Petit stand aux sentiments( pour miletune)

Publié le par Aimela

 


sentiments

privilège de l'image ici 
 

  Déborah s'est levée de bien mauvaise humeur ce matin, souvenir de bien désagréable rêve peut-être. Elle fonça dans sa cuisine, ouvrit un placard pour chercher un petit sachet de gaieté. Mince plus rien , elle se souvint que sur le marché du village, il y avait un stand où l'on vendait des sentiments en vrac mais était-il encore là? Rien n'était moins sûr. J'y vais, je verrai bien se dit-elle . Elle s'habilla et sortit. Après quelques minutes de marche, elle se retrouva devant le stand. Un petit monsieur à la tête en poire attendait le client.

 

- Bonjour Mademoiselle que puis-je pour vous ?

 

- Bonjour Monsieur, j'aimerai des sachets de gaieté.

 

- Hélas ! C'est que tous les clients en voulaient et j'ai tout vendu, j'ai bien fait une commande mais elle n'est pas arrivée, les paysans sont en rupture de stock.

 

- Bon et bien tant pis pour moi, au...

 

- Attendez, j'aurai peut-être quelque chose de plus fort.

 

- Plus fort ? Comment ça ?

 

- Cela fait des mois que je suis là et que je vous vois si triste.

 

- Des mois ? Je ne vous ai pas vu.

 

- C'est que vous étiez plongé dans vos pensées et d'après votre tête, elles était bien noires. Avez-vous quelques minutes ?

 

- Oui mais pas de trop.

 

- J'arrive.

 

Après avoir farfouillé dans tous ses bocaux, il en présenta un tout bleu à Déborah.

 

- Sentez moi ça, vous m'en direz des nouvelles.

 

Déborah approcha son nez et aussitôt éternua . Mais qu'est ce qu'il y a dedans ?fit-elle en colère.

 

- Là dedans, c'est la joie de vivre, le printemps, le gazouillement des oiseaux, le blé en herbe, les premiers rayons de soleil sur la peau . Tout pour rendre heureux .

 

- C'est que je suis allergique au blé en herbe et au printemps.

 

- Dans ce cas Mademoiselle, je ne peux plus rien pour vous , désolé.

 

C'est toujours triste et de mauvaise humeur que Déborah rentra chez elle.

 

Déborah s'est levée de bien mauvaise humeur ce matin, souvenir de bien désagréable rêve peut-être. Elle fonça dans sa cuisine, ouvrit un placard pour chercher un petit sachet de gaieté. Mince plus rien , elle se souvint que sur le marché du village, il y avait un stand où l'on vendait des sentiments en vrac mais était-il encore là? Rien n'était moins sûr. J'y vais, je verrai bien se dit-elle . Elle s'habilla et sortit. Après quelques minutes de marche, elle se retrouva devant le stand. Un petit monsieur à la tête en poire attendait le client.
 
 
- Bonjour Mademoiselle que puis-je pour vous ?
 
 
- Bonjour Monsieur, j'aimerai des sachets de gaieté.
 
 
- Hélas ! C'est que tous les clients en voulaient et j'ai tout vendu, j'ai bien fait une commande mais elle n'est pas arrivée, les paysans sont en rupture de stock.
 
 
 
- Bon et bien tant pis pour moi, au...
 
 
 
- Attendez, j'aurai peut-être quelque chose de plus fort.
 
 
 
- Plus fort ? Comment ça ?
 
 
- Cela fait des mois que je suis là et que je vous vois si triste.
 
 
- Des mois ? Je ne vous ai pas vu.
 
 
- C'est que vous étiez plongé dans vos pensées et d'après votre tête, elles était bien noires. Avez-vous quelques minutes ?
 
 
 
- Oui mais pas de trop.
 
 
- J'arrive.
 
 
Après avoir farfouillé dans tous ses bocaux, il en présenta un tout bleu à Déborah.
 
 
- Sentez moi ça, vous m'en direz des nouvelles.
 
 
Déborah approcha son nez et aussitôt éternua . Mais qu'est ce qu'il y a dedans ?fit-elle en colère.
 
 
 
- Là dedans, c'est la joie de vivre, le printemps, le gazouillement des oiseaux, le blé en herbe, les premiers rayons de soleil sur la peau . Tout pour rendre heureux .
 
 
- C'est que je suis allergique au blé en herbe et au printemps.
 
 
 
- Dans ce cas Mademoiselle, je ne peux plus rien pour vous , désolé.
 
 
C'est toujours triste et de mauvaise humeur que Déborah rentra chez elle.

Publié dans Mes-textes-proses

Commenter cet article

emma 14/07/2014 23:35


 on connaissait le marchand de bonheur, voilà un délicieux ce stand de sachets de sentiments, elle est
bien malheureuse Deborah avec cette allergie ! peut être est elle, comme certaines personnes, allergique au vert pour éternuer en humant le blé en herbe ?

Aimela 17/07/2014 17:43



Ce doit être sûrement ça  Merci Emma et bises 



michel 14/07/2014 23:14


Pauvre Déborah , elle n'a pas de chance


Rassure-toi jeune fille ,tu n'es pas seule dans ce cas


LA VIE N'EST PAS UN LONG FLEUVE TRANQUILLE


l'espor fait vivre........bisous....michel

Aimela 17/07/2014 17:44



La vie est loin d'être  un  fleuve  tranquille, Déborah en fait les frais . Merci Michel et bises 



Mony 14/07/2014 11:36


Pas de chance cette pénurie et cette allergie 

Aimela 17/07/2014 17:45



Eh non, pas de chance  Merci
 Mony et bises