Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

pour passer l'hiver

Publié le par Aimela

 Pastel et encre  réalisé par moi, il y a bien longtemps

 

Pour passer l'hiver

L’automne est arrivé, les feuilles sur un sol détrempé sont tombés. Les cigognes, les hirondelles se sont fait la belle vers les pays oubliés.  Une, deux, trois, je me suis promenée dans les bois. J’ai mis dans mon panier, des feuilles rouges et des jaunes ma foi. Je suis rentrée, j’ai jeté mon butin dans une grande marmite. J’ai mélangé, mélangé et l’orange s’est amenée, quelle faillite... Alors voyant cela, j’ai couru dans le pré encore vert, Cueilli des mûres, des champignons, des pommes et des vers. J’en ai pris assez pour une soupe qui me tiendrait chaud le soir où dans ma longue solitude, je broierai tout mon désespoir.  Que nenni, ma fille, la soupe a viré ; tu es nulle...

J’étais une pauvre sorcière tapie dans ma bulle.  Ma baguette s’étant brisée, le sort en a décidé autrement, je ne désirais plus rien, me voilà avec un homme charmant. Si ce n’est ses rides mais qu’est ce que cela peut faire ? Je ne demande à la vie que peu de chose qu’elle ne puisse taire.  Un lit, une couverture, une cheminée et des bras qui m’enlacent.  L’hiver peut arriver, nous sommes prêts à vaincre les glaces.

 

Publié dans Mes-textes-proses

Partager cet article

Repost 0

Georges de La Tour

Publié le par Aimela

La diseuse de bonne aventure de Georges de La Tour

 

 Article de wikipédia

Georges de La Tour, né le 19 mars 1593 à Vic-sur-Seille (actuel département de la Moselle) et mort le 30 janvier 1652 à Lunéville (actuel département de Meurthe-et-Moselle), est un peintre lorrain.

 

Artiste au confluent des cultures nordique, italienne et française, contemporain de Jacques Callot et des frères Le Nain, La Tour est un observateur pénétrant de la réalité quotidienne. Le goût prononcé qu'il a pour les jeux de l'ombre et de la lumière fait de lui un des continuateurs les plus originaux du Caravage.

 

 

Le 2 juillet 1617, il épouse Diane Le Nerf et s'installe à Lunéville, où il commence à se faire connaitre, sous le règne d'Henri II de Lorraine, admirateur du Caravage.

 

Son parcours, et particulièrement sa formation initiale, restent mal connus. Il quitte probablement le Lorraine et voyage à Paris puisqu'en 1639 il y reçoit le titre de peintre ordinaire du roi. Sans doute a-t-il aussi vécu à Rome où il a découvert l'œuvre de Caravage.

 

 

Très réputé à son époque, Georges de la Tour sombre ensuite dans l'oubli. Ses œuvres sont dispersées et attribuées à d'autres peintres. Il est redécouvert seulement en 1915 lorsque Hermann Voss lui attribue deux toiles du musée des Beaux-Arts de Nantes et une du musée de Rennes (le troisième tableau de Nantes est identifié un peu plus tard).

 

Une exposition « Les Peintres de la Réalité en France au XVIIe siècle », organisée au musée de l'Orangerie de novembre 1934 à février 1935, permet au public de le découvrir. C'est la première fois que sont réunis treize des quinze tableaux alors attribués à l'artiste et c'est une révélation.

 

 

 

Son œuvre se caractérise par une technique du clair-obscur qui lui est propre et qui permet souvent, même aux néophytes, de reconnaître d'emblée un tableau comme étant un Georges de La Tour (ou de son école). Ses tableaux mettent fréquemment en scène des intérieurs de nuit, dans lesquels les personnages sont éclairés par la lumière éclatante d'une chandelle.

 

Le nouveau né

 

 

 

St Joseph  charpentier

 

 

L'éducation de la vierge

                                     

 

 

Partager cet article

Repost 0

Blues de la pièce vide

Publié le par Aimela

Edward Hopper

Pour miletune

Une pièce vide s'ennuie énormément, ses occupants sont partis en emportant tout de leur vie. Plus de rires, plus de pleurs, plus de souvenirs, plus rien de ce qui faisait sa vie auprès du chêne, dehors, par delà la fenêtre. La pièce aimait les enfants qui écrivaient des graffitis sur les murs que les parents cachaient sous des tonnes de papiers peints généralement affreux. Aujourd'hui, il n'y a même plus rien sur les murs et la pièce se sent nue, elle a froid. Elle a bien eu des visites mais c'était au début, maintenant plus un quidam n'entre. Qu'a t-elle fait pour qu'on l'abandonne ainsi ? Soudain un bruit, la pièce se tait et laisse entrer Edward. Il prend une toile bien blanche et peint cette pièce délaissée puis repart. "Edward reviens" crie la pièce mais lui ne l'entend pas et la pièce pleure à chaudes larmes le temps des joies universelles qui ne sont plus les siennes.

Publié dans Mes-textes-proses

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>