Lettre à la maîtresse

Publié le par Aimela

La Communauté

 "Ruche de beaux mots "

lance son Défi n° 20

  Thème : " SOUVENIRS D'ENFANCE "
Martine-photos-4dPhoto prise  au temps heureux des gentilles maîtresses
Lettre à la maîtresse

Madame

si je vous appelle Madame c’est parce que vous devez être mariée et vieillissante à ce jour mais souvenez-vous, à l’origine, vous étiez une jeune femme et moi une enfant de huit ans, heureuse d’aller à l’école, de retrouver ses amies, il n’y avait pas de garçon à l’époque et c’était des religieuses qui gouvernaient non l’avion mais notre petit monde.

Tout allait pour le mieux mais voilà, vous êtes arrivée et tout est devenu carnage dans ma vie. C’est vrai que j’écrivais mal et que j’étais dissipée mais était-ce une raison de m’infliger ces tortures au point que mes nuits étaient des cauchemars ?

Vous passiez vos journées à me casser de toutes les façons abjects que vous trouviez, vous m’avez brisé comme du cristal... Je me souviens très bien de vos coups sur mes mains, de vos tirages d’oreilles et de cheveux, mes heures au coin de la salle et s’il n’y avait eu que ça Madame, ce n’était rien mais le reste, vos mots méchants à longueur de journée et seulement pour moi. Aux autres vous leur racontiez de belles histoires. Les autres qui me traitaient de tous les noms à la récré savent-ils que plus de quarante ans après, je pleure encore ? Non Madame, vous ne savez pas .

Mes parents, voyant mon malaise vous ont rendu visite mais, je ne sais pas par quel miracle, vous avez aussi séduit la directrice qui devait passer son temps à se recuieillir pour ne pas voir que vous étiez le diable personnalisé. C’est vrai qu ’elle était agée et qu’elle avait laissé un petit relachement mais quand même, elle aurait du croire mes parents, ce n’était pas des faiseurs d’histoire, ne prenant jamais notre défense lorsqu’on était puni.

Aujourd’hui Madame, ce n’est plus une petite enfant de huit qui vous écrit mais une femme qui a vécu tant de déboires et cela sans boire une goutte d’alcool. Je peux ainsi vous dire que vous faites honte à votre métier qui était de nous enseigner et non nous torturer. A cause de vous ma scolarité n’a pas eu le vol du concorde mais de vieux coucous, montant ou descendant au gré des maîtresses d’école.

Si j’avais un jour, l’occasion de vous revoir, je ne vous pendrai pas par les pieds, pour faire circuler le sang, cela n’est pas assez , non moi, je vous tuerai car je vous hais au plus profond de mon coeur.

Voilà, je ne vous envoie pas cette lettre, je me dépêche de la déposer sur mon blog pour leur montrer qu’il y a de très bons maîtres d’école mais aussi des ordures, je ne retirerai pas le dernier mot.


photo de classe( 1961)Mon CP avec des maîtresses dignes de ce nom ( J'étais heureuse à l'époque  et j'apprenais bien)


