Le monde à vol d'homme

Publié le par Aimela

Marc Chagall

Une carte, l'image juin, juin peinture

Sur la gauche, une maison, moitié grisée-bleue l'autre blanchâtre enfermée par une palissade de bois sombre... Au fond, un petit village coloré et endormi dans la neige. Au côté droit de l'image, une église orthodoxe russe, reconnaissable à son toit Rien ne choque, rien ne blesse le regard pas même le vert de la haie, il a pris une aura particulière... Un personnage barbu, un chapeau haut de forme sur la tête survole l'ensemble. Dans sa main droite, une canne de l'autre supporte le sac sur son dos...

 

Le vieillard vole par dessus les toits il quitte son village d'enfance vers un ailleurs plus doux, plus beau, plus aimant, empli d'espoir, d'un avenir plus heureux. En chemin, il aperçoit des amoureux sous un arbre, pour ne pas les effaroucher, il se pose légèrement sur une branche de l'arbre pour se reposer et surtout mieux les observer. Seule la lumière bleutée de la lune pourrait les débusquer mais les amoureux sont trop occupés pour le remarquer.

 

L'amour, toujours l'amour se dit le vieillard mais je n'en ai que faire de ce celui-ci, j' en ai fait tristement le tour, je veux l'autre, l'universel, celui qui réunit tous les hommes vers un bonheur commun, cela doit bien exister quelque part ...ailleurs. Un petit somme et je repars.

 

Le lendemain matin, bien reposé malgré le vent qui je balançait quitte à le faire tomber, le vieillard se remit à flotter, flotter au dessus des mers, des montagnes, des avions en flamme, des hommes terrassés. Il vole encore et toujours traversant des pays où il ne vit que la connerie des hommes et aussi des femmes eh oui ! Aussi les femmes puisqu'elles veulent l'égalité des sexes, elles doivent assumer les conséquences. Ce n'est pas qu'elles sont le sexe faible qu'elles sont toutes des anges, loin s'en faut et l'histoire l'a démontré... Toutes à ses réflexions, le vieillard a fait le tour du monde, le tour des choses, des questions et des réponses, il se retrouve chez lui dans son petit village russe où rien n'a changé mais où il retrouve l'amour de ses enfants et l'amitié de ses voisins.

 

 

 


 


 

Sur la gauche, une maison, moitié grisée-bleue l'autre blanchâtre enfermée par une palissade de bois sombre... Au fond, un petit village coloré et endormi dans la neige. Au côté droit de l'image, une église orthodoxe russe, reconnaissable à son toit Rien ne choque, rien ne blesse le regard pas même le vert de la haie, il a pris une aura particulière... Un personnage barbu, un chapeau haut de forme sur la tête survole l'ensemble. Dans sa main droite, une canne de l'autre supporte le sac sur son dos...
 
Le vieillard vole par dessus les toits il quitte son village d'enfance vers un ailleurs plus doux, plus beau, plus aimant, empli d'espoir, d'un avenir plus heureux. En chemin, il aperçoit des amoureux sous un arbre, pour ne pas les effaroucher, il se pose légèrement sur une branche de l'arbre pour se reposer et surtout mieux les observer. Seule la lumière bleutée de la lune pourrait les débusquer mais les amoureux sont trop occupés pour le remarquer.
 
L'amour, toujours l'amour se dit le vieillard mais je n'en ai que faire de ce celui-ci, j' en ai fait tristement le tour, je veux l'autre, l'universel, celui qui réunit tous les hommes vers un bonheur commun, cela doit bien exister quelque part ...ailleurs. Un petit somme et je repars.
 
Le lendemain matin, bien reposé malgré le vent qui je balançait quitte à le faire tomber, le vieillard se remit à flotter, flotter au dessus des mers, des montagnes, des avions en flamme, des hommes terrassés. Il vole encore et toujours traversant des pays où il ne vit que la connerie des hommes et aussi des femmes eh oui ! Aussi les femmes puisqu'elles veulent l'égalité des sexes, elles doivent assumer les conséquences. Ce n'est pas qu'elles sont le sexe faible qu'elles sont toutes des anges, loin s'en faut et l'histoire l'a démontré... Toutes à ses réflexions, le vieillard a fait le tour du monde, le tour des choses, des questions et des réponses, il se retrouve chez lui dans son petit village russe où rien n'a changé mais où il retrouve l'amour de ses enfants et l'amitié de ses voisins.
 
Le monde à vol d'homme

Publié dans Mes-textes-proses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

michel 15/09/2014 23:05

oui, veillerd ou pas ,russe ou pas, femmes ou hommes
La vie est faite de tout
Même de vols (pas de survols)
bisous...Martine

aimela 16/09/2014 13:16

Merci Michel et bises

flipperine 14/09/2014 18:07

une belle leçon de vie qu'il a compris

aimela 16/09/2014 13:16

Eh oui, le bonheur est souvent plus près qu'on ne le pense. Merci Flipperine et amitié

anik .. 13/09/2014 08:59

.. très jolie allégorie du sac . Dans la marine l'heure de la retraite se dit : poser son sac à terre .
Beau weekend dame Tarmine
Des bisous
Anik

aimela 16/09/2014 13:15

Ma réponse est partie trop vite ( rires) . Je disais que j'étais un peu en retard pour les réponses ( papiers administration en cause ) Merci Anik et bises

aimela 16/09/2014 13:13

Un peu en retard pour la

Solange 12/09/2014 17:07

Une très jolie histoire pour accompagner cette peinture

aimela 12/09/2014 18:26

Merci infiniment Solange . Bises

Mony 12/09/2014 12:45

Voir le bonheur à sa porte, voilà ce que m'inspire ton texte...
J'aime beaucoup l'univers de Chagall, merci.

aimela 12/09/2014 18:26

Chagall a fait de bien jolies choses j'en parlerai peut-être un jour ( si j'ai le temps ) Merci Mony et bises

emma 12/09/2014 11:42

une jolie fable très philosophique sur une peinture onirique

aimela 12/09/2014 18:24

Merci Emma et bises