Liber...té

Publié le par Aimela

  782px-Francisco de Goya y Lucientes 023

 

Enfant, Simon vivait heureux dans sa famille. Ses parents n'étaient pas riches mais ils ne manquaient de rien et surtout pas d'amour. Cela aurait pu durer toute une vie seulement un jour, des soldats d'un pays voisin sont venus, ils ont tué pères, enfants, violé des femmes qui se suicidaient. Simon s'en est sorti de peu. Il a pu se sauver et se cacher. Les années ont passé douloureusement, l'occupant écrasait toute forme de rébellion. Simon, adolescent, est entré dans un groupe qui oeuvrait pour la liberté.

 

Simon partageait les idées de ses camarades et il les aidait en écrivant des pamphlets. Il se joignait à eux pour délivrer des innocents retenus dans les prisons , il a accompli d'autres missions mais jamais, il n'a pris d'armes pour tuer. Un jour un de ses compagnons s'est fait prendre et sous la torture, l' a dénoncé. Sans forme de procès, Simon est amené près du mur, un soldat s'est approché pour lui mettre un foulard sur les yeux ... il a refusé .

 

Quelques corps couchés à même le sol, morts et au milieu Simon se tient debout, la chemise ouverte. Près de lui quelques amis, certains pleurent, d'autres prient le ciel qu'on l'épargne. Devant un peloton d'exécution, bien rangé, fusils pointés attend l'ordre de tirer. Le général ordonne, Simon lève les bras et crie vive la liber... Le té sort alors qu'il tombe sur le sol ...mort

 

 

Publié dans Mes-textes-proses

Commenter cet article

fabienne 25/07/2010 00:47



des heures réelles malheureusement


bisous



Aimela 26/07/2010 09:38



Chaque jour souffre ou meurt  quelqu'un pour sauvegarder cette liberté  et cela n'en finira jamais tant que des hommes envahiront des pays . Merci Fabienne  et bises



Russalka 22/07/2010 09:02



Combien sont morts pour ce beau mot ? Grâce à leur sacrifice nous sommes là... Cette toile de Goya est d'une puissance qui m'étonne toujours et quelle palette!



Aimela 22/07/2010 10:48



Malheureusement trop de morts  et cela n'est pas prêt de se terminer, il y a toujours  des populations dans ce monde qui subissent le joug de l'occupant. Moi aussi, j'aime bien
Goya  et cette toile est magnifique. Merci Viviane et bises



Babeth 22/07/2010 00:27



et bien je pense qu'il a trouvé la liberté dans la mort... Plus d'occupant, de tyrannie, d'injustice, de torture...



Aimela 22/07/2010 10:49



J'espère qu'il l'a trouvé dans la mort mais on ne sait pas ce qu'il y a derrière. Merci Babeth et bises



liedich 21/07/2010 22:35



le Té est droit Joli Prénom et le fer qui entre dans sa peau n'a d'égal que sa foi. Alors je vais mourrir avec lui, alors je vais aimer avec lui et qu'importe le feu qaui me brulera le corps, la
flamme qui est en moi me portera. Près de Toi; mERCI sorciière d'être ce que tu Es.



Aimela 22/07/2010 10:55



Je pense sincèrement que tu aurais pu être cet homme  devant ses fusils pointés,  tu pourrais te sacrifier pour de nobles causes poète . Merci  Liedich



Mony 21/07/2010 10:22



Triste histoire comme il y en a tant de par le monde. Est-ce le tableau qui t'a inspirée ou au contraire as-tu recherché une oeuvre pour illustrer ton texte ? De qui est cette peinture
?


Bises, Mony



Aimela 22/07/2010 11:10



Ce texte a été écrit dans mon petit atelier puis lu  lors du petit spectacle dans la salle polyvalente de mon quartier. C'est le tableau de GOYA qui m'a inspiré et non le contraire. Merci
Mony et mille bisous



michel 20/07/2010 22:59



beau texte


liberté oui, mais ce mot permet parfois des excès


 la liberté des uns, fini quand commence celle des autres et, cela est souvent


oublié ou galvaudé


bises Martine....michel



Aimela 21/07/2010 10:14



Je suis complêtement d'accord avec toi  sur la liberté. Beaucoup font à leur aises sans se préoccuper des autres . Merci Michel et bises



jacques 26 20/07/2010 13:13



que c'est beau !!! martine , et triste a la fois ; mais oh combien réaliste


amitiés



Aimela 21/07/2010 10:16



Malheureusement réaliste, il y a encore des hommes, des femmes qui meurent sous le joug de l'occupant. Merci Jacques et amitiés