Publié dans Mes-textes-proses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
<br /> <br /> Je me souviens avoir déjà lu ce texte et pourtant l'émotion que je ressens est toujours la même. A 8 ans on est si vulnérable ! On perd un peu de son insoucience parce que l'on prend conscience<br /> des choses de la vie...<br /> Alors j'imagine très bien l'impact que cela a du avoir sur ta vie toute entière.<br /> Je crois que portée par la haine j'aurai cherché, adulte, à la retrouver pour la lui cracher à la figure.Mais... tu as raison... ça n'effacerait rien !<br /> Bisous Aimela!<br /> <br /> <br /> PS : tu étais pourtant trop "mimie"  ;)<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> C'est sûr que cela n'aurait  rien effacé  et puis  peut-être que si je l'avais revu, elle aurait nié les faits qui pour moi auraient été pire que tout ( elle avait nié au près de mes<br /> parents) . j'arriverai à retirer cette haine, il le faut pour passer à autre chose  avec des gens biens  telle que toi et d'autres amis virtuels ou réels, continuer la peinture,<br /> l'écriture et le théâtre, on monte une petite troupe de personnes  bouzillée par la vie. Notre petit spectacle aura lieu au mois de juin ( on le mettra  à l'essai en avril) . voilà .<br /> Merci d'avoir relu ce texte  Clo . Bises <br /> <br /> <br />
M
<br /> pfiou... pourtant elle devrait etre entre les mains de cette "maitresse" cette lettre...<br /> <br /> Mais tout se paye, tout. Ainsi esperons que la vie luiai fait et fasse encore payer la facture de tels agissements.<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> Si je savais  comment elle s'appelle et où elle habite , je lui aurai envoyée malheureusement, ce n'est pas le cas . Je ne sais pas si tout se paie, il y a des personnes qui  passent à<br /> travers . Merci Monsieur Triste. Bon week end  à toi<br /> <br /> <br />
A
<br /> Bonjour Aimela,<br /> Je viens te saluer, et t'informer que :<br /> le Défi n° 21 de la Ruche en ligne... si tu aimes les fragrances...<br /> Bon week-end. Bizzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> Merci de ta visite  Abeille, j'irai voir mais les parfums et moi ne sommes pas très amis, moi j'aime mais eux ne m'aiment pas et vire sur ma peau   bizzzzzzz<br /> <br /> <br />
M
<br /> Eh oui, c'était assez souvent comme ça à cette époque, hélas ! Et tu es tombée sur un numéro particuièrement sadique apparemment. Aujourd'hui, une enseignante comme celle que tu dépeins aurait de<br /> graves ennuis même judiciaires. Tout a bien changé !<br /> Mais tu as raison de ne pas généraliser car j'ai eu pour ma part des enseignantes d'école maternelle merveilleuses qui m'ont tiré du désespoir dans lequel j'étais tombé à 2 ans, à la mort de ma<br /> pauvre mère. Oui, malgré mon grand âge, juste après la guerre, la Confédération Helvétique avait fait don à la ville martyre de Saint-Lô d'une belle école maternelle toute équipée et moderne.<br /> Après, les enseignant(e)s que j'ai vus défiler étaient durs et exigeants mais je tremblais surtout pour mes copains qui faisaient des fautes d'orthographe et ne réussissaient pas les problèmes.<br /> Alors, je les aidais à la récré pour qu'ils ne se fassent pas trop engueuler ou talocher. L'institutrice que tu évoques n'aurait même pas mérité d'être garde-chiourme. C'est pitoyable et je peux<br /> comprendre à quel point tu as pu être malheureuse entre les mains d'une telle tortionnaire des âmes. Oui, il y a des mots méchants, des mots qui blessent le coeur plus sûrement qu'un couteau à<br /> griffes.<br /> Est-ce que tu penses que ces mauvais traitements physiques et psychologiques ont eu des retentissements dans ta vie d'adolescente et d'adulte plus tard ? N'hésite pas à les analyser à fond, le cas<br /> échéant, car ça peut faire le plus grand bien : une mise au clair pour soi-même! Mais c'est vrai que tuer ces bourreaux-là, qu'est-ce que ça doit faire du bien avant d'aller en prison. Oui, car ce<br /> sont aussi les victimes qui vont en prison, pas les geôliers.<br /> Un témoignange poignant Martine !<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> Je ne général ise pas parceque si je suis tombée sur un monstre, j'ai eu aussi desinstituteurs qui ont essayé de me "guerrir " et je leur en suis reconnaissante même s'ils n'ont pas pu me<br /> redonner  tout ce que j'avais perdu ... Ils ont fait ce qu'ils ont pu .<br /> <br /> Oui ces mauvais traitements ont eu une très grande importance sur ma vie  pour différentes raisons que je ne citerai pas ici . ce qui est bizarre c'est que je me rappelle  son prénom mais<br /> pas  son physique  alors je me vois mal la tuer , je risque de me tromper de personne  et puis c'est plus<br /> facile de tuer par les mots que par les gestes .<br /> <br /> <br /> Merci Merlin et amitiés<br /> <br /> <br />
R
