Racines perdues

Publié le par Aimela

  Voilà le nouveau défi de la petite fabrique d'écriture:

 

Votre mission, si vous l'acceptez, sera de choisir un (ou plusieurs) de ces personnages et de lui (ou leur) faire raconter une aventure vécue par eux,

 

110228 Laure Chateauneuf-Galaure1C, un jour la-bas Photo de Laure que j'ai choisie

"Un jour, là-bas..."

  Votre texte commencera donc par ces mots, et sera en relation avec les images proposées.

 

 

 

 

Racines perdues

 


Un jour là-bas, elle partira retrouver ses racines perdues depuis tant d'années.


Elle avait voulu partir, comme beaucoup de ses compatriotes, trouver l'eldorado en France. A la place, elle a trouvé la rue, la misère. Elle est sortie de rue grâce à une main « charitable «  qui l'a aussitôt enfermée dans l'esclavage. Levée tôt, elle s'échine à nettoyer ce vieux château froid et humide de fond en comble, combles où elle dort difficilement dans une vieille couverture. Pas de salaire si ce n'est que les restes du diner qu'on veut bien lui laisser. Elle a essayé de partir mais comment faire ? Elle n'a plus de passeport, plus de papiers, plus d'identité. Elle n'est rien …



Un jour là-bas, elle retrouvera ses parents s'ils sont encore vivants, cela fait si longtemps … N'auront-ils pas honte d'elle ? Elle ne leur ramènera que l'échec et la honte tout sauf ce qu'ils ont désiré pour elle, s'ils lui ont rêve une vie . Il y avait tant d'enfants et la disette ...aussi. Non elle ne peut pas repartir là-bas, elle n'a rien, n'est rien. Autant rester ici et... mourir.

Publié dans Mes-textes-proses

Commenter cet article

Clo 11/03/2011 22:44



C'est malheureusement la triste réalité de certains... Mais j'espère que ton "héroïne" va retrouver suffisamment de force pour changer son destin et ne pas se laisser mourir. Grosses bises. Clo



Aimela 12/03/2011 11:10



Il y a des gens  qui sont dans le besoin  et qui travaillent pour 1€ de l'heure , je le sais, j'ai une copine qui est dans cette situation  et elle ne vient pas d'un pays étranger
C'est honteux , j'espère qu'elle trouvera  du travail rémunéré correctement mais à son âge, j'en doute surtout
qu'elle  est légèrement handicapée . Je me suis un peu inspirée  d'elle pour  mon texte, je ne pense pas
qu'elle songe  à mourir , c'est déjà ça. Merci  Clo



Marianne 09/03/2011 12:50



Sont-ce les paysages, les émotions ? Qu'est-ce qui précisément qui te pose souci dans les descriptions ?


Je finissais de lire ce matin "Parlons travail" de Philip Roth. On comprend bien dans ses dernières analyses d'oeuvres qu'il dresse dans ce livre, combien le décor est aussi un personnage, qu'il
a un rôle et que l'écrivain doit s'approprier des lieux pour leur donner une contenance. Par ex : la perspective d'une ville, l'atmosphère, ce qu'on y pressent ou ce qui y est en contradiction
par rapport à l'intériorité d'un personnage.


Si ces éléments peuvent te donner des pistes, je suis ravie de pouvoir te transmettre cela.


Par ailleurs, comme tu participes souvent aux ateliers d'écriture, connais-tu "Le Nouveau magasin d'écriture" et le "Nouveau Nouveau magasin d'écriture" de Hubert HADDAD aux éditions Zulma ? C'est un spécialiste des
ateliers d'écriture et ces  2 livres sont des outils précieux pour travailler l'écriture.


Bon mercredi et gros bisous


(ah et pardon pour les fautes que j'ai laissées dans mes commentaires récemment. Je suis aveugle d'un oeil et ma vue, l'âge venant - ben oui, on y passe tous ! - s'en ressent. Et par ailleurs, je
veux souvent aller plus vite comme si le temps me devenait urgent de plus en plus. Bon bref...



Aimela 10/03/2011 10:53



Si les  émotions me posent souci  ce n'est rien  en face  des paysages ou personnages. Je t'avoue que Proust qui était très fort sur le sujet m'ennuie  énormémentpour
être polie. j'ai peut-être été traumatisée par les 2 ou 3 pages  d'un de ses livres . Je ne connais pas du
tout  le nouveau nouveau magasin d'écriture. cela me parait intéréssant malheureusement je n'ai plus le temps  pour en suivre un de plus vu mes occupations à l'extérieur (
peut-être  en juillet ou en aout ) .


