Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

8 articles avec ecrivains-poetes-celebres

Alphonse Allais

Publié le par Aimela

 Article réédité

 

Biographie d'Alphonse Allais

 

A 17 ans, reçu bachelier des sciences, Allais devient stagiaire à la pharmacie paternelle, où ses expériences, ses faux médicaments et ses conseils farfelus se révèlent peu du goût de son père. Celui-ci l'envoie donc travailler dans une pharmacie de Paris, où ses fréquentations extra-estudiantines ont raison des projets paternels. Alphonse Allais participe alors à toutes les initiatives drôles et à tous les groupes fantaisistes : 'Hydropathes' (1878-1880) , 'Chat noir' (1881-1897)... Il débute d'ailleurs comme collaborateur au journal 'Le Chat noir' et en devient par la suite rédacteur en chef. Ses oeuvres courtes, écrites au rythme d'une par jour, sont reprises dans des recueils 'A se tordre' (1891) , 'Ne nous frappons pas' (1900) et 'Le Captain Cap' (1902) qui deviendra son personnage le plus célèbre. Alphonse Allais est connu et reconnu aujourd'hui pour son humour qui repose sur la logique de l'absurde.

 

Oeuvres principales : On n'est pas des boeufs (1896), L'affaire Blaireau (1899), Captain Cap (1902),...

 

Quelques citations d'Alphonse, pas toujours de bon goût

 

 

«Si le nez de Cléopâtre avait été moins long, sa face, à elle, aurait été changé, bien avant celle du monde.»

[ Alphonse Allais ]

 

 

«Les chiens sont, en tant qu'espèce, éminemment méprisables, aussi bien pour l'écoeurante banalité de leur affection que pour leur extraordinaire faculté de caporalisation.»

[ Alphonse Allais ] - Le chien gaffeur

 

 

«Il vaut mieux être cocu que veuf : il y a moins de formalités !»

[ Alphonse Allais ]

 

 

«Et Jean tua Madeleine. Ce fut à peu près vers cette époque que Madeleine perdit l'habitude de tromper Jean.»

[ Alphonse Allais ]

 

 

«Ventre affamé n'a point d'oreilles, mais il a un sacré nez !»

[ Alphonse Allais ] - Le chat noir

 

 

«Un gentleman est un monsieur qui se sert d'une pince à sucre, même lorsqu'il est seul.»

[ Alphonse Allais ]

 

 

«Impossible de vous dire mon âge, il change tout le temps.»

[ Alphonse Allais ]

 

 

«La première chose qui frappe l’odorat du voyageur arrivant à Venise, c’est l’absence totale de parfum de crottin de cheval.»

[ Alphonse Allais ]

 

 

«Il y a des circonstances où il faut s’abstenir de jouer à la bourse, aux courses, au baccarat ou à la roulette : primo, quand on n’a pas les moyens et secundo, quand on les a.»

[ Alphonse Allais ]

 

 

«J’ai souvent remarqué, pour ma part, que les cocus épousaient de préférence les femmes adultères.»

[ Alphonse Allais ] - Le Journal - 19 Mars 1894

 

 

«Le sel de l’existence est essentiellement dans le poivre qu’on y met.»

[ Alphonse Allais ]

 

 

«C’est quand on serre une femme de trop près qu’elle trouve qu’on va trop loin.»

[ Alphonse Allais ]

 

 

«La femme est le chef-d’oeuvre de Dieu surtout quand elle a le diable au corps !»

[ Alphonse Allais ]

 

 

«Un homme qui sait se rendre heureux avec une simple illusion est infiniment plus malin que celui qui se désespère avec la réalité.»

[ Alphonse Allais ] - Oeuvres posthumes

 

 

«La mort est un manque de savoir-vivre.»

[ Alphonse Allais ]

 

 

«Dieu a sagement agi en plaçant la naissance avant la mort ; sans cela, que saurait-on de la vie ?»

[ Alphonse Allais ] - Le Chat noir - 11 Janvier 1890

 

 

«On devrait pouvoir ouvrir des écoles pour professeurs inadaptés.»

