Là où accostent les bateaux

Publié le par Aimela

 

Une jeune femme assise sur un muret ( Berthe morisot)

S'ennuyant chez elle, Marie profite du ciel bleu pour sortir sur le port. Les reflets de bateaux s'impriment sur l'eau laissant de jolis chatoiements... Marie, vêtue d'une jolie robe blanche en organdi et munie d'une ombrelle de même couleur, s'assoie sur le muret. Le regard porté au loin, Marie rêve de voyages sur un de ces navires … Elle part...Part … Un peintre, chargé de tout son attirail s'approche, voyant Marie et la trouvant très jolie s'arrête, installe son siège, son chevalet , pose une toile vierge dessus. Il sort ses pinceaux, ses tubes de toutes les couleurs et peint … toute à ses pensées, Marie ne l'a pas vu...



Un petit coup de pinceau ici, un autre là et puis encore... jusqu'à que la toile soit terminée, il appose sa signature en bas , à droite... Ceci fait, il s'approche de Marie...



<<Pardon de vous déranger mademoiselle mais vous étiez si belle que je n'ai pas pu m'empêcher de vous peindre .>>

Sous la voix du peintre, comme revenue d'un coup à la réalité, Marie sursaute se tourne vers lui et...

- Me peindre ? Mais quand ? Où ? Dit-elle le rouge aux joues qui lui va à ravir, le peintre en est saisi...

- Ici mais vous étiez dans vos pensées et vous ne m'avez pas remarqué.

- Oh ! Désolée .

- Vous n'avez pas à l'être , c'est moi, je n'aurai peut-être pas du mais c'est fait et j'aimerai que vous me dites ce que vous en pensez.

Avec plaisir lui répond-elle en descendant du muret et se dirigeant avec le peintre regarder l’œuvre...



Les yeux de Marie dévore la toile puis émue remercie le peintre de l'avoir peinte si jolie au près du port.



Permettez moi de vous l'offrir Mademoiselle.



Mon Dieu, c'est de trop, je peux vous payer



Surtout pas, c'est un cadeau , si vous vous sentez gênée, offrez moi un verre au coin là-bas...



C'est ainsi que Marie et le peintre se sont connus. Ils se sont aimés là où accostent les bateaux...

 



Publié dans Mes-textes-proses

Commenter cet article

Marianne 26/01/2014 09:10


ces deux-là me plaisent. Ils ont su suspendre le temps et être là tout simplement chacun de son côté. Tu vois, on peut être vu et devenir un sujet et même un modèle pour un autre sans même
le savoir.  :-)


Bien amicalement, bisous.

Aimela 27/01/2014 17:13



Merci Marianne et bises 



anik 26/01/2014 08:59


...mais  comme c'est  joli !!!


Toujours  autant de talent dame Tarmine .


Amitiés marines .


Anik

Aimela 27/01/2014 17:14



Merci de ton gentil compliment Anik Bises  normandezs 



flipperine 25/01/2014 19:01


une belle histoire

Aimela 27/01/2014 17:14



Merci Flipperine et amitié 



Sagine 24/01/2014 20:05


Et bien voilà qui est romantique ! ça fait du bien...

Aimela 27/01/2014 17:15



Oui de temps en temps cela fait du bien. Merci Sagine et amitié 



Mony 24/01/2014 17:41


Navigueront-ils un jour sur un de ces bateaux ? L'avenir, seul, le sait...

Aimela 27/01/2014 17:16



l'avenir ou l'imagination de l'auteur qui sait . Merci  Mony et bises 



Nina Padilha 24/01/2014 13:18


Que c'est beau !

Aimela 27/01/2014 17:17



Merci infiniment Nina, bises 



michel 24/01/2014 11:30


Belle petite histoire


Je suis allé sur le port d'Ouistreham dimanche et, je n'avais pas emmené mon attirail..............aurais-je trouvé un modèle ??


bisous, Martine


michel

Aimela 27/01/2014 17:18



Attends l'été qu'il fasse plus chaud  pour  trouver un joli modèle  Merci Michel et
bises 



jacques 24/01/2014 10:48


belle fin et je suppose qu'ils ont du avoir beaucoup d'enfants , comme on dit 


amitiés martine 

Aimela 27/01/2014 17:20



Je ne sais pas s'ils auront des enfants, mon cerveau n'a pas imaginé de suite  Merci Jacques et amitié