Tu es toute excusée pour les fautes, j'en fait énormément moi même quelque fois, je vois et corrige à d'autres non  parceque je suis trop impulsive Merci de ton nouveau passage et du lien Marianne, j'essaierai  de revoir mon texte  à tête reposée . Bonne journée et
bises


 



Marianne 08/03/2011 16:21



Je dirais en approfondissant ce texte.


Par exemple, "depuis tant d'années" : à quelle date a-t-elle choisi l'exil, dans quelles circonstances, comment étaient les lieux qu'elle a quittés, quelles étaient les émotions qui traversaient
l'héroïne ce jour-là en quittant les lieux et ceux qu'elle laissait là-bas (et eux quelle émotion affichaient leur visage ?).


Si c'est le narrateur ici qui parle, on pourrait envisager de rendre son langage plus littéraire. Comme il est observateur, il peut fournir des descriptions plus amples par exemple. Par exemple,
quels travaux mène l'héroïne et avec quelle application s'y adonne-t-elle. Peut-être l'héroïne s'est-elle confiée déjà au narrateur et pourra-t-il livrer ses anecdotes, etc.


En fait, visualiser toujours plus en détails et - toi qui aime la peinture - pr touches établir un tableau.


J'espère que je ne te mets pas dans l'incertitude avec ces suggestions. C'est juste pour le plaisir des mots. 


Je t'embrasse.



Aimela 09/03/2011 11:05



J'essaierai de voir ça mais je ne garantis pas le résultat vu que j'ai  énormément de difficultés avec les descriptions . En ce moment, j'essaie sur un autre texte pour mon petit atelier de quartier et je ne suis pas du tout satisfaite . Merci de ton passage et tes suggestions  Marianne. Bises



Auryne 08/03/2011 10:33



triste réalité que voilà mais si joliment conté



Aimela 09/03/2011 11:07



Merci beaucoup Auryne Bonne journée



tilk 07/03/2011 20:32



le pire c'et que quand tu reviens chez toi...tu es un étranger...


besos


tilk



Aimela 09/03/2011 11:08



Pas facile dans ce cas de trouver  sa place dans le monde si tu es étranger partout Je te souhaite  beaucoup
de courage.  bises



Russalka 07/03/2011 16:42



On espère que non, que la vie et l'envie de se battre et de vivre reprendra le dessus!
Belle image qui semble d'hier pour une histoire d'aujourd'hui.



Aimela 09/03/2011 11:10



Hier comme aujourd'hui, rien n'a changé dans ce bas monde, il y aura toujours des exploiteurs  et des pauvres gens
. Merci Viviane et bises



Marianne 06/03/2011 11:07



Le sujet est grave, le ton lui correspond. Pour autant, je t'inciterais - pour ce que ça t'apporterait à toi autant qu'à ton écriture - d'approfondir le style du texte et de développer
cette histoire. 


J'entrevois, en effet, ici quelque chose d'important pour toi...


Je t'embrasse, ma belle Aimela. 


 



Aimela 06/03/2011 11:18



Je veux bien approfondir le style mais je ne sais  pas comment faire  malheureusement J'écris comme je ressens
et comme je peux n'ayant pas fait  d'études . Alors si tu as une idée à me soumettre  envoie par mail. je suis toujours contente d'écouter les conseils  avisés de mes 
amis Merci Marianne et bises



Solange 06/03/2011 03:00



Oui il y a encore des êtres prisonniers pour avoir voulu un monde meilleur, sans réussir à le trouver. beau texte mais triste,



Aimela 06/03/2011 10:56



Merci solange passe une bonne journée



corinne 05/03/2011 22:24



on a dit que l'esclavage a été aboli oui on a dit


et pourtant si on regarde bien, on verrait qu'il est toujours présent


 


Un jour là-bas, et bien j'me dis que je n'y retournerai pas


pourtant maintenant je me suis rapprochée


mais pour moi il reste éloigné


J'ai pas envie d'savoir, d'ailleurs j'en sais assez


j'ai pas envie de le revoir cet endroit mal fréquenté


J'ai trop de mauvais souvenirs


et ils me font trop souffrir


Alors non, c'est sûr que je n'y retournerai jamais


je voudrai l'oublier


 


bisous



Aimela 06/03/2011 10:59



Officièlement, l'esclavage est aboli  mais dans les faits, il est toujours présent...malheureusement Merci de
ton joli poème ( continue d'écrire)  Corinne et bises



tilk 05/03/2011 21:12



la dure réalité de l'immigré...je connais.


besos


tilk



Aimela 06/03/2011 11:00



 Merci  de ton témoignage tilk, bises