Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Pensées de chiens

Publié le par Aimela

   John Emms
John Emms

Pour miletune

Trois chiens bien sages servent de modèles au peintre, qui peut me dire à quoi ils pensent ? Dans le coin, bien caché, un lutin bien malin qui lit dans les pensées vous livre ce qu'il entend.

Le père :

Ouf ! Il était moins de deux que je me fasse prendre par ce saligot de boucher, je ne lui ai piqué qu'un morceau de saucisson, même pas de quoi nourrir ma princesse et mon mioche. Si je m'en suis sorti à si bon compte c'est qu'un monsieur est passé par là et m'a embauché pour poser. Il m'a promis en échange de quoi nous sustenter. J'espère que Junior va bien se tenir.

La mère :

Qu'est-ce que je fous là avec ce grand nigaud ? Et dire que j'étais bien au chaud chez des bourgeois, il a fallu que je gâche tout en m'amourachant du premier cabot qui passe. Il m'a fait un plan pas possible en me disant que j'étais belle, qu'il m'aimait et moi, pauvre conne, je me suis laissée prendre et me voilà affublée d'un clochard et d'un mioche chiard comme il n'y a pas. Pff ! C'est bien ma veine. Pour ce soir il nous a dégotté un petit boulot pas trop compliqué : poser et on a quelques morceaux de viande pas bien fraîche à se foutre sous la dent.

Junior :

C'est bien ici mais je m'ennuie, papa m'a dit de rester tranquille sinon on sera éjectés à la rue. Je fais ce qu'il dit mais c'est chiant, je voudrais bien m'amuser et courir au lieu de rester béatement à regarder le monsieur travailler. Et si j'allais voir ce qu'il fait on ne me dirait peut-être rien ? Un coup d’œil à papa pour voir si c'est possible.

Le père :

Je te surveille junior alors pas de gaffes, sinon tu ne manges pas ce soir.

Junior :

OK, j'ai compris mais qu'est ce je m'ennuie.

Lutin :

Et voilà, pour un peu de chaleur et quelques os, à quoi sont réduits les membres de cette pauvre famille. Bon ce n'est pas le tout, je vous laisse gamberger sur ce tableau, j'ai ailleurs d'autres animaux à faire parler. Allez au revoir et appelez-moi si besoin. Mon cachet ? Juste un bon petit lit et des noisettes, cela vous va ?

Publié dans Mes-textes-proses

Partager cet article

Repost 0

Festival impressionniste

Publié le par Aimela

En ce moment a lieu le festival  impressionniste dans mon quartier. de très  beaux portraits ont été réalisés . il y en a tant que je ne peux pas tout déposer sur mon blog  mais j'ai fait un petit montage  de quelques membres de mon petit atelier d'écriture qui ont accepté de poser.  Il y a aussi un mot de l'auteur, Jean-François  Baulon,   qui explique  sa méthode d'opérer pour cet exposition.

 

Unedernière note, j'ai signé et je suis dans le montage  mais je ne dirai pas où, à vous de m'imaginer .Que ceux qui me connaissent ne disent rien SVP  

 

Publié dans divers-et-contre-tout

Partager cet article

Repost 0

Mélodrame au restaurant

Publié le par Aimela

 

 bagarre de femmes

 Écrire un texte contenant les mots suivants : Méthode - Hola - Complet - Émouvoir - Mélodrame - Bouder - Fiancé - Nuoc-mâm - Jabot - Chlore - Hanche - Nèfle - Pelote - Secret - Dévergonder. ***_ Contrainte supplémentaire: un des mots doit faire partie du titre ! _*** ...

 

Mélodrame au restaurant

 

Ce soir Marie est seule... seule à regarder encore un de ces mélodrames à la noix qui passent régulièrement à la télé. Cela fait des années que cela dure ... Elle en a marre  mais sortir, elle ne peut pas... ne peut plus depuis que son fiancé l'a quitté...

 

 Il faisait beau, tout allait pour le mieux. Il l'avait invité dans un restaurant vietnamien où disait-il la cuisine était délicieuse et le nuoc-mâm, un chef-d’œuvre. Elle n'allait pas bouder son plaisir et l'a suivi. La soirée s'est déroulée comme dans un rêve jusqu'au moment où une nana  s'est approché de lui. Vous savez une de ces brunes au regard ravageur; la hanche bien chaloupée, enveloppée d'un parfum entêtant qui vous monte à la tête comme le chlore dont je déteste la senteur,une dévergondée quoi.

- Hola ! Sais tu que tu as un beau cul toi lui dit-elle suavement.

- Je te donne des nèfles si tu y touches, t'as compris, il est à moi dit Marie qui s'était levée  d'un bond prête à la prendre au jabot.

 - J'te cause pas à toi la nymphette et toi beau blond , ne me dis pas que c'est le genre à t'émouvoir cette demeurée. Elle tout juste bonne à faire des mioches. Moi j'ai la méthode crois moi pour donner du plaisir.

- Pelote-le et tu as mon poing sur la figure espèce de morue.

 

 

Aussitôt dit aussitôt fait, Marie se jette sur la femme est une de ces bataille s'ensuit dans ce restaurant chic. Coups de poings, savates, crêpages de chignon, griffures, etc... le spectacle était complet ... Tout y passait. 

 

Le fiancé abasourdi et touché par un projectile, lancé par une des filles, tomba  dans le cirage, le restaurateur et certains clients essayaient bien de séparer les filles mais sans succès. Il a fallu appeler la police qui calma tout le monde. Marie et la brune se retrouvèrent dans le fourgon. Le restaurateur déposa plainte, le procès eut lieu le mois dernier . Elle s'y rendit avec le secret espoir d'approcher son homme mais fut vite déçue, il ne lui jeta aucun regard et partit de son côté mais seul... aucune brune à son bras. Elle avait gagné ... la solitude forcée

----

Publié dans Mes-textes-proses

Partager cet article

Repost 0