<br /> Et dire que ç a existait...Ce sont de bien tristes souvenirs qui ont marqué la petite fille d'autrefois devenue femme. Il y a des blessures qui ne se referment jamais tout à fait. Tu as bien fait<br /> d'en parler. Bonne nuit. Bises<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> Beaucoup de mes blessures  sont en voie de guérison  mais celle et je ne sais pas pourquoi, je n'y arrive , c'est la vie  et il faut faire avec . Merci Roselyne et bises<br /> <br /> <br />
B
<br /> j'ai eu de durs moments moi aussi, mais pas aussi moches... Ma pauvre, je suis désolée que tu aies dû subir une telle injustice! C'est terrible de penser que les enfants sont à la merci de<br /> soit-disant instituteurs qui peuvent définitivement détruire leur avenir ou leur assurance!<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> Combien de gosses  ont été des moutons noirs à l'école, je ne les compte pas et tout ça parcequ'ils ne plaisaient pas  à l'enseignant. cela bouzille  tout une vie , elle m'a détruite<br /> et encore aujourd'hui même si je n'y pense que très peu , j'ai gardé le manque d'assurance . Merci Babeth  et bises<br /> <br /> <br />
M
<br /> les "bonnes soeurs" n'ont de bons que le nom<br /> <br /> allez Martine c'est fini<br /> <br /> J'ai eu de bonnes maitresses mais "pas les même".....chut<br /> <br /> bisous...michel<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br />  Cette l'institutrice n'était pas une religieuse ,J'ai eu  la dernière religieuse enseignante  de cette école, elle   était très sévere mais juste, je l'adorais et j'aurai aimé<br /> qu'elle continue , seulement elle a été mise à la retraite  et c'est  celle qui m'a fait du mal qui l'a remplacée  pour mon malheur.<br /> Pour le reste, tu peux me faire confiance, je ne dirai rien promis Merci Michel et bises<br /> <br /> <br />
A
<br /> Bonjour Aimela,<br /> Merci pour ta seconde participation, que je viens de déposer sur le bureau des souvenirs.<br /> Ta lettre à cette " maîtresse " est très poignante ! Comment de tels êtres peuvent-ils exister ? C'est abject ! J'espère qu'elle a payé très cher le mal qu'elle t'a fait...<br /> J'ai eu l'occasion, à deux reprises, d'intervenir pour mon fils : la première, un instit avait pris mon fils en grippe, et lui tapait régulièrement sur la tête avec une règle... je suis allé<br /> l'avertir que s'il recommençait, je me ferai un plaisir de venir le taper à mon tour... malgré sa grandeur (deux têtes de plus que moi), il est reparti tout penaud, et n'a jamais recommencé. La<br /> seconde, une surveillante de cantine qui claquait les enfants qui ne voulaient pas tout manger... j'ai failli l'étriper... la directrice m'en a dissuadé... elle a été virée... le comble : un<br /> autocollant sur sa voiture " halte aux enfants battus " !<br /> Personnellement, je n'ai été le " souffre douleurs " d'un directeur qu'au collège (tirage de joues, humiliations verbales...)... j'ai jubilé lorsque deux ans plus tard, il décédait d'un<br /> cancer...<br /> Encore merci à toi pour cette lettre... Bonne soirée. Bizzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> je ne sais absolument pas ce qu'est devenu cette maîtresse  et je ne tiens pas à le savoir. Par chance mes enfants n'ont jamais eu à se plaindre de mauvais traitements venant de leurs<br /> enseignants sinon, je pense que je les aurai tués ,  Je sais c'est radical mais le mal qu'ils font aux enfants l'est et ne ils s'en remettent jamais . Merci Abeille et bizzzzz<br /> <br /> <br />
R
<br /> Bonjour Aimela<br /> J'ai été absente du net ces temps ci car malade, et je reviens tout doucement..;<br /> <br /> Ce que tu racontes, je l'ai vécu avec d'autres. je me souviens même d'une copine à laquelle la maitresse avait arraché l'oreille en tirant trop fort.. si si...<br /> De nos jours, il y aurait une émeute dans la ville c'est sûr<br /> <br /> Gros bisous à toi <br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> Tu n'as pas à t'excuser, J'espère que tu te portes mieux  maintenant<br /> <br /> La mienne ne m'a pas arrachée l'oreille, c'est déjà ça . Lorsque mes parents sont allés voir cette maîtresse  et qu'il a entendu ce qu'elle disait de moi, il a failli la tuer . c'était immonde<br /> . Ils m'ont changé d'école et voir même me faisait prendre le car pour une école dans une autre ville tant, j'étais traumatisée . Merci de ton témoignage  Renard et  bises<br /> <br /> <br /> <br />
M
<br /> Ca fait du bien, n'est-ce-pas,de pouvoir un jour sortir une vieille haine qui dormait en soi ? J'espère que d'autres bons souvenirs te tiennent chaud au coeur.<br /> Bises, Mony<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> C'est bizarre mais je n'arrive pas  à retirer cette haine, elle  me colle à la peau, peut-être que c'est la seule que je porte en moi malgré toute cette vie de patachon. Merci Mony et<br /> bises<br /> <br /> <br />