Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Fernand de Catherine

Publié le par Aimela

Il y a des personnes qui apparaissent puis disparaissent,  c'est la vie. Certaines  laissent quelque traces précieuses, c'est le cas de Catherine  qui est malheureusement décédée, il y a quelques temps  mais qui est restée dans mon coeur  . Aujourd'hui, je vous remet un de ces textes  du temps  où elle était  avec nous dans notre petit atelier.

 

texte réédité

 

A mon petit atelier d'écriture de quartier , notre animatrice  nous a demandé d'écrire  sur le vieux Caen( voir image)  et  nous avions un difficulté en plus  avec  un incipit  : "Fernand avait enfilé son vieux pardessus. Il faisait froid: -6Il comptait prendre le tramway pour rejoindre ses vieux copains au Café du Commerce".. Voilà ce que Catherine  a fait  avec ça. Moi aussi j'ai écrit dessus mais je vous mettrai mon texte un autre jour.

 

Rue de Caen au début du 20ème siècle (2)

 

 

Fernand

 

 

 

"Fernand avait enfilé son vieux pardessus. Il faisait froid: -6° . Il comptait prendre le tramway pour rejoindre ses vieux copains au Café du Commerce."

 

Il était un peu inquiet… C’était le matin, il était six heures trente et le café du Commerce ouvrait à sept heures trente.

Le tramway arrivant à sept heures, il décida d’aller à pied rue Porte du Berger.

Les rues étaient désertes, sur les trottoirs des tas de déchets.

Il se sentit un peu plus inquiet car il n’y avait que ses pas qui résonnaient sur les pavés.

Il se retourna plusieurs fois pour voir si on ne le suivait pas.

D’où lui venait cette angoisse ?

Chaque jour, il partait de chez lui en laissant dans son lit sa femme malade et cela le rendait mal.

En retrouvant ses copains, il savait qu’il oublierait avec l’alcool et les retrouvailles de Dédé, Jacquot et Lulu?

 

Il arriva, il poussa la porte, l’odeur des tripes arriva jus-qu’à lui.

La patronne, à la poitrine opulente qui descendait sur le comptoir pour faire loucher les rares clients regarda Fernand. Elle lui décocha un superbe clin d’œil, son sourire se fit immense sur des dents et des lèvres rouges carmin. Elle sentait mauvais, une haleine de rhum et de vieille eau de lavande.

 

- Bonjour, mon coco, dit-elle

 

- Oh, ça va, Ginette, j’ai pas trop le moral !

 

Dédé, Jacquot et Lulu répondirent :

 

- Mais ta femme se plaint toujours, ça fait trente ans qu’elle dit qu’elle est malade pour pas que nous nous retrouvions parce qu’elle sait que tu as une bonne descente question gosier et que tu fais de l’œil à la Ginette qui aimerait, depuis qu’elle est veuve, que tu deviennes la patron du café du Commerce.

 

Alors, quand vas-tu te décider à lui faire la cour ?

 

- Ah, ça va, ça va vous autres !

 

Fernand en avait marre mais savait pertinemment que tout cela était vrai ; il aimait l’alcool et sa femme pour être vulgaire, l’emmerdait. Le temps passait…

Eh bien, puisque c’est comme ça, sers-moi un pastis, Ginette ! demanda soudain Fernand et la conversation partit sur autre chose.

Plus il buvait, plus son inquiétude disparaissait.

Fernand se décida à 9 heures trente à rentrer chez lui.

 

Le jour avait pris une belle couleur (lui aussi d’ailleurs) ; il releva le col de son pardessus, passa la porte en saluant ses trois amis et fit un clin d’œil à Ginette, plus aguichante que jamais ;

Il repartit en tramway car il titubait…

Rien ne pouvait plus l’atteindre. Il se dit qu’il allait se coucher.

 

 

Catherine

 

 

Partager cet article

Repost 0

Evocations

Publié le par Aimela

 Dans une gare déserte... Enfin presque, un vieux monsieur attend aussi le train 

        -  Il prenait comme moi le 18 h 45 et cela chaque jour de sa vie.

