Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

prose mes textes

C'était un soir

Publié le par Aimela

 

 Pour mon petit atelier  de quartier . un Logo rallye: choisir parmi les mots et construire une histoire*

 

Je conduisais….une voiture...un enfant...couper...la campagne...au loin...je bifurquais...j ai eu peur...la ville...dans l’obscurité...la fenêtre...un mur...j’ai oublié...le point de départ...la direction...une biche...sans interruption...la lune….j’ai cherché… étrange...un bruit bizarre...un homme...une explosion...dégâts...j’ai demandé ...des champs…perdu...des pleurs...un panneau...flaques d’eau...j’ai ramassé...

J'ai demandé à la lune

C'était un soir

 

« J'ai demandé à la lune

Mais le soleil ne le sait pas « Indochine

 

C'était un soir d'octobre ou de novembre, désolée, j'ai oublié le mois exact mais ce qui est sûr c'était en automne et que cela s'est produit un soir .

 

A l'époque j'avais une voiture et je revenais de l' inhumation d'un membre de ma famille . Il avait plu toute la journée et le soir est arrivé trop vite à mon goût. Alors que je me dirigeais vers ma ville, ma voiture est tombée en panne en pleine campagne où il n'y a bien sûr que très peu de passages. Ne pouvant rien faire puisque je ne connais rien en mécanique, je me suis risquée à sortir , j'ai fermé la portière et ramassé mes clefs dans mon sac . Autour de moi, aucune maison , je n'apercevais dans la pénombre que des champs et des arbres au fond. J'avançais le plus vite possible lorsque soudain , un bruit bizarre m'a arrachée de mes pensées lugubres. C'était comme une explosion tout prêt . Prise de peur, j'ai couru droit devant sans faire attention aux flaques d'eau et je me suis retrouvée au milieu d'un bois .

 

Là j'ai eu beau chercher une direction mais ce fut impossible , il n'y avait pas de panneau de signalisation , il n'y avait pas non plus de GPS sur les portables d'ailleurs ceux n'existent pas encore pour tout public. Fatiguée et en pleurs, je me suis assise par terre et j'ai demandé à la lune mais elle n'avait pas l'habitude de ce genre de question alors, j'ai demandé à une biche qui passait par là mais elle non plus ne savait pas. Que faire ? J'ai attendu dans la nuit , frissonnant de terreur et de froid, que le soleil se pointe .

 

Conclusion :

 

Le lendemain matin , j'ai pu accéder à la route et retrouver ma voiture sans dégâts apparents, j'étais rassurée, ce n'était donc pas elle qui avait explosé ; J'ai attendu un peu et là un homme en voiture a regardé le moteur , a trifouillé quelques fils et la voiture est repartie . Je n'ai jamais su d'où provenait le bruit bizarre qui m'a terrifiée .

 

 

 

Publié dans prose mes textes

Partager cet article
Repost0

Je ne suis pas

Publié le par Aimela

Pour mon petit atelier de quartier

 

écrire un texte à partir d'une liste de mots et d'expressions


Liste :

Se faire déculotter comme un nègre, les deux pieds dans le même sabot,
entre deux eaux, vert comme un poireau, traité aux petits oignons, se sucrer le bec, mettre le doigt sur le bobo, se donner des coups de pieds au cul, casser la glace, il n'en mène pas large, se ronger les sangs, gagner son ciel sur terre, se casser les méninges, être à l'envers, il n'a pas froid aux yeux, faire du boudin.

Les expressions que j'ai choisi sont en rouge

 



 

Je ne suis pas ...

 

Je ne suis pas du genre à faire du boudin, les rancœurs, je ne connais pas , il faut dire que dans l'astrologie occidentale, je suis bélier et chez les chinois, je suis cheval alors la bouderie m'est complètement étrangère. Je suis plutôt genre coléreuse et si quelque chose me fait mal je n'hésite pas à mettre le feu aux poudres bien que de ce côté là, j'essaie de me corriger mais quelques fois le naturel revient au galop alors je m'efforce de casser la glace auprès des personnes que j'ai pu blesser . Cela me ronge les sangs d'avoir pu faire du mal sous la colère surtout si c'est pour des choses insignifiantes ; pour les choses sérieuses je ne cherche pas à gagner mon ciel sur terre et je fais en sorte que les personnes incriminées n'en mènent pas large quitte à qu'ils disent que je suis à l'envers, à l'ouest quoi. Je me moque totalement des jugements à mon encontre , je ne vais pas me casser les méninges pour plaire. Je suis comme je suis , cela plaît, c'est bien sinon on m'ignore, je n'en fais pas une maladie . Il n'y a pas d'entre deux eaux ou c'est blanc ou c'est noir avec moi un point c'est tout.

 

Publié dans prose mes textes

Partager cet article
Repost0

amours de bicyclettes

Publié le par Aimela

Deux amoureux assis tendrement sur un banc face à la mer, Ils étaient si absorbés par leur roucoulade qu' ils ne voyaient pas qu'auprès d'eux, leurs bicyclettes les attendaient fidèlement jusqu'au jour...

Vous croyez quoi ? Que j'allais vous parler des amoureux qui se bécotaient sur les bancs publics, chers à Brassens ? Certainement pas, ils vivent leur amour à l'abri de tout regard et n'ont rien à raconter.

Une bicyclette bleue, l'autre rouge ne s'entendaient pas au début de leur rencontre. C'était même la guerre. L'une faisant des croches roues à l'autre ou le contraire suivant leur humeur. Ce fut ingérable pendant quelque temps pour leur propriétaires mais un jour, la bicyclette bleue, tomba dans un fossé et la rouge pleura

Pourquoi pleures tu  ? demanda la bleue.

Tu dois avoir mal. 

Non pas du tout, je te rassure. Ma roue est un peu froissée mais mon proprio va réparer cela. Mais dis moi,si tu as eu peur c'est que quelque part, tu tiens à moi.

La rouge ne répondit pas mais son rouge devint cramoisi de timidité. 

Ce qui devait arriver , arriva, les bicyclettes se mirent à s'aimer follement et se fondre en un tandem violet qui transporta les amoureux sur les chemins du bonheur .

Elle n'est pas belle la vie ?

 

Amours de bicyclettes

Publié dans prose mes textes

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 > >>