Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

sketchs

Le miroir psyché

Publié le par Aimela

Ce matin Sonia et Laura, enfin plus Sonia que Laura, avaient décidé d'aller chez un brocanteur pour trouver une vieillerie pour l'appartement de Sonia.

A peine entrées, Laura avait envie de tout jeter tant c'était moche. Laura laissa Sonia à ses petites recherches. Elle se planta devant un miroir psyché d'une horreur sans nom qui la scrutait sans aucune gène.

Le miroir:

Comment cela, une horreur ? Je ne suis pas une horreur, je suis âgé, c'est tout.

Laura :

Qui parle ?

Miroir :

Moi, le miroir qui suis devant toi.

Laura :

Un miroir qui parle ? Il faut que je sorte d'ici où je deviens folle moi. Quelle idée, d'avoir bu toutes ces bières hier au soir.

Miroir :

Tu as dormi depuis et à moins d'avoir recommencé ce matin, tu es sobre.

Laura :

Je commence à me le demander vu que je t'entends parler.

Miroir :

Tu n'as besoin de te le demander. Je parle bien comme les autres trucs qui le font dans tes histoires idiotes.

Laura :,

Tu dois te tromper, je n'écris pas.

Miroir :

Tu peux leurrer tout le monde sauf moi, Je suis un miroir et je vois ce que tu as dans la tête. Si Laura est ton prénom, ton pseudo est tout autre et …

Laura ( la coupant) :

Chut, ne dis plus rien j'avoue que j'écris des histoires mais elles ne sont pas idiotes.

Miroir :

Et moi, je ne suis pas laid.

Laura :

Chacun ses goûts et ses couleurs, on ne va pas se fâcher pour cela. Passons à autre chose. Puisque je suis là et que je te parle, dis moi qui est la plus belle.

Miroir :

Sûrement pas toi mais je ne vais pas te raconter l'histoire de Blanche-Neige.

Oh ! Oh ! Laura, appelle Sonia

Laura :

Je suis là, devant ce fumier de miroir qui me dit des méchancetés.

Sonia :

Un miroir qui parle ? Tu devrais te faire enfermer ma pauvre fille.

Laura (se sauvant en criant) :,

Oui c'est ça. Ne viens plus me chercher pour tes brocanteurs, je ne viendrai plus et salut. A jamais te revoir, toi et le miroir. Moi, je vais aller parler à la Belle au Bois Dormant, elle ne me dira rien de méchant puisqu'elle dort encore. Son prince n'est pas venu.

Publié dans sketchs

Partager cet article
Repost0

Partons

Publié le par Aimela

Pour miletune

 

Partons

Nounours
Voilà, c'est la fin de nous, partons.
 
Poupée
Finies les après-midis où l'enfant recevait ses amies et où elles jouaient à nous coiffer, nous habiller et nous faisaient manger pour de faux leurs petits gâteaux.

Nounours
Je n'avais pas droit à cela moi, elle me prenait dans ses bras le soir dans son lit me caressant jusqu'à ce qu'elle dorme.

Poupée (en pleurs)
Maintenant ce sont ces maudites machines qui ont sa préférence.

Nounours
Pourquoi existent-elles sinon pour la déshumaniser ?

Poupée
Elles leur montrent le monde tout en restant chez soi. Regarde, là, l'enfant suit un film sur une chaîne. Nul ce film ! Moi je préfère regarder la mer en vrai et manger des huîtres toutes fraîches.

Nounours (riant)
Des huîtres ?  Mais tu te prends pour un humain ? Une poupée ne mange pas, que ce soit des huîtres ou autre chose.

Poupée (en colère)
J'ai bien le droit de rêver ou bien comme pour le reste dois-je me résigner à mon pauvre sort ?
 
Nounours
Je suis désolé ! Oui, tu as le droit de rêver mais vu les circonstances, je pense que cela nous a été retiré.

Poupée (poussant un soupir)
Et tout cela à cause d'un méchant virus.

Nounours
Ce n'est pas le virus qui est méchant mais les gouvernements et ces fameuses machines qui ont monté la tête aux parents.

Poupée
Ils ont peur que les enfants tombent malades et qu'ils soient contagieux.

Nounours
Tu sais, déjà avant, l'enfant commençait à nous ignorer, préférant jouer et dormir avec ces machines.

Poupée
Il faut nous faire face à la réalité et partir. As tu pris tout ce qu'il faut ?

Nounours
C'est bon, j'ai tout ce dont nous aurons besoin dans mon sac. Allez viens, on trouvera peut-être un autre enfant qui ne soit pas contaminé par ces machines infernales.
 
Poupée
Je te suis après avoir dit adieu à l'enfant.

Nounours
Pas la peine, elle ne s'apercevra même pas que nous ne serons plus là.

Poupée
Tant pis pour elle, elle n'aura plus personne ni même quelqu'un à embrasser.

Nounours
Ce ne sont plus nos problèmes. Viens, partons !

Et c'est ainsi que nounours et poupée partirent laissant sur place une enfant accrochée comme une bouée à sa tablette numérique. La suite ne nous dit pas si l'enfant s'apercevra du manque ni si nounours et poupée ont trouvé des enfants pour les adopter et jouer avec eux.

Publié dans sketchs

Partager cet article
Repost0