Pauvre folle

Publié le par Aimela

Lorsque j'ai écrit  l'histoire, il n'y avait que l'immeuble et ses habitants et rien sur la fin  Georgette mais les membres de mon petit atelier d'écriture voulait  savoir ce qu'elle était devenue alors je l'ai écrite  sous " pauvre folle " Merci à tous et toutes  de vos commentaires si gentils , cela m'aide  dans mes moments de doute et il y en a  beaucoup . MERCI

 

folie de Munch                                        

Le cri  de Munch

 

Pauvre folle suite et fin d'un immeuble sympathique


 Dans un hôpital psychiatrique, Georgette a été enfermée, seule, pendant quelques jours dans une pièce à l'écart des autres, forme d'isoloir où les malades en crise sont cloitrés à part, un lit rivé au sol, il n'y a rien. Georgette a hurlé, frappé sur les murs et la porte pour qu'on lui ouvre ... en vain. Lorsqu'elle fût calmée par les médicaments qu'on lui injectait de force, on l'a sortie.

Ses beaux cheveux bruns sont devenus tous blancs par le malheur. Georgette les laisse flotter sur ses épaules nues. Elle ne met plus ses grosses  lunettes, croyant qu'elle est plus belle ainsi pour recevoir son amoureux. Étant myope, elle s'accroche à tous les hommes qui passent dans son sillage.

Comment peut on vivre dans ces lieux de désolation où comme partout, il manque du personnel ? Certains membres sont bien au service de ces pauvres hères alors que d'autres se contentent, sans état-d'âme, de surveiller les malades. N'ayant rien à faire, les malades se meuvent lentement et inutilement dans les coins, tirant sans arrêt sur leurs cigarettes. Certains sont plantés devant une télévision alors que d'autres sont réfugiés dans leurs chambres. Georgette n'est pas de ceux là. On la voit sans arrêt passer dans les couloirs à la recherche  de son amour perdu.

Aujourd'hui, c'est dimanche, il y a quelques visiteurs qui passent embrasser leurs malades. Georgette n'a personne, elle est seule, désespérant seule. Elle n'en a que faire des autres, son esprit est près de son père et de « son amoureux » . Les jours n'ont pas d'importance pour elle, elle hante continuellement le service. Soudain, elle se fige, un parfum capiteux plane dans l'air et  envahit son cerveau. Là devant elle se dresse une belle femme, brune, aux cheveux bouclés, élégante dans un tailleur pied-de-poule. Elle porte à ses pieds de jolis escarpins vernis noirs.

   << Maman !>> s'écrie georgette

- Vas te coucher, vieille folle, je ne suis pas ta mère, lui jette l'infirmière de service ... fatiguée de voir et d'entendre Georgette.

Georgette, en plein délire n'a pas entendu l'infirmière, elle voit sa mère devant elle. Cette maman qui la prenait dans ses bras, qui la caressait, la bordait dans son petit lit et qui lui chantait des berceuses, pour l'endormir.


 - Maman ! Maman, tu es revenue.

 - Eh ! La vieille arrête d' hurler, tu nous les gonfles avec ton cinéma.

 - Maman, j'ai besoin de toi, prends moi dans tes bras.

Geogette se jette au cou de  l'infirmière qui souffle dans son sifflet afin d'appeler ses collègues. Un bruit de course dans les couloirs,  Ils arrivent, prennent Georgette à bras le corps, l'enferment dans sa chambre sans oublier de lui injecter le médicament pour l'endormir... Au moins pour la nuit. Demain tout recommencera et les jours suivants, aussi, hélas ! Georgette est destinée à finir ainsi. Les médecins l'ont déclarée irrémédiablement folle.

 

Fin

Publié dans Mes-textes-proses

Commenter cet article

Rebecca G. 10/09/2015 23:15

Mon Dieu, comme ce texte est douloureux et d'une puissance phénoménale!! C'est effrayant et à la fois si admirable! Bravo. Je me suis abonnée car je suis littéralement charmée par tes textes!! C'est un vrai plaisir de lecture! tu fais passer beaucoup de sentiments, c'est incroyable! ... A bientôt!

aimela 11/09/2015 10:19

Ce texte est le reflet de ce que j'ai vu lorsque je rendez-visite à quelqu'un qui m'est très cher alors qu'il était hospitalisé. Merci pour tout Rébecca et bon weekend :)

jazzy57 09/09/2015 19:11

Une histoire triste qui reflète bien la réalité de certains HP. Heureusement il en existe où le personnel a un peu plus d'empathie .
Bisous

Solange 07/09/2015 15:39

C'est un bien triste sort pour ces personnes. J'ai bien aimé ton histoire.

aimela 07/09/2015 17:41

ces hôpitaux sont d'une tristesse sans nom. Merci Solange et amitié

Mony 04/09/2015 20:28

Triste destin qui nous donne à réfléchir à la fragilité de notre état mental. Brrr...

aimela 05/09/2015 09:57

Tu sais que c'est un sujet difficile pour moi mais il me faut l'affronter afin de pouvoir l'appréhender dans les meilleures conditions afin que moi même je ne me retrouve pas dans un de ces asiles:( Merci Mony et bises

flipperine 04/09/2015 10:12

pauvre Georgette

aimela 04/09/2015 15:56

La vie ne fait pas de cadeaux malheureusement :( Merci Flipperine et amitié

Quichottine 03/09/2015 14:32

Je la plains... je trouve que la vie a été méchante avec elle... comment ne pas devenir folle dans de telles conditions ?
En tout cas, ton récit m'a beaucoup plu.

Passe une douce journée. Bises.

aimela 04/09/2015 15:57

Merci Quichottine et bises

clara65 03/09/2015 06:38

Elle est à plaindre, cette pauvre folle ! surtout qu'elle n'a plus personne pour lui rendre visite et s'occuper un peu d'elle. Quelle triste fin pour elle et pour ton histoire que j'ai beaucoup aimée.
Bien amicalement.

aimela 04/09/2015 16:10

Merci Clara de ton gentil commentaire :) Amitié

Michel 02/09/2015 21:32

Peut-être qu'elle n'est pas tout à fait folle,tu pourrais refaire un chapitre " LA RESURECTION"
J'ais lu le commentaire que j'avais fait en 06/2011
Merci pour tes petits articles sympas
Bonne soirée
bisous
michel

aimela 04/09/2015 16:12

Eh si, elle est vraiment folle de plus si elle sortait de l’hôpital, il n' y aurait personne pour s'occuper d'elle malheureusement :( Merci Michel et bises

liedich 02/09/2015 18:26

Cela me donne envie d'hurler. Ce n'est pas triste, c'est horrible. La seule chose qui puisse me laisser espérer c'est bien que dans leur monde à Elles et Eux, il y a une réalité que nous ne pouvons comprendre. Qu'ils vivent et que nous ne pouvons qu'interpréter ce que nous voyons avec nos critères qui ne sont pas les Leurs. Un monde parallèle en quelque sorte. Même s'il est sûr que vu au travers de nos filtres, je persiste et je signe : horrible.
Merci Joli Prénom. l.

aimela 04/09/2015 16:17

Eh oui ! C'est horrible mais la vie est horrible, il n'y qu'à voir les informations . Merci Liedich et bon weenkend.

Renee 02/09/2015 13:35

J'espérais presque qu'elle ressorte Georgette en mal d'amour.............Pauvre, pauvre femme!!!! Bisesssss

aimela 04/09/2015 16:21

Lorsqu'un malade est placé dans un hôpital psychiatrique par la police c'est presque impossible d'en sortir malheureusement :( Merci Renée et bises