Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Falaise

Publié le par Aimela

 

Château de Falaise vue de derrière

Falaise est une commune française, située dans le département du Calvados en région Normandie

Le site de Guibray, hors de la ville médiévale, est occupé dès l'époque mérovingienne par un sanctuaire, où prendra place ensuite l'église Notre-Dame de Guibray. Celui de la ville est habité dès le ixe siècle.

C'est le château de Falaise, dont les traces les plus anciennes remontent au xe siècle, qui est à l'origine de la ville dotée du statut de bourg. Dès le début du xie siècle, Falaise devient probablement la capitale politique, administrative et militaire de la vicomté d'Hiémois. Avant le règne de Guillaume le Conquérant qui naît dans cette ville vers 1027-1028, elle est la capitale du duché de Normandie. Guillaume est dit le Bâtard car son père le duc Robert le Magnifique n'a pas épousé sa mère Herleva ou Arlette, une frilla à la "more danico" locale. La légende veut que le duc Robert ait aperçu celle-ci depuis son château soit en train de danser, soit en train de laver des peaux d'animaux dans la rivière (ou les deux) dans ce qui deviendra un monument falaisien, « la Fontaine d'Arlette ». Guillaume le Conquérant n'a jamais habité le château de Falaise 

Le traité de Falaise y est signé en 1174 sous le règne d'Henri II Plantagenêt.

Durant la conquête de la Normandie par Philippe Auguste en 1204, Falaise se rend sans combattre. La forteresse est commandée par le mercenaire Lupicaire qui change de camp et se joint aux troupes du roi de France

Après l'intégration de la Normandie au domaine royal en 1204, et jusqu'au début du xive siècle, Falaise est le siège des sessions judiciaires de l'Échiquier. La ville partage cette fonction avec Caen et Rouen à partir des années 1220.

La ville est prise par Henri IV au début de 1590 à la fin des guerres de religion


Lors de la création des communes sous la Révolution, la paroisse de Guibray se joint à la commune de Falaise. Les habitants de Falaise élisent des maires montagnards, qui refusent de se joindre à l’insurrection fédéraliste.

 

La tour du château

 

La bataille de la poche de Falaise se déroule en août 1944. La ville, déjà fortement touchée le 7 juin par les bombardements stratégiques alliés de l'opération Overlord, subit de nouvelles destructions.


 

Publié dans Normandie

Partager cet article

Repost 0

Confidences

Publié le par Aimela

texte réédité




 Comme  je n'ai pas d'inspiration en ce moment, je vous mets un texte que j'ai écrit en 2006 . Si le voyage a bien eu lieu, j'ai inventé le reste ,mon voisin de siège a dormi tout le voyage ( morte de rires)


   
J'étais dans le TGV en partance pour Toulon... C'était il y a un an . Un an déjà mais cet inconnu est resté dans ma tête... Je regardais les paysages  défiler à toute allure lorsqu'un monsieur me demanda.

 


- Excusez moi de vous déranger, Madame, est-ce que le siège près de vous est libre?


Je le toise et de ma voix peu aimable, lui réponds.


- Vous n'avez pas votre siège ? En principe c'est réservé ...


- Si mais je ne peux pas voyager le dos à la route.


- Pour l'instant, il n'y a personne , vous pouvez vous asseoir...


- Je vous remercie.


Il s'installe , je ne m'occupe pas de lui. De toute façon, il s'est endormi très vite , me laissant à mes pensées, soudain ...


- Voyagez-vous beaucoup ?


- Non , c'est mon premier voyage seule et si loin.


- C'est à Marseille que vous allez ?


- Non, Toulon


- Très belle ville Toulon,vous avez des amis là-bas ?


- Depuis le net, oui.


- Ah ! Les sites de rencontre ?


- Euh ! Pas vraiment là, ce sont plutôt des amis d'ateliers d'écriture.


- Vous êtes écrivain ?


- Je dirais écrivaillonne, j'aime ce terme . Je n'écris que des petits textes.


- C'est super ça et vous écrivez des poèmes ?


