Rancoeurs

Publié le par Aimela

 

 

rancoeurs

Rancœurs

 

 

Gisèle a sorti ses cahiers du fond de l'armoire et un à un les lit. Elle passe du sourire aux pleurs et de nouveau aux rires. Elle se souvient de son grand-père avec sa pipe assis au bout de la table. Elle revoit sa grand mère aux fourneaux. Elle sent encore la douce odeur des tartes aux pommes. Gisèle dévore les pages une à une à la recherche de quelques brins de souvenirs.

 

Son époux entre et la voit assis à terre , le regard ailleurs

 

 

- Que fais tu ?

 

- Ne vois tu pas, je lis

 

- Tu lis, je sais mais c'est quoi ces vieux cahiers ?

 

- Ces vieux cahiers sont mon trésor. Lorsque j'étais enfant, c'est dedans que j'écrivais

 

- Tu ne vas pas me dire que tu écrivais lorsque tu étais bébé ? je ne te crois pas

 

- Ne dis pas de bêtises. J'ai commencé lorsque j'avais douze ans, j'y ai raconté mes jours.

 

- Cela devait être passionnant ... Maman, fais la cuisine, papa va au travail et moi à l'école.

 

- Toujours aussi cynique . Tu ne comprendras jamais rien mon pauvre.

 

- Je sais, c'est comme cela que tu m'aimes n'est-ce pas?

 

- Que je croyais t'aimer, tu devrais dire car aujourd'hui, ce n'est plus le cas .

 

- Toujours envie de divorcer ?

 

- Ce n'est pas de l'envie mais une nécessité aujourd'hui. Qu'as tu fais de notre couple ?

 

- Pas plus ni moins que les autres. Nous nous sommes aimés, nous avons fait des enfants pour peupler la france et toucher nos retraites. Tu ne vas pas le reprocher ?

 

- Tu oublies de dire les soirées que je passais toute seule alors que tu couchais avec ta secrétaire.

 

- C'était une passade, tu le sais

 

- Et avec ma meilleure amie? C'était aussi une aventure, dis moi ?

 

- Je m'ennuyais avec toi et les mioches. Tu ne vivais qu'à travers eux . Moi je n'existais plus.

 

- Cela te donnait le droit de me tromper alors ? Belle mentalité...

 

- Ne râles pas, Je me suis excusé , c'est bon, tu ne vas pas me pourrir la vie avec ça

 

- C'est moi qui te pourris la vie ? Première nouvelle... Si je n'avais pas eu quelqu'un qui a vendu la mèche je serais toujours à te vénérer comme un dieu...

 

- Je le suis toujours ma chérie...

 

- Non, c'est fini ma naïveté a eu une vie bien remplie et toi tu dégages. Tu as Compris ? Tu dégages... Je ne veux plus te voir ...

 

- AH ! C'est comme cela, et bien tu pars et continues de pleurer sur des cahiers pourris de gamineries car je garde mes enfants...

 

- Ce sont mes enfants aussi, ne l'oublie pas .

 

- Avec quoi, les élèveras tu ? Tu n'as pas un sou en poche, pas de logement, pas de travail et tu es trop con pour en trouver ma pauvre fille...

 

- Je peux en trouver, j'ai des capacités...

 

- De chialer? Ça c'est sur car pour la promotion canapé, tu es trop nulle... Un vrai glaçon ...

 

- Pourquoi es tu si méchant ?

 

- Je ne suis pas méchant mais réaliste... Quitte la maison et bon débarras...

 

Le mari sort de la chambre et Gisèle en pleurs, ramasse ses cahiers dans un carton qu'elle enfouit dans son sac...

