfin... tu trichais. Ne pouvant aller à la messe tous les dimanches Tu y envoyais tes enfants pour te faire pardonner, les filles à la chorale , le garçon, enfant de cœur. Ils sont dégoûtes de la religion. Grâce à ton courage, j’ai pu être ce que je suis. . Tu n’as jamais su me dire je t’aime et me caresser mais tu m’aimais et tu l’as prouvé. Maintenant j’aime la sorcière que tu étais.

Je t’aime maman.

 

samedi 28 mai 2005

Publié dans Mes-textes-proses

Commenter cet article

michel 11/06/2010 22:59



les souvenirs d'enfance remontent toujours à la "surface"


les comparaisons avec d'autres enfants sont courantes


quelle tristesse;LA SORCIERE


a quant une belle hitoire avec une belle fin


A bientot


bisous Martine


michel



Aimela 13/06/2010 11:21



Oui les souvenirs d'enfance remontent toujours  mais aussi les manques . Pour l'instant aucune inspiration   pour écrire , j'espère que cela reviendra; merci Michel et la sorcière
te salue très bas Bises



Babeth 11/06/2010 01:37



ton histoire est très émouvante Aimela... Merci de la partager avec nous.



Aimela 11/06/2010 09:00



Je t'avais dit que je mettrai un jour ma "Jeanne" sur mon blog , c'est fait Merci Babeth  et bises



Solange 10/06/2010 14:43



C'est une belle histoire triste,  je la trouve très attachante cette Jeanne, qui a traversé tellement d'épreuves dans sa courte vie.C'est un bel hommage que tu lui rend.



Aimela 11/06/2010 09:02



Oui ma maman était très attachante , je m'en suis aperçue  lorsque je me suis mariée  mieux vaut tard que jamais Merci  Solange et bonne journée



Jakline 09/06/2010 23:22



On l'aime bien ta Jeanne, fruste mais généreuse, je crois; attentive et confiante en ses enfants.



Aimela 10/06/2010 10:49



Oui jeanne était tout ça  mais aussi farceuse , je me souviens dequelques petits tours dont elle était l'auteur
Merci Jakline



Corinne 09/06/2010 21:51



Quelle belle histoire, triste, dur mais beaucoup d'émotions


C'est bizarre souvent on comprend les choses un peu tard, mais les reconnaître c'est merveilleux


Je te souhaite une belle soirée



Aimela 10/06/2010 10:52



C'est vrai que l'on comprend que tard , je commençais  à mieux la connaître  lorsque je me suis mariée et si la mort ne me l'avait pas enlevée, on aurait pu devenir complices toutes les
2 . Elle me connaissait mieux que moi même. Merci  Corinne et bises



Marianne 09/06/2010 12:25



la mère que je suis moi-même, a été émue par les dernières lignes.


Et j'imagine que la valeur d'exemple de celle qui t'inspira ces lignes, inspire aussi tes actions et tes choix.


Bisous


 



Aimela 10/06/2010 10:54



C'est vrai  qu'elle m'a donné sa force  et si je je remonte les marches ( même à 4 pattes) c'est à elle que je le dois merci Marianne et bises



jacques 26 09/06/2010 11:18



poignant sera mon seul mot


amitiés et merci martine



Aimela 10/06/2010 10:55



Merci infiniment  Jacques Amitiés