[ Alphonse Allais ]

 

 

«Le comble de la ressemblance : Pouvoir se faire la barbe devant son portrait.»

[ Alphonse Allais ] - Extrait du journal Le Tintamarre - 18 Mai 1879

 

 

«Les horizontales se rencontrent dans tous les milieux, les parallèles jamais.»

[ Alphonse Allais ]

 

 

«J'ai une mémoire admirable, j'oublie tout.»

[ Alphonse Allais ]

 

 

«Les ours blancs sont blancs parce que ce sont de vieux ours.»

[ Alphonse Allais ] - Le captain Cap

 

 

«La grande trouvaille de l'armée, c'est qu'elle est la seule à avoir compris que la compétence ne se lit pas sur le visage. Elle a donc inventé les grades.»

[ Alphonse Allais ]

 

 

«Les cimetières sont remplis de gens irremplaçables.»

[ Alphonse Allais ]

 

 

«Le tapioca a un goût de moisi assez déplaisant pour les personnes qui n’aiment pas le moisi.»

[ Alphonse Allais ] - Vive la vie !

 

 

«Le temps mit bientôt sur mon coeur ulcéré l’arnica de l’oubli. Un clou chasse l’autre, une femme aussi.»

[ Alphonse Allais ] - Vive la vie !

 

 

«C’est comme un coup qu’on reçoit là, pan ! dans le creux de l’estomac. Très curieux le coup de foudre !»

[ Alphonse Allais ] - Vive la vie !

 

 

«Si la mère a ressemblé si parfaitement à la fille, il est certain qu’un jour, la fille ressemblera parfaitement à la mère.»

[ Alphonse Allais ] - Vive la vie !

 

 

«L’oubli, c’est la vie.»

[ Alphonse Allais ] - Vive la vie !

 

 

«Quand une idée est dans l’air, il faut se méfier.»

[ Alphonse Allais ] - Extrait d’ A se tordre

 

 

«Oh, le beau triomphe que de casser l’aile au rêves !»

[ Alphonse Allais ] - Extrait d’ A se tordre



Lien où on peut le retrouver facilement

www.toutelapoesie.com/poetes/alphonse_allais.htm

 

 

 



 

 

Partager cet article

Repost 0

Pour un art poétique( R Queneau)

Publié le par Aimela

L'autre jour je suis allée écouter  des amies  dans un petit bar. Il y avait dans leur répertoire ce petit poème de Raymond Queneau qui m'a bien plu , je l'ai retrouvé sur le net  et je n'ai pas pu m'empêcher de le partager  avec mes aminautes.

 

voilier

Pour un art poétique

Prenez un mot prenez en deux

 faites les cuir’ comme des oeufs

 prenez un petit bout de sens

 puis un grand morceau d’innocence

 faites chauffer à petit feu

 au petit feu de la technique

 versez la sauce énigmatique

 saupoudrez de quelques étoiles

 poivrez et mettez les voiles

 Où voulez vous donc en venir ?

 A écrire Vraiment ? A écrire ?

 

Raymond Queneau

Partager cet article

Repost 0

Ma Bohème ( Arthur Rimbaud)

Publié le par Aimela

 

 

Juste un petit poème d'Arthur que j'aime beaucoup, pour les reste vous le découvrirez sur ce lien

http://www.franceweb.fr/poesie/rimbo2.htm

 

Ma Bohème (Fantaisie)

 

Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées.

Mon paletot aussi devenait idéal.

J'allais sous le ciel, Muse, et j'étais ton féal :

Oh ! là là, que d'amours splendides j'ai rêvées !

 

Mon unique culotte avait un large trou.

Petit-Poucet rêveur, j'égrenais dans ma course

Des rimes. Mon auberge était à la Grande-Ourse.

Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou.

 

Et je les écoutais, assis au bord des routes,

Ces bons soirs de septembre où je sentais des gouttes

De rosée à mon front, comme un vin de vigueur ;

 

Où, rimant au milieu des ombres fantastiques,

Comme des lyres, je tirais les élastiques

De mes souliers blessés, un pied contre mon coeur !

 

Arthur RIMBAUD, Poésies (composé en 1870)

 

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 > >>