 

Publié dans Mes-textes-proses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L

Tu ne me réponds pas Joli Prénom !!!
Répondre
A


Ben si je te réponds , il est vrai avec retard , c'est que je suis très occupée  et comme j'ai le cerveau lent , mon esprit est ailleurs parfois  et j'en oublie  mon blog
 mais pas les potes et les potesses , ils sont dans mon coeur . Merci de ton amitié  poète . Bonne journée 



L

Rancoeurs, non. La vie sait être dégueulasse et l'être humain n'est qu'un imbécile qui ne vit que pas ses pulsions "cutales". Tout cela me dégoutte. Fortement. Je préfère continuer de m'enfermer
et qu'importe mon égoisme apparent. Se protéger n'est pas de l'égoisme. Pourquoi tant d'occasions de pleurer qui font si mal ?


Viens, prends tes cahiers et lis moi une histoire avec ce que tu as de plus beau : ta sensibilité. Je t'en ferai une fleur, pas bien belle, pas bien odorante mais qui vivra de la fraîcheur que tu
as gardée.


Et puis les gosses, pauvre con, qu'i lise KHALIL GIBRAN. Et s'il ne sait pas lire, la vie lui apprendra l'histoire. En pleine gueule. Tant pis pour lui.


Ah, au fait, je t'ai acheté un crayon de papier. Pour que tu dessines les magnifiques ombres de ton coeur.


Douceur du soir.


l.
Répondre
A


Tu as raison de te priotéger , c'est ce que je fais aussi  et c'est dans mes passions que je me réfugie( peinture, écriture  


 


Cette histoire n'est pas la mienne, je n'ai pas de rancoeurs, cela ne sert à rien.


 


Pour le cahier attends  encore, je n'ai plus  d'inspiration  , elle m'a fui alors je me suis trouvée une autre occupation, viens essayer  mais cela fait un peu loin  pour
toi et puis, il fait frais et  il pleut... C'est la Normandie  Le pire c'est que je l'aime ( je suis maso
 


 


Merci pour tout poète, bonne fin de semaine



R

Quand on en arrive à un tel mépris , un tel désamour, de telles illusions fracassées, le mieux est de partir en effet. parfois cela se termine dans le sang, aussi, et finalement, il y eut ici
ébauche de dialogue...
Répondre
A


Il n'est pas toujours facile de partir , il faut vraiment   en baver pour le faire  et s'il y a départ , partir très loin .  


L'ébauche de dialogue est seulement dans le texte car dans la vie, ce n'est pas  le cas  malheureusement.


 


Je te rassure ce n'est pas mon histoire. Merci Viviane et bises



P

tellement réaliste :( mais voici de quoi réveiller la fibre de l'investissement pour changer tout ça :)


bisous
Répondre
A


c'est réaliste mais ce n'est pas mon histoire, je n'ai de rancoeurs pour personne  Merci  Fabienne
 et bises



E

un reglement de comptes plus pacifique que beaucoup, hélas
Répondre
A


Eh oui, ce n'est qu'un petit réglement de compte, j'en ai vu de  plus durs  Merci Emma et
bises



M

la vie est souvent comme cela


bien vu, bien raconté, BRAVO
Répondre
A


Des fois bien pire pour certains   hélas  !   Merci  Michel et bises 



J

un mari vache !!! ça oui 


amitiés martine
Répondre
A


Plus que vache , je dirai   Merci  Jacques et amitié



F

un méchant mari
Répondre
A


Il y en a beaucoup( voir pire)  des comme ça, Merci  Flipperine et amitié 



S

C'est triste s'être aimé et finir ainsi. Bon dimanche.
Répondre
A


le plus dur c'est lorsqu'il y a des enfants , ils sont pris en" otage" j'ai essayé  de  les préserver mais cela n'a   été  pas le cas de l'autre côté  . Merci Solange et amitié 



M

Rancoeur, rendre son coeur et repartir vers un autre destin. Difficile mais parfois salutaire de faire ce pas et de reprendre sa dignité d'humain(e)
Répondre
A


Pour être salutaire cela le fut mais à quel prix  Merci Mony et bises