 
        - Vous n'allez pas me dire qu'il le faisait déjà lorsqu'il était enfant ?


        - Si, il l'a toujours fait. Je sais... Je le voyais avec sa maman à l'époque. Une bien jolie femme mais trop jeune pour moi. Dommage.


       - Sa maman vivait seule ? Et le papa ? Où était-il ?


        - J'ai toujours vu la maman et lui le petit garçon qui lui donnait la main. Toujours bien habillé et propre. Ah ! Elle avait bien du courage cette brave femme.


       - Pourquoi cet éloge ? Qu'a t-elle fait pour mériter ainsi des compliments ? 


       - C'est une longue histoire ma pauvre dame.


        - Racontez moi s'il vous plaît. 
 
        - Je ne sais pas vieux comme je suis si je vais tout me rappeler. 


         - Essayez de me dire ce que vous savez. 


         - Oui ? Alors voilà , c'était peu de temps après la guerre, vous savez , celle qui a tué des milliers de juifs, de tziganes, d'  handicapés.


    - Pas les handicapés ? Personne n'en a jamais rien dit cela n'a pas pu exister. 


         - On a rien dit non plus pour les autres et pourtant ils sont morts dans les fours. Je ne sais pas si je vais continuer si vous m'interrompez tout le temps.


          - Excusez moi, continuez...


         - A l'époque, il y avait encore des retours des prisonniers et les familles venaient les chercher tous les jours à cet heure là : 18 h 44. C'était le seul train qui venait de Paris et qui continuait sa route pour je ne sais quelle direction. Vous savez moi et la géo c'est loin tout cela et puis je ne savais que très peu lire... Où en étais-je ? Ah ! Oui, le fameux train qui arrivait et la dame au petit, Si beau le petit... dans son landau ... 


        - Excusez moi mais ... J'aimerai savoir ce qu'à fait la dame ?


        - La dame ? Quelle dame ? 


        - La maman du petit qui a grandi et qui attend son train depuis des années maintenant.


         - Rien de spécial, elle a élevé son enfant toute seule et à l'époque ce n'était pas évident. Le gouvernement ne donnait rien pour cela. Il fallait travailler dur. Tenez moi, qui vous parle, je partais tôt au travail et revenait que très tard, je ne voyais mes enfants qu'endormis . 


           - Excusez moi Monsieur mais vous vous égarez là. Je veux avoir la suite de l'histoire de la femme à l'enfant.


          - Vous êtes bien pressée comme tous les jeunes d'aujourd'hui. Il me faut du temps pour raconter, expliquer ...


         - Mais je n'ai pas que cela à faire....
 
          - Moi si et aujourd'hui, je suis fatigué, alors revenez demain, je vous raconterai... Si tout va bien... 


          - Demain ? Je ne pourrais pas. Vous ne pouvez pas continuer ? Encore un peu ...


           - Non, il est trop tard et ma Fernande m'attends pour ma soupe. Si je n'arrive pas à l'heure, ma Fernande va me gronder ... Eh ! C'est qu'elle n'est pas facile ... Plus de quarante cinq de vie commune... 

       - Excusez d'avoir insister, au revoir Monsieur, voilà mon train ...


     -  Au-revoir et revenez vite, je vous raconterai...

Partager cet article

Repost 0

Elle a écrit au vent

Publié le par Aimela

Alistair Magnaldo

Pour miletune

Elle a écrit au vent de sa plus belle plume tous les malheurs qu' elle a eu de son vivant

Elle a écrit au vent le mal de voir son fils au cerveau déchiré et son cœur de maman fracassé

Elle a écrit au vent, l'absence de 2 autres de ses enfants qui refusent de la voir et encore ce n'est pas tout.

Elle a écrit au vent qu'un seul de ses enfants l'aime mais elle est trop loin pour l'entendre

Elle a écrit au vent tant de choses mais faute d'un porte voix, les feuilles se sont envolées

Elle a écrit et une seule réponse est arrivée

Tout est pérennité chez toi, ne te fais pas d'illusions, le bonheur, jamais tu ne l'auras

Publié dans Mes-textes-proses

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>