Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

prose mes textes

Blues de la pièce vide

Publié le par Aimela

 

Blues de la pièce vide

 

Une pièce vide s'ennuie énormément, ses occupants sont partis en emportant tout de leur vie. Plus de rires, plus de pleurs, plus de souvenirs, plus rien de ce qui faisait sa vie auprès du chêne, dehors, par delà la fenêtre. La pièce aimait les enfants qui écrivaient des graffitis sur les murs que les parents cachaient sous des tonnes de papiers peints généralement affreux. Aujourd'hui, il n'y a même plus rien sur les murs et la pièce se sent nue, elle a froid. Elle a bien eu des visites mais c'était au début, maintenant plus un quidam n'entre. Qu'a t-elle fait pour qu'on l'abandonne ainsi ? Soudain un bruit, la pièce se tait et laisse entrer Edward. Il prend une toile bien blanche et peint cette pièce délaissée puis repart. "Edward reviens" crie la pièce mais lui ne l'entend pas et la pièce pleure à chaudes larmes le temps des joies universelles qui ne sont plus les siennes.

Publié dans prose mes textes

Partager cet article
Repost0

Un matin de novembre

Publié le par Aimela

Un chapeau de paille, des lunettes de soleil oubliés sur la table,


 

 

un matin de novembre.
Un matin où le soleil brillait par son absence.
 

Que faisaient là ces deux objets ? Qui avait bien pu les laisser là et pourquoi ? N'étant pas pas Agatha Christie, la grande écrivaine de policiers, je sèche lamentablement. Contrairement à elle, je ne fais jamais attention aux détails et indices. Sur la table outre les deux objets sont posés des verres, un thermos, du sucre et quelques objets qui n'ont rien à voir avec l'intrigue puisque c'est notre petit groupe qui boit son café tout en écrivant.
 

J'ai bu mon café, j'ai lu aux copains ce que j'avais écrit et de nouveau me voilà replongée dans le mystère. Il n'y a rien dans le chapeau qui pourrait le différencier d'un autre sinon quelques brins qui se sont usés. Laissons le chapeau puisqu'il ne me dit rien et venons aux lunettes noires. Qui peut se cacher derrière ? Est-ce pour se protéger du soleil ? Impossible, on est au mois de novembre et le soleil se cache derrière le brouillard. J'avance, un pas après l'autre vers la solution finale, à ce train là j'y serai encore ce soir, à me pencher sur cette vulgaire paire de lunettes qui refuse comme le chapeau à me parler. C'est un comble pour moi qui mets en scène des personnages, des animaux ainsi que des objets, les lunettes et le chapeau restent irrémédiablement muets.
 

J'en ai raz la casquette, qui n'est pas de paille, de tout cela alors, je prends le chapeau et le mets sur ma tête, j'enfile les lunettes et je sors incognito du centre. Maintenant que je goûte à la célébrité, que je signe des autographes à tout va avec les paparazzis aux trousses, cela fait du bien d'être enfin cachée grâce au chapeau et aux lunettes et tant pis pour le véritable propriétaire, il n'avait qu'à ne pas les oublier .


 

 

Publié dans prose mes textes

Partager cet article
Repost0

Toi, ma liberté

Publié le par Aimela

Pour miletune

Toi, ma liberté 

Je n'ai rien à te dire sinon que je t'aime, toi ma liberté que l'on s'acharne à faire disparaître sous prétexte de crise sanitaire. 

La muselière partout, les tests non fiables et maintenant le passeport sanitaire pour aller où bon me semble. Plus de courses, ce sont mes enfants qui les font. Plus de coiffeur, mes cheveux poussent, poussent en liberté pour me venger de toutes les restrictions que l'on m'inflige. Plus d'ateliers d'écriture avec mes copains et copines, plus de théâtre, ils sont fermés, plus de sorties, plus rien de ce qui me plaît. Enfermée chez moi car je refuse toute cette mascarade, je me suis mise à la musculation de mon cerveau en lisant tout ce que je trouve en dehors des journaux des oligarques qui ne racontent que des mensonges et font ainsi de la propagande à longueur de journées.

C'est le soir ou dans des rassemblements pacifiques que je sors. Avec mes marqueurs je tague toutes les vitrines que je longe pour hurler ma douleur de t'avoir perdue, toi ma liberté.

Publié dans prose mes textes

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>