- Pas de trop, non, je préfère les dialogues, le théâtre.


- Jouez-vous aussi ?


- Pas du tout, j'aurai trop peur .


- C'est bizarre, je vous vois très bien sur scène et déclamer vos textes


rires


- Vous n'avez pas l'air de me prendre au sérieux et pourtant, je le suis.


- J'en conviens mais moi contrairement à vous je ne le sens pas. Je préfère écrire. Je parle de moi là mais vous, vous vous rendez aussi à Toulon?


- Non, je m'arrête à Marseille.


- Marseille? Cela doit être beau aussi.


- Je ne connais pas, je vais découvrir...


Nous parlons ainsi pendant le voyage, chacun allant de sa confidence. Les liens se créent comme cela, sur un bonjour ou sur un sourire. Ici pas pas de jugements, pas de pudeur. C'est comme cela, un besoin de parler, de découvrir, de comprendre. C'est bizarre , comme les barrières, le murs tombent, on est bien...


Il me raconte sa vie et moi la mienne, chacun ses passions, ses envies, ses joies. On a le temps, le TGV roule toujours... Je n'aurais jamais imaginé que sur ces rails ma vie serrait mise à nue, là ... devant un étranger...


Trois heures, trois courtes heures , déjà Marseille et c'est la mort dans l'âme que je l'ai laissé continuer son chemin... Moi je continue le mien vers Toulon.


Je n'ai pas revu cet homme, nous n'avons pas échangé nos noms, nos adresses. Peu importe, il était là , je m'y trouvais aussi... C'était bien... Un moment de sursis dans une vie très difficile.


30 novembre 2006
 

 

Publié dans Mes-textes-proses

Partager cet article

Repost 0

La caméra obscura

Publié le par Aimela

 

 

Petite histoire de la chambre noire

On raconte que l'architecte Della Porta ( qui a achevé la coupole de la basilique Saint-Pierre de Rome en 1593) fit l'observation suivante. Il se reposait dans sa chambre à l'heure de la sieste; ayant fermé les volets, la pièce était quasi obscure. Brusquement, en regardant sur le mur opposé à la fenêtre, il crut rêver: il voyait la maison d'en face et les gens marchant dans la rue , bien que toiut était à l'envers ! Analysant cet étrange phénomène, Della Porta comprit que tout cela était du à la lumière passant par un tout petit trou dans les volets.

 

D'autres avaient déjà fait ces observations semblables, notamment Léonard de Vinci, à l'époque, on utilisait ce principe pour exécuter rapidement des dessins très fidèles à la réalité. Mais Della Porta comprit que l'on pouvait réaliser des «  chambres noires » (camera obscura en italien) en réduction en utilisant une boîte opaque munie d'une petite ouverture ( le « sténopé » sténo signifie « serré » en grec) sur une de ses faces et d'une paroi translucide sur la face opposée. Pour obtenir des images plus lumineuses, il remplaça le petit trou par uneouverture plus grande munie d'une lentille.En 1540 , Jérome Cardan pu mettre cette invention au point et la rendre utilisable. Ainsi fut découvert l'ancêtre de la caméra et de l'appareil photographique.

 

Les photographies de Marja PirilÄ, malgré la richesse des effets obtenus, relèvent finalement d'une grande simplicité de moyens : Quels sont t-ils ?

 

  • L'occultation de la pièce par un film plastique opaque, percé par un trou ( caméra obscure)

  • - La prise de vue avec un simple appareil photo, objectif grand angulaire sur pellicule sensible de 400 asa

  • Les sujets: les proches voisins, adolscents et adultes de familles ordinaires, photographiés dans leur environnement quotidien , prenant des poses naturelles.

  • Le procédé: la surimprssion inversée sur ces intérieurs, de paysages, normalement vus par la fenêtre de la chambre, mais située lors de la prise de vue au dos du photographe

 

La magie du procédé, la durée des poses de modèles, parfois alanguis, la science des cadrages et de l'utilisation de la couleur... Tout cela crée un univers onirique très poétique, personnel et sensible

Publié dans divers-et-contre-tout

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>