Sur une plage( pour miletune)

Publié le par Aimela

francoisgall trouville b650                                                          " Trouville " de François Gall


Je profitais d'un peu de soleil pour sortir, j'ai pris mon  parasol rouge,  un sac  avec une serviette, un livre et des mots croisés et j'ai pris ma voiture  direction la plage.
S'il n'y a pas la foule, il y a encore trop de monde pour moi, je préfère la plage déserte où seules les vagues et les mouettes  s'agitent, pourtant je m'installe derrière mon  parasol, je m'assoie sur le sable  et sort le dernier «  Quéffelec » tout en lisant, j'écoute les conversations des adultes, les cris des enfants. Une impression de vivre  un peu... pour une fois.


Le ciel est pommelé, la mer est bleue  tout pourrait donner envie d'une baignade mais je n'ai pas envie d'ailleurs j'ai l'air d'un hippopotame  en maillot de bain et de plus, je ne sais pas nager, j'ai peur de l'eau et seuls mes pieds  entrent dans les vagues .
Je laisse  mon livre, je  prends mon petit carnet et un crayon, dessine quelques  têtes sympas , un parasol, les vagues, le ciel. J'écris des mots , des petits mots, expressions de mes sentiments  du moment  et là...  j'étouffe, Je rentre tout, je me relève et pars... vers une crique vierge...  Je suis si bien seule.

Publié dans Mes-textes-proses

Commenter cet article

Corinne 08/10/2011 05:58



j'aime comme tu décris ton moment à la plage


Tu sais je ne suis pas très plage, j'y vais pour faire plaisir à la petite


Elle va jouer à l'espace jeux et moi aussi je me retrouve seule mais est-on vraiment seule ???


Je regarde passer les promeneurs, j'écoute les cris et les rires des enfants, une ambiance particulière mais la plage est un endroit tellement vivant


Bisous



Aimela 08/10/2011 09:37



C'est vrai que même vide de monde, la plage est vivante, le bruit des vagues, les cris des mouettes... J'aime cette plage là c'est sûr que les enfants aiment jouer  sur le sable avec leurs amis , il ne faut pas les en priver. Merci  Corinne



Elo 03/10/2011 17:41



Oh que je comprends!  Je ne serai même pas restée 5 minutes sur une plage pleine de monde ! Bisous



Aimela 04/10/2011 10:22



les plages en été sont infernales ( trop de monde, trop de bruit) Merci Elo et bises



liedich 03/10/2011 09:19



Voilà qui me vient comme une réelle scène de vie, simplement et tout me semble facile. Belle description à la fois sobre et riche, enfin c'est ce que je ressens. Merci à Toi, joli prénom.


Et pardonne mon absence, dans dix jours peut être cela ira mieux.


Prends soin de Toi. liedich.



Aimela 03/10/2011 10:43



Tu n'as pas  à te faire pardonner , tu viens quand tu veux ou comme tu peux , il n'y a aucune obligation  de passer , mon blog est toujours ouvert . La santé est  bien plus
importante  poète  alors porte toi mieux  surtout, le reste n'est qu'accessoire . lorsque je vais sur
les blogs  ce n'est  pas  pour inciter  les auteurs à se rendre sur le mien , si je me rends sur les blogs  c'est parcequ'ils me plaisent avant tout et le tien en fait
parti mais si de mon côté j'y vais  trop peu pour l'instant Pas le temps du à ma vie trop compliquée. Merci Liedich
et amitié



Russalka 02/10/2011 20:21



Une solitude inspirée par ces dos qui se tournent vers la narratrice, c'est aussi ce qui me fait fuir les plages: le sentiment aigu que personne ne regarde personne... vraiment.



Aimela 03/10/2011 10:47



Que cela soit sur la plage ou ailleurs , personne ne regarde et n'écoute plus personne  mais bon c'est la vie C'est
pourquoi je préfère la solitude même si je la hais . Merci Viviane et bises



michel 01/10/2011 22:57



Trouville,ça va encore, Deauville ,non; plein de "snobinard"


mais, tu sais, Bernières, Luc et ouistreham sont des plages sympas et, il y a aussi des parasols rouges,et le ciel pommelé


Je te charrie...bisous


michel



Aimela 03/10/2011 10:50



Pas ma faute mon commandant, ce n'est pas moi qui ait choisi l'image Je ne connais pas Trouville  mais une petite
balade  sur la plage de  Ouistréham  me déplaît pas  malheureusement ce n'est pas pour demain Merci
Michel  et bises



Marianne 01/10/2011 20:42



J'en reviens depuis peu. La plage en septembre, par le temps superbe actuel, c'est tout simplement du bonheur ! Le commerce a disparu, l'espace est à soi, et les visites dans les sites sont à
effectuer à son rythme, les restaurateurs ont le temps de blaguer avec les convives.    Bisous et merci d'être venue me lire ces dernières heures toujours fidèlement.


Gros bisous à toi.


 



Aimela 03/10/2011 10:54



Quelle chance  tu as eu de pouvoir  fouler des plages désertes  et sentir les embruns en toute sérénité . J'aimerai bien y aller mais sans voiture, cela fait loin Tu n'as pas à me remercier de mon petit regard sur ton blog, j'aime m'y rendre de temps en temps malheureusement, je ne l'ai pas
toujours ce temps  car il me plaît . Merci Marianne et bises



sophie 01/10/2011 07:57



On se sent souvent si bien lorsqu'on est seule. En ces temps difficiles, j'apprécie ma solitude qui me permet de me soigner et me reposer lorsque j'en ressens le besoin...Je ne serais pas capable
de vivre avec quelqu'un.


Amitiés.



Aimela 01/10/2011 09:25



j'ai essayé de vivre avec quelqu'un  ce fut un fiasco, je suis comme toi , bien mieux toute seule Merci Sophie et
amitié



Solange 01/10/2011 02:46



La plage est plus tranquille à l'automne. Je n'aime pas beaucoup cette ambiance moi non plus.



Aimela 01/10/2011 09:27



lorsque je peux me rendre sur une plage, j'y vais en automne aussi, c'est tellement plus beau et surtout plus reposant . Merci Solange et amitié



jacques 26 30/09/2011 15:51



solitaire martine ? tout comme moi


amitiés



Aimela 01/10/2011 09:29



Je ne suis pas  toujours solitaire  mais lorsque je vais à la mer, je préfère être seule  c'est tellement plus reposant Merci Jacques et amitié



Nina Padilha 30/09/2011 15:18



Mieux vaut être seul que mal accompagné. C'est ce que je dis toujours.



Aimela 01/10/2011 09:31



Je le dis aussi  mais quelque fois, surtout le soir  ce serait bien d'être 2 enfin bon  juste pour le soir, après chacun chez soi Merci  Nina et bises