Un slam pour l'immigré ( pour milletune)

Publié le par Aimela

emil-nolde-les-masques

Si j'ai commencé comme une chanson, cela finit par un slam


Pour toi, l'immigré qui a fui ton pays et pourtant a gardé son âme.


De tes racines, tu as apporté nems, moussaka, couscous et paella


A moi qui ne mangeais teurgoule, camembert et batavia


Me voilà bien heureuse devant ces nouveaux goûts.


Croyez moi, la diversité et les mélanges ne rendent pas fou.


Si j'ai commencé comme une chanson, cela finit par un slam


Pour toi, l'immigré qui a fui ton pays et pourtant a gardé son âme.


Tu m'as donné à réfléchir sur tous les peuples du monde,


Moi qui suis curieuse, je déflore le sujet et puis enfin... le sonde


je réalise que tu deviens présent dans ma ligne de mire ;


Pour ce que tu m'apportes, je te remercie et je t'admire.


Si j'ai commencé comme une chanson, cela finit par un slam


Pour toi, l'immigré qui a fui ton pays et pourtant a gardé son âme.


Toi qui rêvait d'être heureux dans le notre , aïe ! Aïe ! Aïe !


Que c'est dur d'être sans papiers, sans logement, sans travail.


Si j'ai commencé comme une chanson, cela finit par un slam


Pour toi, l'immigré qui a fui ton pays et pourtant a gardé son âme.


Croyant à l'eldorado ou à la liberté tu es venu dans le pays


Autrement que pour commettre des meurtres et des délits


Comme le dit souvent celui qui nous gouverne, le nain


Promis si je le voyais de près celui là, j'en viendrais aux mains


Si j'ai commencé comme une chanson, cela finit par un slam


Pour toi, l'immigré qui a fui ton pays et qui a perdu son âme


Tu te meurs à petit feu, bouffé par la misère et l' indifférence


Des gens bien pensants qui se disent français de France


Alors que nous avons tous été un moment ou un autre... immigré


D'hier ou de centaines d'années, je vous assure, n'est pas cliché


Si j'ai commencé comme une chanson, cela finit par un slam


Pour toi, l'immigré qui a fui ton pays et puis a retrouvé son âme


Viens avec moi, si tu veux, nous allons boire un godet au café


Pleurer sur nos vies perdues et aussi avec d'autres, révolutionner


Toi qui aurait pu être mon cousin, frère mais aussi ma sœur


Allez viens, viens je te dis, on va chanter tous en chœur


«Elle est à toi cette chanson

Toi l'auvergnat qui sans façon

M'as donné quatre bouts de bois

Quand dans ma vie, il faisait froid » de Brassens



Publié dans Mes- Poèmes-et-slams

Commenter cet article

haberisoni yvette 17/07/2012 21:13


just je kiff enormement! j'aime bcp le sla

Aimela 18/07/2012 09:50



Merci infiniment  Yvette 



michel 08/07/2012 21:34


Brassens, je connais


bisous,michel

Aimela 08/07/2012 22:15



il n'y a que  les 4 dernières lignes qui sont de Brasens, le reste c'est de moi   Merci Michel et
bises



Solange 25/06/2012 22:48


Il y a des êtres qui sont méprisables et ce sont ceux-là qui laissent leurs marques beaucoup plus que les autres qui ne dérangent personne. 

Aimela 27/06/2012 11:02



Ces êtres méprisables  laissent des traces en core plus grands que leur gestes sont montrés encore et encore  à la télé . On a beaucoup vu les assassins  ) longueur de journées et
 lorsqu'un  être bon  sauve  un enfant ou aûtre, on n'en parle pas . Merci Solange et amitié



Marianne 25/06/2012 07:10


un tempo de slam, un refrain de chanson, des constats, le désir de rassembler autour de l'amitié et d'un partage convivial, et susciter pour trouver la meilleure voie en vue de poser les ponts
entre les êtres dans une diversité et non dans l'hégémonie ou pire l'incitation au protectionnisme.


Il en va des peuples entre eux comme des plus petites communautés. Trop souvent des dissenssions engendrent le besoin de l'emporter sur l'autre, alimenté par l'appétit du pouvoir ou de la
domination.


J'aime mieux le chemin de l'amitié que tu proposes. Car il en va de la responsabilité de chacun dans toute relation, ainsi que l'illustre si bien Jacques Salomé dans sa fameuse image de l'écharpe
relationnelle. Chacun la tient à un bout et chacun y joue son rôle pour faire passer la communication.


Je suis persuadée qu'une chanson ou un slam, forme de poésie moderne, aux esprits parlent bien mieux que de longs discours.


Je t'embrasse et te souhaite une bien belle semaine.

Aimela 27/06/2012 11:13



Je suis pour l'amitié  entre les peuples  malheureusement  tout est mis à mal  lorsque l'on voit nos sociétés individualites et que d'autres s'enferment dans des
 idéologies  rétrogrades , j'ai peur pour l'avenir  de l'Egypte. dans mon petit atelier d'écriture, il y a une russe, une chinoise, une tzigane,  une espagnole et quelques
 français , on est  tous camarades dans l'écriture se respectant tous . Merci  Marianne et bises
  



Russalka 24/06/2012 14:19


Bien sûr, l'immigration, la diversité, c'est la richesse des peuples. Je te rejoins absolument là dessus. Mais... mais. Il y a des incompaibilités terriblement difficiles à gérer et résoudre
entre nos vieilles cultures qui lentement s'acheminèrent vers le respect des êtres et en aprticulier celui des femmes et certaines " cultures" pour lesquelles la femme est moins qu'une bête, cela
étant inscrit dans leurs textes fondateurs encore en vigueur aujourd'hui. Désolée, Aimela, l'angélisme ne sera pas ma tasse de thé. Jamais. Même si ton slam part d'un bon sentiment, on sait que
l'enfer en est pavé. Si les français étaient au courant de tout ce qui se passe, il y aurait des carnages. Il vaut donc mieux que nous ne soyons que quelques uns à rentrer en résistance et
essayer, de proche en proche, de faire se désamorcer les bombes en puissance.

Aimela 24/06/2012 14:41



Je comprends très bien ce que tu dis  et je suis d'accord avec toi seulement lorsque j'ai écrit ce slam, j'étais entourée d' une russe, d'une tzigane, une chinoise en plus de quelques
français; ces personnes  ne sont absolument pas dans les  idées  rétrogrades  et dangereuses  pour une civilisation  ouverte dans le respect  de tous et toutes.
Merci  Viviane et bises



jacques 26 24/06/2012 14:08


très beau slam et bien d'actualité


amitiés martine

Aimela 24/06/2012 14:13



Merci pour ta gentillesse et ta fidélité Jacques, je suis heureuse que tu fasses parti de mes amis