Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

363 articles avec mes-textes-proses

Confidences

Publié le par Aimela

texte réédité




 Comme  je n'ai pas d'inspiration en ce moment, je vous mets un texte que j'ai écrit en 2006 . Si le voyage a bien eu lieu, j'ai inventé le reste ,mon voisin de siège a dormi tout le voyage ( morte de rires)


   
J'étais dans le TGV en partance pour Toulon... C'était il y a un an . Un an déjà mais cet inconnu est resté dans ma tête... Je regardais les paysages  défiler à toute allure lorsqu'un monsieur me demanda.

 


- Excusez moi de vous déranger, Madame, est-ce que le siège près de vous est libre?


Je le toise et de ma voix peu aimable, lui réponds.


- Vous n'avez pas votre siège ? En principe c'est réservé ...


- Si mais je ne peux pas voyager le dos à la route.


- Pour l'instant, il n'y a personne , vous pouvez vous asseoir...


- Je vous remercie.


Il s'installe , je ne m'occupe pas de lui. De toute façon, il s'est endormi très vite , me laissant à mes pensées, soudain ...


- Voyagez-vous beaucoup ?


- Non , c'est mon premier voyage seule et si loin.


- C'est à Marseille que vous allez ?


- Non, Toulon


- Très belle ville Toulon,vous avez des amis là-bas ?


- Depuis le net, oui.


- Ah ! Les sites de rencontre ?


- Euh ! Pas vraiment là, ce sont plutôt des amis d'ateliers d'écriture.


- Vous êtes écrivain ?


- Je dirais écrivaillonne, j'aime ce terme . Je n'écris que des petits textes.


- C'est super ça et vous écrivez des poèmes ?


- Pas de trop, non, je préfère les dialogues, le théâtre.


- Jouez-vous aussi ?


- Pas du tout, j'aurai trop peur .


- C'est bizarre, je vous vois très bien sur scène et déclamer vos textes


rires


- Vous n'avez pas l'air de me prendre au sérieux et pourtant, je le suis.


- J'en conviens mais moi contrairement à vous je ne le sens pas. Je préfère écrire. Je parle de moi là mais vous, vous vous rendez aussi à Toulon?


- Non, je m'arrête à Marseille.


- Marseille? Cela doit être beau aussi.


- Je ne connais pas, je vais découvrir...


Nous parlons ainsi pendant le voyage, chacun allant de sa confidence. Les liens se créent comme cela, sur un bonjour ou sur un sourire. Ici pas pas de jugements, pas de pudeur. C'est comme cela, un besoin de parler, de découvrir, de comprendre. C'est bizarre , comme les barrières, le murs tombent, on est bien...


Il me raconte sa vie et moi la mienne, chacun ses passions, ses envies, ses joies. On a le temps, le TGV roule toujours... Je n'aurais jamais imaginé que sur ces rails ma vie serrait mise à nue, là ... devant un étranger...


Trois heures, trois courtes heures , déjà Marseille et c'est la mort dans l'âme que je l'ai laissé continuer son chemin... Moi je continue le mien vers Toulon.


Je n'ai pas revu cet homme, nous n'avons pas échangé nos noms, nos adresses. Peu importe, il était là , je m'y trouvais aussi... C'était bien... Un moment de sursis dans une vie très difficile.


30 novembre 2006
 

 

Publié dans Mes-textes-proses

Partager cet article

Repost 0

Envoyez

Publié le par Aimela

Jean-Michel Folon

Pour miletune

Envoyez

Sans le sou, je ne peux partir alors envoyez moi des valises emplies de voyages poétiques dans le monde de Folon. Je prendrai le bateau pour un monde meilleur où il n'y a aucune tristesse. Je visiterai des jardins extraordinaires où des hommes au chapeau me raconteraient les étoiles. Aucune répétition, chez elles. Elles sont uniques pour qui veut bien les explorer une par une.

Envoyez moi des valises pour m'échapper de l'enfer des prisons morales et des horreurs qui sévissent tout autour de moi.

Envoyez moi un bateau pour voguer sur les mers de la tranquillité

Envoyez

Envoyez

Je prendrai et je partirai enfin

Publié dans Mes-textes-proses

Partager cet article

Repost 0

Je ne pars pas

Publié le par Aimela

Pour miletune

Je ne pars pas en vacances, les bouchons sur les routes ne sont pas pour moi. Cul contre cul à dix à l'heure, non merci. Pas besoin d'aller sur une plage déserte à 7573 kilomètres de chez moi pour rencontrer le paradis où je m'ennuierai à coup sûr. Les cocotiers, la mer azur et le hamac, cela va une heure, après, je m'ennuierai. Moi j'ai la mer. Certes, elle est changeante, passant du gris au bleu en l'espace de quelques minutes mais c'est ma perle. Il n'y a pas de cocotiers et alors, cela évite de me ramasser une noix sur la tête et me rendre encore plus idiote que je ne le suis. Près de ma mer, il y a des villages charmants, des champs où des vaches broutent tranquillement. Des pommiers emplis de fruits qui mûrissent en attendant de tomber en automne mais sans moi en-dessous car je ne vais pas dans les prés.

Je ne pars pas en vacances, je reste chez moi à panser mes plaies et penser à mes soucis près de mon port en rêvant d'une petite promenade en bateau sur le canal qui va à ma mer. Il n'y a pas des milliers de kilomètres à parcourir, pas de bouchons non plus. Juste un petit vent qui m'ébouriffe les cheveux comme mes pensées.

Je suis bien !

Publié dans Mes-textes-proses

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>