Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Femmes (Mon amie Martine)

Publié le par Aimela

 Sous le joli tableau de Mary Cassat " La loge",    je vous mets un très beau poème de mon amie Martine qui a joué dans le spectacle avec moi . Martine n'écrivait pas mais je lui ai donné le virus et maintenant, elle nous écrit de bien jolies choses... Je serai heureuse pour elle que vous l'encouragiez de vos commentaires

Femmes

Femmes de toujours

Femmes d'amour

Femmes en mal d'enfants

Et femmes aimantes

Toujours ces mots qui frolent vos lèvres brûlantes

Femmes chantantes

Et femmes blessantes

Deux opposées et pourtant si prôches

Si le monde était sans femmes

Comment vivrions nous ?


Femmes naissantes

Engendrent la vie

Vie consentante

Parlante

Décevante

Prenante

Vivante

Aimante

Donnante

Le parcours d'une femme est déroutant

Envoûtant

Piquant

Femmes, femmes, femmes

Comme dit si bien le poète

Femmes d'un jour

Femmes de toujours

Qui partiront pourtant un jour

En emportant avec elles

Le coeur d'un enfant sourd


Martine Stevennou

 

 

Publié dans Dons-de-mes-amis

Partager cet article

Repost 0

Le tag

Publié le par Aimela

Sans que Clo  http://litterrances.over-blog.com/ me l'ai demandée spécialement, je réponds au défi du tag :)

1) Y'a plus de beurre dans le frigo

 

Je n'achète plus de beurre, coute trop cher , pourtant, j'adore


2) Un chauffard te fait une queue de poisson

je l'incendie d'injures  mais il nem'entend pas de sa voiture ( rires)

 


3) Tu n'arrives pas à dormir

Je tourne dans mon lit ou je me lève prendre un verre de lait si cela dure trop longtemps


4) Tu te brûles ou te mords la langue

cela m'arrive souvent, je ne m'en aperçois plus


5) T'as perdu tes clés

Je m'affolle et cours dans tous les sens pour les retrouver. La dernière fois c'est mon fils qui les a retrouvées surle bord de l'évier en 2 secondes ( j'avais passé toute l'après-midi à les chercher:(  )


6) Tu ne reconnais pas ton correspondant au téléphone

Je lui demande aimablement de décliner son identité


7) T'as trop mangé de chocolat, pizzas, fraises Tagada, tartines de miel, gratin de courgettes, liste non exhaustive

Cela m'étonnerait, je mange très peu


8)  Un malotru te serre de trop près

Là aussi cela m'étonnerait mais dans une foule , pourquoi pas . je regarde la personne et si elle parait désolée, je lui souris en disant que ce n'est rien , sinon, elle a mon regard meurtrier

 

9) T'as raté un plat à un dîner très important


je ne rate jamais un plat mais je ne cuisine pas non plus, j'ai horreur  ( rires)


10)  T'es légèrement pompette
Cela se voit je deviens rouge  et dans ces moments là, je n'accepte pas la contradiction dans mes conversations  mais c'est très rare que cela m'arrive, buvant très peu


Pour celui qui passe sur mon blog et qui a envie de relever le défi  

 

Publié dans petits-jeux

Partager cet article

Repost 0

J’habite ici, j’habite en ville ( SLAM) Cloclo

Publié le par Aimela

J'aime beaucoup le slam de Cloclo, c'est son premier en plus ,elle officie surtout dans une poésie plus classique . Pour l'illustrer, j'ai mis une photo que j'ai pris de sa ville( Nancy) mais en miniature à Eliancourt
J’habite ici, j’habite en ville
Mais je pars vite la campagne
Au pas de mon petit cheval
Loin de la rumeur infernale
Pour oublier mes maux
Pour retrouver mes mots
Mes mots d’hier, mes mots d’avant
Mes mots courants, mes mots savants,
Mes mots des villes, mes mots des champs !

Vivre seule au fond d’un champ de terre
Effeuiller une à une les fleurs du dictionnaire
En un souffle vider la flore des glossaires
Arracher dans les parcs les roses des parterres
Mais retrouver mes mots, tout comme avant
Mes mots savants, mes mots courants
Mes mots des villes, mes mots des champs !

Avant que ma vie ne foute le camp
Vivre tant qu’il est encore temps
Ivre des villes, ivre des champs
Au crépuscule des grandes villes
A l'ombre des pins centenaires
Vivre demain, tout comme hier
Prendre au tournant de mes tourments
La route la plus sage tourner la page
Changer mes rages en romances
Charger ma toile de nuances
Donner  de la sève à mes rêves
Donner des rythmes à mes hymnes
Faire de mes livres des romans
Offrir des armes à mes larmes
Et des nuits blanches à mes amants.

Mais retrouver tout comme avant
Mes mots d’hier, mes mots d’avant
Mes mots savants, mes mots courants
Mes mots des villes, mes mots des champs !

Du haut de mon clocher natal
Aux vastes champs du Natal
Jusqu’au parvis de Notre - Dame,
A Paname, à  Nancy ou ailleurs
Qu'importe si mon destin m'emporte
S'il s'arrête à la porte d'une église,
D'une mosquée, d'un temple, d’un désert
La vie est éphémère, je serai sous la terre
A six pieds de ma ville, à six pieds de mes champs
Des jardins de curés, des carrés de lupins
Des gamins de Belleville, des titis de Pantin.


J'habite ici, j'habite en ville
Je suis de nulle part,
Mais sauf erreur de ma part
J’ai encore droit à ma part
Même si je rêve de fleurs
Et d’un petit brin de bonheur
J’habite ici, j’habite en ville
Et je bats la campagne
Au grand galop de mon cheval,
Pour y chercher mes mots
Mes mots savants, mes mots courants
Mes mots d’hier, mes mots d’avant
Mes mots des villes mes mots débiles
Mes mots des champs, mes maudits chants !


J‘habite ici, j’habite en ville !

CLOCLO plume agile
http://profiles. yahoo.com/ cloclo540
 (puis cliquer sur page personnelle)

Publié dans Auteurs-amis

Partager cet article

Repost 0